Entreprendre seul : comment vaincre les trois principales peurs de l’entrepreneuriat en solo ?

Vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale vous démange… Mais l’idée de le faire seul(e) vous terrifie ! On vous donne quelques pistes de réflexion pour dépasser vos peurs et assumer votre envie d’entreprendre.

Si 54% des Français assurent posséder un esprit entrepreneurial « élevé », ils restent pourtant particulièrement anxieux à l’idée de créer leur entreprise. Lorsqu’on leur évoque cette possibilité, 40 % se disent en effet « inquiets » tandis que 31% se déclarent carrément « effrayés »… 

Mais qu’est ce qui leur fait donc si peur ? 

La peur de l’échec

Sans aucun doute la première des craintes rencontrées dans toute mise en œuvre de projet. Alors oui, comme son nom l’indique, l’aventure entrepreneuriale est une épopée qui comporte des risques. Et vous aurez beau faire toutes les études possibles, soyez bien conscients qu’aucune d’entre-elles ne pourra vous garantir la réussite de votre entreprise. Mais le plus important finalement, n’est-ce pas d’accepter que l’échec ne soit pas un drame ? S’il n’est jamais agréable à vivre, il convient surtout de savoir s’en servir pour rebondir. Comme aimait à le dire Winston Churchill, « Le succès, c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme ». CQFD.

La peur de réaliser un chiffre d’affaires insuffisant

Sauf très rares exceptions, les premiers revenus qu’engendrera votre entreprise ne seront pas mirobolants. D’ailleurs, il faudra vous armer de patience avant de générer des profits. Dès lors, comment limiter au maximum les angoisses liées à cette période d’incertitude financière ? En faisant tout simplement un business plan qui vous permettra d’avoir une vision claire de l’avenir en termes de chiffres. 


La peur d’être seul(e)

Vous serez seul(e)… uniquement si vous le décidez. Comme on vous l’explique dans cet article, si l’indépendance et le désir d’autonomie vous habitent, la question ne se pose pas : vous lancer en solo sera une (quasi) formalité. En revanche, si vous ne jurez que par le travail d’équipe, là encore, nul besoin de tergiverser : lancez-vous à plusieurs. Dans tous les cas, n’hésitez pas à demander de l’aide, à vous renseigner et à vous informer par tous les moyens possibles avant d’agir. « Écoute les conseils de tous et prends celui qui te convient » dit l’adage. Dont acte.