L'activité du diagnostic immobilier

Icône auteur

Par Pierre Lemaître

Icône date de publication

25 mai 2021

Icône temps de lecture

1 min.

diagnostic-immobilier
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

L’installation

Le créateur peut créer un cabinet indépendant ou adhérer à un réseau. Le secteur étant très concurrentiel, le professionnel doit veiller à réaliser une solide étude de marché sur la zone où il souhaite s’implanter.

Les opportunités de reprise concernent principalement les entreprises rattachées à des réseaux sous enseigne ou des cabinets indépendants disposant d’un portefeuille de clients institutionnels important et d’un très bon carnet d’adresses de prescripteurs.

Les investissements

Le véhicule professionnel, les certifications et les équipements de diagnostic représentent les principaux investissements dès le lancement de l’activité.

Soumis aux évolutions réglementaires, les professionnels du secteur doivent également investir dans la formation continue et le renouvellement de leurs certifications (tous les sept ans).

La gestion

Le suivi au quotidien

Le diagnostiqueur doit organiser méthodiquement ses interventions pour ne pas perdre de temps : réalisation des diagnostics, rédaction des rapports et prise de contact avec les prescripteurs : agences immobilières, administrateurs de biens, banques, syndics de copropriété, notaires, marchands de biens…

Le nombre de diagnostics réalisés par jour dépend de sa spécialisation, du type de clientèle auprès de laquelle il intervient et des distances à parcourir. Généralement, le professionnel réalise plusieurs diagnostics sur un même site.

Les recettes de l’activité

Les prix sont librement fixés par les professionnels.

Le diagnostiqueur établit le plus souvent une facturation forfaitaire comprenant un ou plusieurs diagnostics. Ses tarifs varient en fonction du type de diagnostic et de la surface à expertiser.

Les charges à surveiller

Pour les diagnostiqueurs exerçant seuls, les principales charges sont constituées des frais de déplacement, des charges sociales personnelles, des assurances et de l’amortissement des équipements de diagnostic.

Pour les cabinets plus importants, les charges de personnel représentent un poste important de dépenses.

Les professionnels qui exercent sous enseigne doivent également verser des redevances aux têtes de réseaux.

La maîtrise du résultat

Le résultat dépend essentiellement du volume des prestations et de la productivité par salarié dans les cabinets plus importants. Pour les diagnostiqueurs exerçant seuls, la maîtrise des charges, les investissements et les amortissements conditionnent leur résultat.

La gestion financière et les besoins en trésorerie

L’activité de diagnostiqueur nécessite peu de fonds propres car les investissements sont relativement peu élevés.

Le besoin de trésorerie est minime car le professionnel facture sa prestation au moment de son intervention. Seuls les diagnostiqueurs travaillant pour les institutionnels ou pour les entreprises peuvent avoir des besoins de trésorerie.

Lemaitre Pierre

Pierre Lemaître

Icône LinkedIn

Responsable des partenariats

Article mis à jour le 25 mai 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat