Accueil > Idées business >

Notre guide pour ouvrir une laverie

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

31 mai 2021

Icône temps de lecture

5 min.

ouvrir pressing

La laverie automatique séduit par son côté « business qui marche tout seul ». Mais attention pour que cela fonctionne, il faut faire les bons choix en amont. Découvrez ce qu’il faut savoir pour ouvrir une laverie automatique et en faire un business rentable.

Étape 1 : définir son projet de laverie

🧺 Une laverie automatique ou une laverie en libre-service met à la disposition du public des machines à laver. Elle se rémunère au kilo ou à la pièce. La laverie propose une amplitude d’ouverture souvent très large toute l’année.

Dès le début de votre projet d’entreprise, vous devrez choisir entre l’ouverture d’une laverie automatique en franchise ou d’une laverie indépendante.

La franchise est représentée par des entreprises comme Wash’N Dry et Speed Queen. Ces dernières captent beaucoup de clients et multiplient les ouvertures de points de vente.

Néanmoins, on ne peut pas vraiment parler de réseaux sous enseigne pour ces deux entreprises car elles prônent un concept sans droits d’entrée ni redevance pour les franchisés. 

Attention, ce n’est pas le cas de toutes les franchises. Observez bien les avantages et les inconvénients de chaque franchise avant de vous décider si vous envisagez ce modèle.

Étape 2 : se renseigner sur le marché de la laverie

L’étude de marché porte sur le secteur de la blanchisserie qui englobe les pressings et les laveries. Il connaît une certaine pression ces dernières années, même si le chiffre d’affaires global du secteur reste bon. Il s’établit à environ 700 000 € en 2019 selon l’INSEE.

Le secteur de la laverie est en effet menacé par deux facteurs importants : la généralisation du lave-linge dans les ménages (environ 96 % en ont un) et des prix tirés vers le bas par des concepts « discount ». 

Le public principal d’une laverie est composé de personnes n’ayant pas de lave-linge. Mais on trouve aussi des personnes ne pouvant pas faire tourner leur linge dans leur propre machine (trop de textiles à laver, tapis ou couettes imposants qui ne rentrent pas dans la machine, etc.). Le rôle de l’étude de marché quantitative est de bien cerner la clientèle de ce commerce de proximité. Pour cela, elle utilise des questionnaires et des sondages auprès d’un échantillon de population ciblé.

L’étude de la zone de chalandise permettra de choisir avec soin l’emplacement de la laverie automatique. Par exemple, la proximité d’une université ou d’un camping est un atout. Enfin, la concurrence des autres laveries doit être analysée pour savoir comment se positionner sur le marché.

Étape 3 : préciser son activité

Si vous envisagez d’ouvrir une laverie indépendante, vous serez libre de définir le concept de votre laverie en libre-service. Vous pouvez bien sûr ouvrir une laverie classique mais aussi vous tourner vers des concepts de laverie plus atypiques pour vous différencier de vos concurrents. 

Par exemple, vous pouvez proposer un service de location d’un fer à repasser, de pressing, de retouches, de couture, de retrait de colis… Ces services annexes et complémentaires sont susceptibles d’attirer plus de clients dans votre laverie.

On pense aussi aux nouveaux concepts venus de l’étranger qui font fureur là-bas : les « wash bar » ou café-laverie. Dans ces laveries d’un nouveau genre, on peut se restaurer ou surfer sur Internet tout en attendant que ses vêtements soient propres.

La vogue des laveries « green » est également en train de conquérir l’Hexagone. Ces machines à laver écologiques et économes en eau séduisent un public soucieux de préserver l’environnement. Le concept va parfois même plus loin avec des machines qui utilisent de l’énergie renouvelable et de la lessive éco-responsable.

Étape 4 : ouvrir sa laverie : est-ce rentable ? Quels investissements ?

Les deux principales dépenses pour ouvrir sa laverie automatique sont : 

  • L’achat de machines à laver le linge ; 

  • L’achat ou la location du local où se trouvent les machines. 

Ces machines professionnelles coûtent cher car elles ont une grande capacité. Elles doivent aussi être de qualité pour supporter la fréquence des cycles de lavage. Le nombre de machines à acquérir dépend de la taille de votre local.

Vos premiers investissements de matériel seront donc les suivants :

  • Lave-linge ;

  • Sèche-linge ;

  • Adoucissant ;

  • Lessive ;

  • Distributeur de lessive ;

  • Panier à linge ;

  • Centrale de paiement.

Les charges fixes d’une laverie en libre-service sont relativement modérées (pas de personnel, pas de stock). C’est d’ailleurs cela qui attire les entrepreneurs et permet de maximiser la rentabilité de ce business ! 

Mais il faudra quand même rajouter les factures d’eau et d’électricité et le coût de l’assurance professionnelle. Embaucher du personnel d’entretien pour nettoyer le local peut être une possibilité même si l’entrepreneur peut aussi s’en occuper lui-même.

💰 Quelques chiffres : l’investissement de départ pour ouvrir une laverie va de 50 000 € à 100 000 €. Les premières années, une laverie dégage en moyenne 30 000 € à 40 000 € de chiffre d’affaires.

Étape 5 : choisir le statut juridique de sa laverie

Bien choisir son statut juridique, c’est veiller à conserver et optimiser la rentabilité de sa laverie. Un mauvais choix de statut pourrait en effet être fatal à vos bénéfices.

Si vous êtes seul, vous pouvez opter pour l’EI (entreprise individuelle), la SASU (société par actions simplifiée unipersonnelle) ou l’EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée).

Si vous entreprenez à plusieurs, vous pourrez choisir entre la SARL (société à responsabilité limitée) et la SAS (société par actions simplifiée).

Voici un récapitulatif des points forts et faibles de chaque structure juridique : 


Points forts

Points faibles

EI


Démarches de création simples

Responsabilité non limitée

SAS ou SASU


Souplesse des statuts


Responsabilité limitée aux apports


Dirigeant assimilé-salarié (charges sociales plus élevées)

SARL ou EURL


Responsabilité limitée aux apports


Cadre juridique sécurisant

Dirigeant travailleur indépendant (protection sociale moins étendue)


Fonctionnement plus rigide

Le régime du micro-entrepreneur (ex-auto entrepreneur) n’est pas le plus judicieux pour une laverie en raison du plafonnement du chiffre d’affaires.

Étape 6 : rédiger le business plan de sa laverie

Faire un business plan avant d’ouvrir votre laverie est indispensable pour s’assurer de la rentabilité de votre projet. Le business plan récapitule :

  • Les prévisions financières de votre projet (compte de résultat prévisionnel, plan de trésorerie, seuil de rentabilité…) ;

  • La stratégie commerciale choisie (prix pratiqués, carte de fidélité pour les clients…) ;

  • L’analyse du marché, de votre clientèle et de la concurrence ;

  • La structure juridique.

Pour rédiger votre business plan, utilisez un outil en ligne comme celui de Je Suis Entrepreneur. Vous serez guidé tout au long du processus et obtiendrez un business plan pdf fiable et complet à présenter à votre banquier pour appuyer votre demande de financements.

Étape 7 : connaître la réglementation pour ouvrir une laverie automatique

Globalement, la réglementation pour ouvrir une laverie est plutôt stricte et elle se durcit d’année en année. Voici les principales règles :

  • Faire contrôler les machines chaque semaine pour s’assurer de leur bon fonctionnement ;

  • Garantir la sécurité des clients en affichant une série d’informations (surveiller les enfants, ne pas forcer les portes, etc.) ;

  • Laisser le numéro de téléphone de l’exploitant en cas de problème ;

  • Fournir le mode d’emploi des machines ;

  • Afficher les prix et prestations ;

  • Posséder un certificat de conformité de chaque machine fourni par le fabricant.

Même si la gestion d’une laverie est souvent une activité annexe pour l’exploitant et ne nécessite pas de diplôme particulier, il faut veiller à respecter la réglementation pour exercer son activité en toute légalité.

Étape 8 : trouver le local idéal pour ouvrir une laverie en libre-service

L’implantation de la laverie est capitale pour que votre business marche.

Pour savoir si l’emplacement que vous avez choisi a du potentiel, penchez-vous sur :

  • La concurrence autour de la laverie (mieux vaut être éloigné de vos concurrents) ;

  • La densité de population susceptible de recourir à vos services ;

  • La distance avec le centre-ville (une proximité est souhaitable) ;

  • Les commerces autour de la laverie qui peuvent drainer de potentiels clients (centre commercial, boulangerie, pharmacie…) ;

  • L’accessibilité du lieu (parking, bus…).

Vous pouvez louer votre local en recourant au bail commercial ou acheter un local commercial. À vous de voir la meilleure solution pour vous.

Un conseil : commencez vos recherches dès que possible car vous pourriez avoir du mal à trouver la perle rare en fonction de votre implantation ! 

Étape 9 : se lancer

Avant d’ouvrir officiellement votre laverie, il faut partir à la recherche de financements. L’investissement de départ est conséquent donc vous devez avoir les reins solides. Vous pouvez :

  • Demander un prêt bancaire (avec au moins 10 000 à 15 000 € minimum d’apport) ;

  • Constituer un apport personnel ;

  • Faire appel au soutien de vos proches (« love money ») ;

  • Solliciter des aides de l’État ou des organismes publics (prêt à taux zéro…)…

Une fois l’argent réuni, il ne vous reste plus qu’à déclarer votre activité auprès du centre de formalités des entreprises (CFE) compétent.

Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 21 janvier 2022

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat