Accueil > Idées business >

Le marché du commerce de détail de meubles

Icône auteur

Par Arnaud Garbi

Icône date de publication

28 mai 2021

Icône temps de lecture

2 min.

Magasin de meubles
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ?

COMPÉTENCES

Qualification professionnelle
Aptitudes commerciales
Maîtrise de la gestion

SPÉCIFICITÉS

Poids des investissements
Importance de la qualité de l'emplacement
Intensité de la concurrence

VIE PRIVÉE

Niveau de rémunération
Degré des contraintes horaires
Facilité de remplacement

Malgré la fermeture des magasins de meubles pendant les périodes de confinement, le secteur s’est montré résilient : sur l’ensemble des segments, le recul des ventes s’est limité à moins de 5% en 2020. Seules les ventes du segment des meubles de jardin auront progressé.

Les périodes de confinement, conjuguées au développement du télétravail, ont renforcé l’intérêt des Français pour leur cadre de vie favorisant ainsi les dépenses d’équipements du foyer.

Toutefois, la crise sanitaire a accéléré la mutation du paysage concurrentiel du secteur. Alors que les difficultés des enseignes de la grande distribution d’ameublement ont été accentuées par les fermetures administratives de leurs points de vente (reprise de Conforama par But durant l’été 2020, fermeture de 2/3 des magasins de l’enseigne Alinea qui avait été placée en redressement judiciaire en mai 2020), les grandes surfaces de bricolage et les pure players spécialisés dans le meuble ont vu, quant à eux, leurs parts de marché s’accroître.

En effet, les grandes surfaces de bricolage, qui misent sur les segments du meuble meublant, de la cuisine et de la salle de bain depuis de nombreuses années, ont bénéficié d’une dérogation dès le 16 mars 2020 leur permettant d’ouvrir leurs magasins.

De leur côté, les pure players, positionnés sur les mono-produits (literie, meubles de cuisine) et le mobilier design (Made, Miliboo, Made In Design, etc.), ont profité du boom du e-commerce pour renforcer leur position et capter une nouvelle clientèle. En 2020, c’est le circuit de distribution du meuble qui aura enregistré la plus forte progression en termes de parts de marché.

Tendances

Le rebond du secteur en 2021 sera conditionné par l’évolution de la situation sanitaire et les mesures prises par les pouvoirs publics (couvre-feu, confinement). Les tensions sur le pouvoir d’achat des ménages et leur faible niveau de confiance pèseront sur l’activité des détaillants de meubles.

Dans ce contexte, les professionnels devront accélérer leur digitalisation (click&collect, livraison à domicile, drive, magasin virtuel, prise de rendez-vous à distance avec un vendeur, etc.) mais ils seront confrontés à la concurrence grandissante des pure players.

Enfin, les professionnels du secteur devront intégrer l’essor de la seconde main qui touche l’ensemble de l’équipement de la personne et du foyer (implantation de corners de meubles d’occasion notamment).

L’organisation du marché

Le secteur du commerce de détail de meubles peut être segmenté en fonction des circuits de distribution :

  • les  grandes enseignes de la distribution d’ameublement : elles proposent une gamme très large de produits à prix moyens. Souffrant d’un déficit d’attractivité, l’offre des enseignes historiques de ce segment (But, Conforama) s’est fortement rapprochée de celle des enseignes du jeune habitat (Ikea)`ces dernières années. Les trois enseignes leaders du marché, Ika, But et Conforama, captent aujourd’hui près de la moitié des parts du marché de la distribution de meuble.

  • les spécialistes mono-produit : ils  offrent un assortiment très large sur un seul produit : meubles de cuisine, meubles de salon, literie, etc. De nombreux réseaux sous enseigne se sont développés sur ce segment (L’Univers du Sommeil, La Compagnie du lit, Tout Salon etc).

  • les spécialistes de l’ameublement-décoration (Ligne Roset, Roche Bobois, Cinna…) positionnent leur offre sur le mobilier haut de gamme.

  • le e-commerce : ce circuit de distribution est en plein essor avec notamment des concepts proposant des meubles design sur-mesure fabriqués « à la commande », ce qui permet de limiter le poids de stocks qui pèse lourdement sur les acteurs traditionnels du meuble.

  • les grandes surfaces de bricolage : ces dernières années, elles ont mené des stratégies de diversification et les grandes enseignes du secteur proposent aujourd’hui une gamme structurée de meubles de salle de bains, de cuisine et de meubles de rangement (dressing notamment).

  • les artisans : ils commercialisent les meubles qu’ils fabriquent. Leurs parts de marché sont marginales dans le secteur.

NOMBRE D’ENTREPRISES DU SECTEUR

2018

11 136 (1)

CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR (EN MILLIARDS D’EUROS)

2018

14,288 Md€ (2)

ÉVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR EN VALEUR (INDICE ICA BASE 100 EN 2015)

2020

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

99,5 (3)

109,1

104,1

104,8

104,3

100,0

98,2

98,1

99,7

101,1

100,7

(1) Source : INSEE, démographie des entreprises et des établissements 2018 – champs marchand non agricole, Stocks d’entreprise au 31 décembre 2018, « Commerce de détail de meubles ».

(2) Source : INSEE, ESANE, « Commerce de détail de meubles ».

(3) Source : INSEE, Bulletin statistique, « Commerce de détail de meubles ».

FORMEZ-VOUS AVEC LES ELÉVATEURS !

Avec notre partenaire Les Elévateurs, profitez d'une formation spécifique pour les entrepreneurs commerçants. Construisez votre futur projet étape par étape gràce à ce programme de formation 100% finançable avec le CPF.

Image d'illustration
Voir la formation
Garby Arnaud

Arnaud Garbi

Icône LinkedIn

CEO

Article mis à jour le 10 juin 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat