Accueil > Idées business > Le marché de la maroquinerie >

Les points de vigilance de la maroquinerie

Icône auteur

Par Joris Melin

Icône date de publication

25 mai 2021

Icône temps de lecture

1 min.

maroquinier
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

Les principales difficultés du métier

• L’intensité de la concurrence :

Les acteurs sont de plus en plus nombreux sur ce marché. A la concurrence des grandes surfaces alimentaires, s’ajoute celle des fabricants (disposant de leurs propres réseaux de distribution, succursales ou corners) et des professionnels de l’équipement de la personne (prêt-à-porter, chausseurs…).

• La gestion des stocks :

La dépréciation des stocks est plus rapide à cause des effets de mode. Les réassortiments et les anticipations sont rendus délicats du fait de la saisonnalité des ventes. Une rotation par article inférieure à 3 mois est souhaitable pour éviter les invendus.

• L’insuffisance des fonds propres :

Les marges du secteur étant en baisse sensible, il est indispensable de disposer de capitaux propres importants pour l’acquisition des immobilisations et le financement du besoin en fonds de roulement particulièrement important (+ 2 mois de chiffre d’affaires HT).

Dans ce contexte, les commerces les plus performants disposent d’un excellent emplacement, d’un large assortiment de produits et d’une forte notoriété. Ils sont gérés par des professionnels du secteur, disposant de capitaux propres élevés. L’adhésion à un réseau sous enseigne est un atout majeur pour réussir.

TAUX DE SURVIE AU-DELÀ DES 3 PREMIÈRES ANNÉES

Commerce
Moyenne tous secteurs

70,7 % (1)
75,2 %

(1) Source : Insee, Taux de Survie à 3 ans pour la génération 2014.

Joris

Joris Melin

Icône LinkedIn

Coach pour entrepreneur

Article mis à jour le 25 mai 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat