Accueil > Idées business >

Le marché de la réparation automobile

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

21 mai 2021

Icône temps de lecture

2 min.

garage auto

Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ?

COMPÉTENCES

Qualification professionnelle
Aptitudes commerciales
Maîtrise de la gestion

SPÉCIFICITÉS

Poids des investissements
Importance de la qualité de l'emplacement
Intensité de la concurrence

VIE PRIVÉE

Niveau de rémunération
Degré des contraintes horaires
Facilité de remplacement

Le volume d’activité du secteur de la réparation et de l’entretien de véhicules renoue avec la croissance ces dernières années.

Plusieurs facteurs y contribuent :

  • l’extension du parc automobile,

  • l’allongement de la durée de vie des véhicules,

  • la marginalisation du «do it yourself» : face à la technicité croissante des véhicules, les particuliers se contentent de l’entretien courant (vidanges, etc.). Les interventions plus sophistiquées sont de moins en moins accessibles à un non-professionnel.

  • le renforcement des contrôles techniques à compter du 20 mai 2018 (nombre de points de contrôle porté à 124 contre 131 ce qui représentera 606 points de défaillances contre 453 aujourd’hui, délai de réparation réduit à 24 heures en cas de défaut critique) stimule l’activité des réparateurs automobiles.

  • l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation européenne (règlement CE 1400/2002 puis CE 461/2010) sur la distribution automobile : elle entraîne une mutation structurelle du secteur au profit des enseignes de réparation rapide et des garagistes indépendants. En effet, cette nouvelle réglementation autorise tous les professionnels du secteur à obtenir un agrément pour assurer le service après-vente jusque-là réservé exclusivement aux concessionnaires. Cet agrément peut être demandé auprès de plusieurs constructeurs. De plus, ces derniers sont tenus de diffuser leurs fiches techniques qui étaient jusque-là réservées uniquement à leurs concessionnaires. Toutefois, cette nouvelle réglementation incite les enseignes à intensifier le maillage du territoire augmentant ainsi la concentration du secteur aux dépens des indépendants.

Toutefois, la technicité croissante des véhicules (augmentation du nombre de matériel électronique embarqué) contraint les garagistes à employer une main d’œuvre très qualifiée qui alourdit d’une façon notable les charges de personnel. En outre, l’équipement nécessaire à l’entretien des nouvelles technologies demande du matériel de pointe et oblige les professionnels à réaliser de lourds investissements. Enfin, la fiabilité croissante des véhicules pèse sur l’activité des professionnels du secteur.

Tendances

Bien que l’activité du secteur ait été pénalisée lors du premier confinement (report des demandes d’entretien/réparation et des contrôles techniques), le rattrapage d’activité post-confinement, conjuguée au dynamisme du segment de la vente de véhicules d’occasion, a permis de limiter la baisse de chiffre d’affaires en 2020.

Le rebond d’activité du secteur en 2021 s’appuiera sur le vieillissement du parc automobile, la bonne tenue du marché de l’occasion ainsi que sur un effet prix positif lié à la technicité croissante des véhicules.

L’organisation du marché

  • Les garagistes indépendants : (mécaniciens réparateurs automobiles) ne font pas partie des réseaux officiels de marques. Ce sont des généralistes. Ils exercent souvent une activité complémentaire spécialisée (carburant, électricité-auto, dépannage-remorquage, …). Ils peuvent obtenir l’agrément d’un ou plusieurs constructeurs pour assurer le service après-vente de leurs marques.

  • Les concessionnaires : exercent leur activité dans le cadre juridique d’un contrat de concession avec le constructeur en assurant la vente et le service après-vente des véhicules de leur marque. Avec l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation, les concessionnaires ne sont plus les seuls à pouvoir effectuer le service après-vente des véhicules de la marque.

  • Les agents de marque : ils sont liés par un contrat d’agence avec un concessionnaire pour la vente des véhicules sur laquelle ils sont commissionnés. Leur activité consiste essentiellement à réaliser des travaux de maintenance et de réparation sur des véhicules de leur marque, mais pas exclusivement.

  • Les réseaux spécialisés sous enseigne : on distingue deux types de réseaux : les réseaux de réparation rapide (Speedy, Midas, Axto…) spécialisés dans la réparation automobile et les réseaux de centres auto (Feu Vert, Maxauto, Norauto…) spécialisés dans la vente d’accessoires et de pièces détachées et qui assurent aussi quelques activités de maintenance.

NOMBRE D’ENTREPRISES DU SECTEUR

2018

61 724 (1)

CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR (EN MILLIARDS D’EUROS)

2018

17,281 Md€ (2)

ÉVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR EN VALEUR (INDICE ICA BASE 100 EN 2015)

2020

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

117,6 (3)

124,5

117,8

110,8

104,8

100,0

96,6

95,9

93,7

92,3

76,8

(1) Source : INSEE, démographie des entreprises et des établissements 2018 – champs marchand non agricole, Stocks d’entreprise au 31décembre 2018, « Entretien et réparation de véhicules automobiles légers ».

(2) Source : INSEE, ESANE, « Entretien et réparation de véhicules automobiles légers ».

(3) Source: INSEE, Bulletin statistique, « Entretien et réparation de véhicules automobiles légers ».

Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 21 mai 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat