Accueil > Idées business >

Le marché du contrôle technique

Icône auteur

Par Pierre Lemaître

Icône date de publication

24 mai 2021

Icône temps de lecture

2 min.

controle technique
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ?

COMPÉTENCES

Qualification professionnelle
Aptitudes commerciales
Maîtrise de la gestion

SPÉCIFICITÉS

Poids des investissements
Importance de la qualité de l'emplacement
Intensité de la concurrence

VIE PRIVÉE

Niveau de rémunération
Degré des contraintes horaires
Facilité de remplacement

Bien que le volume d’activité du secteur tende à stagner, le chiffre d’affaires en valeur tire profit d’un effet prix positif.

Plusieurs facteurs sont favorables aux professionnels :

  • le durcissement des contrôles (dont l’augmentation du nombre de points de contrôle et l’augmentation du nombre de défaillances depuis le 20 mai 2018) : il entraîne une augmentation des contre-visites,

  • le vieillissement du parc automobile : résultat de la hausse du nombre de contrôles et de l’amélioration de la qualité des véhicules, le vieillissement du parc automobile s’est accentué. Or, les véhicules de plus de 4 ans étant soumis à une obligation de contrôle tous les 2 ans, ce phénomène est favorable au secteur,

  • le dynamisme du marché de l’occasion : la bonne tenue de ce marché favorise l’activité des centres de contrôle, les véhicules d’occasion devant être contrôlés depuis moins de 6 mois au moment de leur cession,

  • stabilisation de l’activité d’une année sur l’autre : les variations cycliques du chiffre d’affaires liées à la périodicité des contrôles (amplitude d’activité une année sur deux) sont moins marquées ces dernières années.

Toutefois, le nombre moyen de véhicules contrôlés par centre diminue en raison de l’allongement de la durée des contrôles. Par ailleurs, les revalorisations tarifaires, limitées par un environnement concurrentiel exacerbé, peinent à compenser les lourds investissements (matériel, formation) que les professionnels doivent consentir pour s’adapter aux évolutions réglementaires du secteur. Enfin, l’obligation faite aux contrôleurs de détenir au moins un bac pro en maintenance, accentue les difficultés de la profession à recruter du personnel qualifié.

Dans ce contexte, les centres de contrôle technique automobile doivent poursuivre leurs efforts de fidélisation et d’élargissement de leur clientèle : développement des forfaits (contrôle technique + contre-visite + contrôle volontaire), emplacements de premier choix, développement de synergies avec les acteurs de la filière automobile (dont les assureurs) et diversification (à l’image de Dekra qui propose le passage de l’examen du code la route, « Code-by-Dekra »).

Enfin, le développement des plateformes d’intermédiation (comme CTeasy) et des comparateurs en ligne (dont celui de la Direction générale de la concurrence, consommation et répression des fraudes) renforce les pressions tarifaires alors que le volume d’activité stagne.

Tendances

Alors que l’activité des centres a été très pénalisée par le premier confinement (prolongation de trois mois de la durée de validité des contrôles arrivant à échéance entre le 12 mars et le 23 juin 2020), les professionnels du secteur ont fait face à un afflux de clientèle au deuxième semestre. Le chiffre d’affaires en valeur du secteur a été orienté à la hausse en 2020.

L’instauration du contrôle technique pour les deux roues à l’horizon 2022 pourrait constituer un nouveau relais de croissance pour les professionnels du secteur.

L’ organisation du marché

Les réseaux de contrôle technique agréés :

85% des centres sont rattachés à un réseau.

Pour être agréés, ces réseaux doivent comporter des centres de contrôle dans au moins 90 départements et n’exercer aucune autre activité que celle du contrôle technique.

Les principaux réseaux sont les suivants :

  • le groupe SGS avec les enseignes Sécuritest (1 040 centres en France),

  • Auto Securité (920 centres en France) et Vérif’Autos (30 centres),

  • le groupe Dekra avec les enseignes Dekra, Norisko et Autocontrol (plus de 1 530 centres),

  • le groupe Secta avec les enseignes AutoSur (880 centres en France) et Technosur,

  • le groupe Sakar avec son enseigne Autovision (plus de 1000 centres en France),

  • le groupement coopératif A-3S avec son enseigne Auto Securitas (plus de 350 centres).

Les centres de contrôles techniques non rattachés à un réseau :

ils ne représentent que 15% des centres.

Les installations auxiliaires :

Il s’agit des installations de contrôle situées dans les locaux de réparation et de commerce automobile. L’agrément n’est accordé à ces centres qu’en cas de nécessité d’assurer une meilleure couverture géographique et de répondre aux besoins des usagers. On en dénombre moins de 100 en France.

NOMBRE DE CENTRES

2020

6 466 (1)

CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR  (EN MILLIARDS D’EUROS)

2018

1,246 Md€ (2)

ÉVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR EN VALEUR  (INDICE ICA BASE 100 EN 2015)

2020

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

118,9 (3)

117,6

116,0

104,4

101,8

100,0

97,7

94,7

92,3

91,3

87,4

(1) Source: Utac-OTC, au 31/12/2020.

(2) Source: INSEE, ESANE, « Contrôle technique automobile ».

(3) Source: INSEE, Bulletin statistique, « Contrôle technique automobile ».

Lemaitre Pierre

Responsable des partenariats

Article mis à jour le 24 mai 2021

Pour aller plus loin

Newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez nos actualités, témoignages et conseils