Accueil > Idées business >

Le marché du café-tabac

Icône auteur

Par Sarah Vallet de Payraud

Icône date de publication

16 avril 2021

Icône temps de lecture

3 min.

café tabac
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ?

Spécificités café-tabac

Alors que la fréquentation des établissements du secteur progresse, les professionnels évoluent dans un secteur en profonde mutation.

Sur le segment des boissons, les attentes de la clientèle évoluent alors que la consommation d’alcool diminue (préoccupation croissante pour la santé, effet des campagnes de prévention). Ainsi, les consommateurs sont de plus en plus séduits par les concepts spécialisés (bar à bières, bars à vins, bars à cocktails, pubs, etc.) et hybrides, à la fois lieux de vie, d’échanges, de détente, de rencontre et de travail (nomadisme, développement du télétravail et du travail indépendant).

Répondant à ces nouvelles aspirations, les enseignes de coffee shop (Starbuck, Columbus Café & Co, French Coffee Shop, etc) et de pubs (Au Bureau, Irish Corner, etc.) connaissent une croissance particulièrement dynamique au détriment des indépendants isolés qui souffrent d’une image vieillissante (baisse de leur fréquentation, stagnation de leur ticket moyen).

Sur le segment de la vente de tabac, la politique de santé publique de lutte contre le tabagisme a considérablement impacté la consommation de tabac (-41% des volumes de vente ces 20 dernières années) : hausses drastiques des prix, interdiction de fumer dans les lieux publics, meilleure prise en charge des substituts nicotiniques par l’Assurance Maladie, entrée en vigueur du paquet neutre, opération « mois sans tabac », etc.

Bien que les buralistes (bureaux de tabac, cafés-tabac) aient le monopole de la vente de tabac, les circuits d’approvisionnement parallèles se sont fortement développés (contrebande, ventes sur Internet, achats transfrontaliers).

Par ailleurs, les modes de consommation évoluent au détriment des produits sous monopole des buralistes (essor des produits de vapotage, croissance des dispositifs de tabac chauffé).

Dans ce contexte, les professionnels du secteur doivent impérativement se diversifier (petite restauration, services de proximité) et moderniser leur concept afin de renforcer leur attractivité.

Tendances

Le secteur CHR a été l’un des plus sévèrement touchés par la crise sanitaire. Malgré le déconfinement, le protocole sanitaire qui s’applique au secteur continue d’impacter négativement la capacité d’accueil des établissements (distanciation physique, consommation debout interdite, limite de 10 personnes par table).

L’augmentation du prix du tabac (le prix du paquet de cigarettes atteindra 10 euros d’ici fin 2020) va fortement peser sur les ventes de tabac. Dans ce contexte, la Confédération des Buralistes a signé trois protocoles d’accord début 2018 afin d’accompagner les buralistes dans la transformation de leur métier vers un commerce de proximité moins dépendant de l’activité de vente de tabac :

  • Protocole d’accord avec l’État, pour la période 2018-2021 : création d’un fonds de transformation, mise en place d’une remise transitoire pour les buralistes dont l’activité chuterait, renforcement de la lutte contre les marchés parallèles, renforcement de la prime de diversification.

  • Protocole d’accord avec FDJ : il prévoit l’augmentation de la rémunération des buralistes sur les jeux et une modulation de leur commission sur les paris sportifs. Il supprime également le loyer exigé sur les mobiliers de présentation et instaure une rémunération pour les actions promotionnelles.

  • Protocole d’accord avec Logista (distributeur intermédiaire entre les industriels du tabac et les buralistes) : il instaure une augmentation des délais de paiement afin de préserver la trésorerie des buralistes.

Attention

Attention : pour pouvoir démissionner, vous devez être en CDI. Si vous occupez un emploi salarié en CDD, vous devrez aller jusqu’au terme de votre contrat de travail avant de pouvoir vous lancer dans l’entrepreneuriat.

L’organisation du marché

Les cafés-tabac représentent plus de la moitié des buralistes et sont soumis à la fois aux exigences réglementaires liées à la vente de tabac et à celles des débits de boissons (licence de débit de boissons à consommer sur place de 3ème ou 4ème catégorie).

Selon la catégorie de licence

  • Licence III : elle permet au débit de boissons à consommer sur place de vendre des boissons du groupe 3 (vins, bière, cidre, etc).

  • Licence IV : elle permet au débit de boissons à consommer sur place de vendre des boissons du groupe 4 et 5 (les autres boissons alcooliques).

Selon le degré de diversification

  • Les cafés-tabac les moins diversifiés : ils proposent la vente de tabac et de boissons (licence III ou IV). Le débitant est également tenu de remplir les « charges d’emploi », c’est-à-dire la vente des timbres fiscaux, timbres postes, etc.

  • Les cafés-tabac les plus diversifiés : ils proposent une palette de produits et services hors tabac et boissons :

    • Les produits et services commissionnés : jeux (les buralistes représentent plus des 3/4 des points de vente FDJ), presse (plus de 60% des buralistes ont une activité presse), timbres-Poste, timbres amendes et fiscaux, téléphonie mobile, etc.

    • Les autres produits et services : snacking, confiseries, etc

Chiffres clefs café-tabac

(1) Source : Confédération des Buralistes, donnée en janvier 2020.

(2) Source : INSEE, Esane, « Débits de boissons ».

(3) Source : INSEE, Bulletin statistique, « Débits de boissons ».

BESOIN D’UNE AVANCE DE TRÉSORERIE ?

Vous souhaitez financer un besoin en fonds de roulement ? Nous vous accompagnons pour anticiper votre besoin et vous mettons en relation avec la banque pour obtenir un prêt bancaire !

financement
Obtenir un financement
Sarah Vallet de Payraud

Entrepreneur en résidence @ La Fabrique by CA

Article mis à jour le 14 juillet 2021

Pour aller plus loin

Newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez nos actualités, témoignages et conseils