Accueil > Idées business > Le marché du médecin généraliste >

Les points de vigilance du médecin généraliste

Icône auteur

Par Joris Melin

Icône date de publication

25 mai 2021

Icône temps de lecture

1 min.

cabinet medecin generaliste
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

Les principales difficultés du métier

La profession de médecin généraliste, faible consommatrice de financements, reste peu risquée. En outre, en vue des nombreux facteurs de croissance du secteur (vieillissement de la population, augmentation des affections longue durée, renforcement de la prise en charge ambulatoire), le volume des actes des médecins généralistes continuera de croître.

  • Les difficultés à l’installation
    L’installation implique des efforts importants, soit sous forme d’apports en fonds propres s’il y a rachat de cabinet, soit sous forme de limitation très stricte des dépenses privées s’il y a création. Dans tous les cas, le jeune médecin doit accepter de travailler énormément (remplacements, gardes, cabinet + salariat…) jusqu’à ce qu’il ait atteint un seuil minimum de 4 à 5 000 actes. Toutefois, les conditions d’installation des jeunes médecins se sont sensiblement améliorées et ne cesseront de se bonifier du fait de l’évolution démographique des généralistes. En outre, plusieurs dispositifs aident les jeunes praticiens à s’installer en zones sous-dotées (contrat d’aide à l’installation des médecins, dispositif praticien territorial de médecine générale ou de remplacement).

  • La volatilité de la patientèle lors de la reprise Le rachat d’un cabinet sans phase de transition permettant de transférer progressivement la patientèle, est à éviter. Du fait du départ à la retraite de nombreux généralistes, on entre dans une période de réelles opportunités de reprise de cabinets. Le choix d’une région à faible densité de généralistes est un élément important de réussite.

 Dans ce contexte, les médecins généralistes disposant de fonds propres à l’installation développeront une activité suffisante et rentable, particulièrement dans les régions à faible densité médicale.

TAUX DE SURVIE AU-DELÀ DES 5 PREMIÈRES ANNÉES

Enseignement, santé humaine et action sociale
Moyenne tous secteurs

74,8 % (1)
60,4 %

(1) Source : Insee, Taux de Survie à 5 ans pour la génération 2010.

Joris

Joris Melin

Icône LinkedIn

Coach pour entrepreneur

Article mis à jour le 25 mai 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat