Accueil > Idées business > Le marché de la pâtisserie >

Les points de vigilance de la pâtisserie

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

20 mai 2021

Icône temps de lecture

1 min.

patisserie
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

Les principales difficultés du métier

L’insuffisance des fonds propres

Les fonds propres doivent représenter au minimum 30% des capitaux permanents. En phase d’installation, le professionnel doit également disposer d’une trésorerie personnelle suffisante pour faire face à un début d’activité généralement très difficile.

La baisse du chiffre d’affaires

Le maintien du chiffre d’affaires est rendu difficile par l’effet conjugué de la baisse de la consommation et l’intensification de la concurrence de la part des GSA et des chaînes de boulangerie-pâtisserie.

Le manque de personnel qualifié

Comme pour l’ensemble des métiers de bouche, le secteur de la pâtisserie éprouve des difficultés à recruter un personnel qualifié ( horaires de travail et faibles rémunérations).

La diversification

La création d’un salon de thé attenant à la pâtisserie génère des investissements (locaux, aménagements) et des frais de personnel importants pour une rentabilité très souvent aléatoire.

 Dans ce contexte, les artisans-pâtissiers qui possèdent une forte notoriété locale, grâce à des produits de qualité, qui disposent d’équipements performants sans endettement excessif et qui maîtrisent leurs charges et leurs achats, ont toutes les chances de réussir.

TAUX DE SURVIE AU-DELÀ DES 3 PREMIÈRES ANNÉES

Commerce

Moyenne tous secteurs

70,7 % (1)

75,2 %

(1) Source : Insee, Taux de Survie à 3 ans pour la génération des entreprises créées en 2014.

Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 05 août 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat