L’activité du foot en salle

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

25 mars 2022

Icône temps de lecture

3 min.

ouvrir un futsal

L'installation

La structuration du secteur a entraîné une rationalisation du nombre de centres et les créations, essentiellement réalisées à l’initiative des grands réseaux, sont aujourd’hui peu nombreuses. 

La création d’un complexe de foot en salle passe soit par la construction d’une infrastructure soit par l’aménagement d’un espace existant qui devra alors répondre aux contraintes propres à la pratique (surface minimum de 25 mètres par 15 mètres par terrain, hauteur libre sous plafond, etc.).

Le porteur de projet devra mener une étude de marché rigoureuse avant de se lancer pour s’assurer du potentiel de sa zone d’implantation : recensement de l'offre locale de loisirs sportifs, présence de clubs sportifs, typologie de la population, etc. Pour se démarquer, il est impératif de proposer un concept très qualitatif en mesure de séduire une clientèle la plus large possible. La qualité de l'emplacement est primordiale. Du fait des surfaces nécessaires, la plupart des complexes sont implantés à proximité de grands bassins de population en zones périphériques. Il faut alors veiller à ce que la structure soit très bien desservie par les transports en commun (y compris le week-end et en fin de soirée) et facile d’accès en voiture (axes routiers à proximité, parking).

Alors que les créations de complexes se sont raréfiées, des opportunités de reprise de centres existent. La valeur du complexe dépendra de la qualité des installations (terrains et espaces annexes) et du portefeuille client déjà constitué (clubs amateurs, entreprises, etc.).

Les investissements

La surface de jeu d’un seul terrain étant de l’ordre 375 m2, l’activité nécessite des locaux de plusieurs milliers de mètres carrés (terrains, vestiaires, zone d’accueil, zone de bar/restauration, etc.). L’investissement de départ est donc très important (construction ou achat de locaux, aménagements, équipements sportifs). Le plus souvent, les exploitants louent leurs locaux. Il est nécessaire de renouveler périodiquement les installations pour rester attractifs (surfaces des terrains, espaces annexes, etc.). Les entrepreneurs doivent également investir dans les outils digitaux (vidéos, statistiques des performances de joueurs, application de réservation de terrain en ligne, outil de mise en relation entre joueurs pour constituer une équipe, etc.). 

La gestion

Le suivi au quotidien

L’exploitant suit la fréquentation de son complexe (nombre de joueurs/jour, taux de remplissage, taux de revisite) et veille au développement des dépenses annexes de sa clientèle (restauration, achat d’équipements sportifs, etc.). 

Il anime son centre en organisant des évènements (tournois, championnats, anniversaires, etc.) et développe une communauté de joueurs en s’appuyant sur les réseaux sociaux. 

Il démarche les clubs amateurs (locations de terrain à tarifs préférentiels, organisation d’évènements sportifs) ainsi que les entreprises (salles de réunions, séminaires, activités de team building, etc.).

Les recettes de l'activité

La fréquentation des complexes par la clientèle des particuliers est concentrée sur la fin de journée et le week-end. L’accueil des enfants (stages sportifs, écoles de foot) permet d’accroître l’activité le mercredi après-midi et le samedi matin ainsi que pendant les vacances scolaires (notamment en été, période pendant laquelle les espaces de loisirs indoor sont moins attractifs). La captation de la clientèle professionnelle permet aussi de booster la fréquentation en journée. 

Les structures appliquent une tarification à l’heure par personne ou par terrain. La mise en place d’une tarification dynamique permet d’optimiser le taux de remplissage des installations. La plupart des centres proposent des offres d’abonnements (terrain réservé chaque semaine sur un créneau spécifique, tarifs dégressifs) ce qui est un bon moyen de fidéliser les joueurs. 

En moyenne, les complexes des enseignes leaders accueillent 3 500 joueurs par semaine.

Les recettes hors locations de terrains représentent entre 35 et 40% du chiffre d'affaires (bar/restauration, produits dérivés, équipements sportifs, etc.). Elles sont donc essentielles.

Les charges à surveiller

Les principales charges sont constituées des loyers (jusqu’à 30% du chiffre d’affaires), des charges de personnel et des amortissements (équipements, agencements et aménagements).

Les structures franchisées doivent également verser une redevance mensuelle (% du chiffre d'affaires) à la tête de réseau.

La maîtrise du résultat

Le taux de remplissage du complexe et les recettes annexes à la location de terrain sont déterminants. 

Les investissements sont indispensables au développement du chiffre d'affaires (attractivité, renouvellement de l'expérience client, diversification du chiffre d'affaires) mais ils doivent être bien étudiés.

La gestion financière et les besoins en trésorerie

Les marges du secteur sont structurellement faibles. L’endettement à moyen et long terme doit donc être parfaitement maîtrisé. Le porteur de projet doit disposer de fonds propres importants.

Les structures travaillant beaucoup avec la clientèle professionnelle auront des besoins en fonds de roulement du fait de délais de paiement plus longs.

Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 25 mars 2022

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat