Accueil > Idées business >

Le marché de la jardinerie

Icône auteur

Par Lucas Pedroza

Icône date de publication

31 mai 2021

Icône temps de lecture

1 min.

ouvrir jardinerie
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

COMPÉTENCES

Qualification professionnelle
Aptitudes commerciales
Maîtrise de la gestion

SPÉCIFICITÉS

Poids des investissements
Importance de la qualité de l'emplacement
Intensité de la concurrence

VIE PRIVÉE

Niveau de rémunération
Degré des contraintes horaires
Facilité de remplacement

Bien que le marché de la jardinerie soit porteur, les professionnels du secteur sont confrontés à de fortes pressions concurrentielles de la part des grandes surfaces de bricolage et des grandes surfaces alimentaires.

En outre, on observe une évolution de la demande différente selon les segments de marché. Le segment des végétaux subit une contraction de la consommation en volume (compensée par un effet prix) alors que dans le même temps, la consommation en objets et outils pour le jardin explose.

Bien qu’elles bénéficient d’une image de spécialiste sur le segment des végétaux, les jardineries doivent aujourd’hui s’adapter aux évolutions des modes de consommation en diversifiant leur offre (activités connexes comme le conseil à l’aménagement d’espaces verts ou relais de croissance comme les produits bio). L’adhésion à une centrale est nécessaire pour améliorer les conditions d’approvisionnement et rivaliser les non-spécialistes (grandes surfaces de bricolage et grandes surfaces alimentaires).

Tendances

Les indépendants isolés sont amenés à disparaitre au profit des réseaux sous enseigne.

Les produits écologiques ou liés au développement durable constitueront de nouveaux enjeux pour la distribution spécialisée.

L’organisation du marché

De nombreux acteurs sont présents sur le marché du jardin :

  • Les grandes surfaces de bricolage : il s’agit du premier circuit de distribution sur le marché jardin.

  • Les jardineries et graineteries  : on en dénombre 1 700 (dont plus de 1 200 jardineries) qui réalisent près de 40% du chiffre d’affaires du marché du jardin.

  • Les grandes surfaces alimentaires : elles axent leurs stratégies sur l’offre alimentaire pour animaux et sur les animations saisonnières pour le jardin.

  • Les LISAS (libre-service agricole) : ce sont des multispécialistes plutôt orientés vers les besoins des agriculteurs. On en compte un peu plus de 1 700 en France.

  • Les spécialistes de la motoculture : ils commercialisent et assurent la maintenance de matériels de motoculture (tronçonneuse, tondeuse, motoculteur, etc.).

  • Les fleuristes : qui commercialisent exclusivement des fleurs et des plantes d’intérieur.

  • Les producteurs (pépiniéristes), qui commercialisent directement leur production. 

NOMBRE D’ENTREPRISES DU SECTEUR

2017

1 670 (1)

CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR (EN MILLIARDS D’EUROS)

2017

3,149 Md€(2)

ÉVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR EN VALEUR (INDICE ICA BASE 100 EN 2015)

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

108,2  (3)

106,1

103,1

100,0

102,7

103,7

105,0

102,0

98,1

(1) Source : Fédération Nationale des Métiers de la Jardinerie.

(2) Source : Fédération Nationale des Métiers de la Jardinerie.

(3) Source : « Commerce de détail de fleurs, plantes, graines, engrais, animaux de compagnie et aliments pour ces animaux en magasin spécialisé » – INSEE, Bulletin statistique.

Lucas

Product Owner

Article mis à jour le 31 mai 2021

Pour aller plus loin

Newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez nos actualités, témoignages et conseils