Les points de vigilance du notaire

Icône auteur

Par Joris Melin

Icône date de publication

26 mai 2021

Icône temps de lecture

1 min.

office de notaire
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

Les principales difficultés du métier

 L’absence de diversification

Les études ne parvenant pas à développer les actes librement tarifés (conseil, expertises, négociations) subiront plus durement les variations de la situation du marché immobilier. 

Le coût de l’acquisition

Bien que le niveau d’autofinancement soit très contrôlé par la Chancellerie, l’étude peut éprouver des difficultés à atteindre un niveau de rentabilité correct si elle a été acquise à un prix trop élevé.

La gestion de l’étude

Les charges de personnel, notamment, doivent être surveillées. La maîtrise de l’informatique est également importante afin de réduire les charges de personnel et de fonctionnement.

Les évolutions règlementaires

La loi 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l’activité, l’égalité des chances économiques (dite loi Macron) modifie profondément le cadre d’exercice des professionnels : assouplissement des conditions d’installation (zones ouvertes à la libre installation des notaires depuis février 2016) et fin progressive du numerus clausus, révision périodique des tarifs par le Ministère de la Justice et limite d’âge notamment.

Face à l’évolution des conditions d’exercice de la profession (disparition progressive du numerus clausus, encadrement des tarifs), les notaires auront tout intérêt à se regrouper ou à créer des synergies avec des professions juridiques connexes.

TAUX DE SURVIE AU-DELÀ DES 3 PREMIÈRES ANNÉES

Activités juridiques
Moyenne tous secteurs

Nc (1)
75,2 %

(1) Source : Insee, Taux de Survie à 3 ans pour la génération 2014.

Joris

Joris Melin

Icône LinkedIn

Coach pour entrepreneur

Article mis à jour le 26 mai 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat