Accueil > Idées business >

Le marché de la plâtrerie

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

18 mai 2021

Icône temps de lecture

2 min.

devenir plaquiste

Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ?

COMPÉTENCES

Qualification professionnelle
Aptitudes commerciales
Maîtrise de la gestion

SPÉCIFICITÉS

Poids des investissements
Importance de la qualité de l''emplacement
Intensité de la concurrence

VIE PRIVÉE

Niveau de rémunération
Degré des contraintes horaires
Facilité de remplacement

Contexte

Après avoir subi une chute historique de son volume d’activité de 15% en 2020 en raison de la crise sanitaire, la filière du bâtiment a profité d’un important rebond mécanique en 2021. Ainsi, l’activité des entreprises artisanales du bâtiment a affiché une croissance de 2,5% par rapport à 2019, année d’avant-crise sanitaire.

Le segment de l’amélioration-entretien a été particulièrement moteur en raison de la vigueur du marché immobilier dans l’ancien (plus de 1 million de transactions en 2020, plus de 1,2 million en 2021) et des mesures incitatives en faveur des travaux de rénovation énergétique (MaPrimeRénov’, éco-prêt à taux zéro, plan France Relance en faveur de la rénovation énergétique des bâtiments non résidentiels).

En dépit de la reprise de l’activité, les entreprises du secteur sont restées confrontées à d’importantes difficultés d’approvisionnement ainsi qu’à une flambée des coûts des matériaux et équipements. Cette situation a continué d’affecter les marges, déjà structurellement faibles, des entreprises du secteur.

Malgré l’entrée en vigueur, le 30 juillet 2020, de la nouvelle directive européenne sur le travail détaché (instauration de l’alignement des rémunérations des travailleurs détachés sur celles des salariés employés par les entreprises établies sur le territoire, durée de détachement limitée à 12 mois, création d’un statut de détachement longue durée aux conditions plus strictes), le BTP reste l’un des principaux secteurs à recourir à ce statut en France. Les fraudes au travail détaché et au travail dissimulé constituent une concurrence déloyale portant préjudice aux acteurs du secteur.

Suite aux accords d’éco-conditionnalité passés entre l’Etat et l’Ademe, les travaux de rénovation énergétique sont éligibles aux différents dispositifs d’aides qu’à la condition qu’ils soient réalisés par des professionnels qualifiés « RGE » (Reconnu Garant de l’Environnement). L’engagement dans une démarche qualité est donc devenu incontournable pour accéder au marché porteur des travaux d’amélioration des performances énergétiques des logements.

Tendances

Le volume d’activité du secteur du bâtiment poursuivra sa croissance en 2022, tant sur le gros œuvre que le second oeuvre, soutenu à la fois par le dynamisme de la construction de logements neufs (segment de la maison individuelle notamment) et par une demande accrue en travaux d’amélioration-entretien (travaux de rénovation énergétique plus particulièrement).

Toutefois les entreprises du secteur resteront très pénalisées par les difficultés d’approvisionnements et par la hausse des prix (matériaux, équipements, énergie, carburant) sous l’effet conjugué d’une demande mondiale élevée, de l’impact de la stratégie « zéro Covid » sur les capacités de production en Chine et du conflit en Ukraine. Dans ce contexte, les tensions sur les marges des entreprises s’intensifieront et les trésoreries resteront exsangues.

Enfin, la filière évoluera dans un contexte économique moins favorable. En effet, la remontée des taux d’intérêt, le durcissement des conditions d’octroi des crédits immobiliers, la hausse des coûts de construction (surcoûts liés à l’entrée en vigueur de la RT 2020 au 1er janvier 2022 notamment) ainsi que les fortes tensions sur le pouvoir d’achat des ménages seront autant de facteurs qui pourraient impacter négativement la demande à court terme.

L'organisation du marché

• Selon le maître d'ouvrage et la taille de l'entreprise :

– Les petites entreprises , avec comme clients les particuliers, travaillent essentiellement dans l'immobilier domestique. Elles représentent plus de 97% des entreprises du secteur.

– Les entreprises plus importantes, aptes à répondre aux cahiers des charges d'appel d'offre, interviennent auprès des administrations, HLM, sociétés …

• Selon le type d'ouvrage :

– Le logement privé ou locatif, individuel ou collectif, représente le principal débouché des entreprises de plâtrerie (60% du chiffre d'affaires).

– Les bâtiments à usage collectif.

– Les bureaux, privés ou locatifs, individuels ou collectifs.

– Les ateliers d'usines.

• Selon la nature de l'intervention :

– Les travaux dans le neuf, pénalisés par la chute des mises en chantier tant dans le résidentiel que dans le non résidentiel.

– La rénovation, favorisée par la réglementation et le taux réduit de TVA.

NOMBRE D’ENTREPRISES DU SECTEUR

2020

38 302 (1)

CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR (EN MILLIARDS D’EUROS)

2019

6,046 Md€ (2)

ÉVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR EN VALEUR (INDICE ICA BASE 100 EN 2015)

2021

2020

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

141,4 (3)

118,3

127,8

118,5

110,1

103,2

100,0

100,5

102,3

101,9

99,6

92,0

(1) Source : Source : Insee, démographie des entreprises et des établissements 2020 – champs marchand non agricole, Stocks d’entreprise au 31 décembre 2020, Travaux de plâtrerie.

(2) Source : Insee, Esane, Travaux de plâtrerie.

(3) Source : Insee, Indice de chiffre d'affaires base 2015, Travaux de plâtrerie.

Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 18 juillet 2022

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat