Le marché de la restauration rapide

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

24 mai 2021

Icône temps de lecture

3 min.

restauration-rapide
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ?

COMPÉTENCES

Qualification professionnelle
Aptitudes commerciales
Maîtrise de la gestion

SPÉCIFICITÉS

Poids des investissements
Importance de la qualité de l'emplacement
Intensité de la concurrence

VIE PRIVÉE

Niveau de rémunération
Degré des contraintes horaires
Facilité de remplacement

Sous l’effet des mesures sanitaires qui se succèdent depuis mars 2020 (confinement, fermeture des restaurants, couvre-feu, restrictions de déplacement, généralisation du télétravail, jauge d’accueil), la restauration rapide a été sévèrement touchée par la crise sanitaire. L'essor de la vente à emporter et de la livraison a toutefois joué un rôle d’amortisseur. 

Dans ce contexte, le chiffre d'affaires en valeur du secteur accuse un recul de 21,5% en 2020 contre près de 39% pour la restauration traditionnelle. 

Ces dernières années, les tensions sur le pouvoir d’achat des ménages conjugué à l’évolution des modes de vie (nomadisme alimentaire, diminution du temps consacré au repas) ont permis à la restauration rapide gagner du terrain, d’autant qu’elle s’adapte aux nouvelles tendances de consommation (alimentation healthy, bio, vegan, ect.). 

Le marché est dominé par les réseaux sous enseigne. Ils mènent d'intenses politiques de maillage territorial qui conduisent à une saturation de l'offre dans certaines zones. Leur puissance d'achat conjuguée à des moyens de communication de grandes envergures, leur confère un avantage concurrentiel important.

Par ailleurs, les professionnels du secteur sont confrontés à la concurrence de la grande distribution (espace dédié aux produits nomades) et du commerce de proximité (boulangeries notamment) qui développent des relais de croissance en proposant une offre de restauration rapide. 

Les professionnels du secteur doivent aujourd’hui s’adapter à l’essor de la livraison à domicile (46% des Français ont eu recours à la livraison en 2020) en investissant dans la digitalisation de leurs établissements. L’essor des dark kitchen, exclusivement dédiées au click&collect et à la livraison, tendra, à terme, à modifier la structure du secteur.
 
Les frontières entre restauration traditionnelle, restauration rapide et activités traiteur sont amenées à devenir plus floues avec le développement de la livraison, de la vente à emporter et du service en continu.

Tendances

Sur l’ensemble de l’année 2021, le chiffre d’affaires du secteur ne devrait pas retrouver son niveau d’avant-crise en raison des restrictions sanitaires appliquées au cours du premier semestre (confinement, fermeture des centres commerciaux, restriction de déplacement, couvre-feu, jauges d’accueil). Par ailleurs, des incertitudes pèsent sur l’évolution de la situation sanitaire au cours du second semestre.

L’organisation du marché

Plus d’un repas sur deux hors domicile est pris dans un restaurant rapide. La typologie de ces restaurants est variée :

  • les spécialistes du burger : près d’un sandwich vendu sur deux est un burger. Ce segment est dominé par trois enseignes : Mc Donald’s, Burger King (Quick) et KFC. Totalisant moins de 2 000 unités, principalement en franchise, elles captent 45% du chiffre d’affaires de la restauration rapide. De nouveaux concepts se développent : burger à la française (Big Fernand), livraison de burger (Speed Burger et Mythic Burger), ambiance  « fifties » (Memphie Coffee), etc.

Les politiques de maillage territorial menées par ces leaders, ont entrainé une saturation de l’offre dans les grandes agglomérations. Les concepts sont, à présent, déclinés pour s’adapter aux agglomérations plus petites ainsi qu’aux lieux d’affluence comme les centres commerciaux ou les gares.

  • les sandwicheries à la française : le sandwich traditionnel reste le produit leader de la restauration rapide. Toutefois, seule la moitié des parts du marché de ce segment est captée par les sandwicheries qui sont principalement concurrencées par les boulangeries et les grandes surfaces alimentaires. Plusieurs enseignes sont présentes sur ce marché : La Brioche Dorée, Pomme de Pain, Class’Croute etc.

  • la vente de pizza à emporter et/ou livrer : la France est le deuxième plus grand consommateur de pizza au monde (derrière les Etats-Unis). Quatre leaders captent l’essentiel du marché : Domino’s Pizza, Pizza Hut, La Boite à Pizza et Speed Rabbit. Dans un contexte de forte pression tarifaire (multiplication des offres promotionnelles), les acteurs de ce segment tendent à se distinguer par une montée en gamme des produits.

  • les concepts thématiques ou mono-produit : pâtes, salades, woks, bagels, burritos, etc. ces concepts, déclinant un produit star, tendent à prendre de l’ampleur.

De nombreux réseaux sous enseignes ont investi ces concepts afin de se démarquer dans un contexte concurrentiel âpre.

  • le fast casual : cette restauration rapide haut de gamme répond à une préoccupation grandissante des consommateurs pour l’équilibre alimentaire et la qualité des produits consommés. Avec un ticket moyen de 20 à 25% plus élevé que sur les autres segments, le fast casual tend à se développer sous forme de réseaux sous enseigne : Bert’s, Prêt à Manger, Le Pain Quotidien.

  • le food truck : très répandue aux Etats-Unis, cette restauration ambulante (ou street food) est en plein essor. Bénéficiant à la fois d’une image de proximité et de qualité, les food truck séduisent les consommateurs en quête d’alternatives à la restauration rapide classique. Ce concept séduit les porteurs de projets, l’investissement principal se limitant au camion (50 000 à 100 000 euros). Toutefois, la principale difficulté est d’obtenir un bon emplacement (soumis à autorisation dans l’espace public comme privé).

NOMBRE D’ENTREPRISES DU SECTEUR

2019

103 077(1)

CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR (EN MILLIARDS D’EUROS)

2018

19,520 Md€ (2)

ÉVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR EN VALEUR (INDICE ICA BASE 100 EN 2015)

2020

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

114,0 (3)

145,2

131,8

119,8

108,0

100,0

95,0

91,9

88,3

83,8

77,5

(1) Source : INSEE, démographie des entreprises et des établissements 2019 – champs marchand non agricole, Stocks d’entreprise au 31 décembre 2019, « Restauration rapide ».

(2) Source : INSEE, ESANE.

(3) Source : INSEE, Bulletin statistique, « Restauration rapide ».

Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 10 août 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat