Accueil > Idées business >

Le marché de la scierie

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

20 mai 2021

Icône temps de lecture

1 min.

ouvrir scierie

Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ?

COMPÉTENCES

Qualification professionnelle
Aptitudes commerciales
Maîtrise de la gestion

SPÉCIFICITÉS

Poids des investissements
Importance de la qualité de l'emplacement
Intensité de la concurrence

VIE PRIVÉE

Niveau de rémunération
Degré des contraintes horaires
Facilité de remplacement

Très lié au secteur de la construction, de l’emballage et de l’ameublement, le secteur de la scierie connait une reprise de son activité après avoir fait face à d’importantes difficultés ces dernières années.

Toutefois, bien que la demande soit bien orientée, les entreprises du secteur sont confrontées à la fois aux pressions concurrentielles (Europe du Nord notamment), aux difficultés d’approvisionnement (manque de régularité et d’homogénéité de la matière première qui nécessite des opérations supplémentaires), à l’augmentation des cours du bois (conséquence de la très forte demande sur le marché mondial), à la hausse des coûts de production (énergie, main-d’œuvre) ainsi qu’à la pénurie de main-d’œuvre qualifiée.

Pour faire face à ces contraintes et diminuer les coûts de production, les scieries françaises, encore faiblement automatisées, doivent investir pour moderniser leur outil de travail. Or, les opérateurs de taille modeste, majoritaires dans le secteur, ne disposent pas des capitaux propres suffisants pour faire face à ces investissements.

Dans ce contexte, les scieries doivent jouer la carte de l’adaptabilité (capacité à traiter la matière première disponible) et développer la part des produits techniques (bois rabotés, bois collés), produits à plus forte valeur ajoutée en comparaison des sciages bruts. La diversification (activités de seconde transformation du bois) peut être une stratégie gagnante mais elle est plus difficilement accessible aux petites structures.

Tendances

Le nombre de scieries continuera de diminuer.

La part des sciages bruts devrait continuer à baisser au profit des produits techniques (bois rabotés et bois collés).

Dans le cadre du contrat de filière forêt-bois, le gouvernement prévoit un plan d’investissement pour soutenir les investissements des industries de transformation du bois (100 M€ seront mobilisés sur la période 2018-2022).

L’organisation du marché

Le secteur du sciage de bois est segmenté par les professionnels selon la taille des entreprises :

  • Les scieries industrielles : elles représentent 5% des scieries françaises. Scieries de production (jusqu’à 600 000 m3 de sciage à l’année), elles produisent des produits standardisés et sont tournées vers le négoce et les marchés internationaux.

  • Les scieries semi-industrielles : elles représentent 35% des scieries françaises. Elles proposent des produits standardisés et sur-mesure.

  • Les scieries artisanales : elles représentent 60% des scieries françaises et produisent 6% du volume de sciages (500 m3 en moyenne). Tournées vers les marchés de proximité (clientèle de charpentiers, ébénistes, menuisiers), elles pratiquent le débit-sur-liste (sciage à la demande) et la vente directe.

A noter, la moitié des scieries ont une activité d’exploitation forestière.

NOMBRE D’ENTREPRISES DU SECTEUR

2017

1 471 (1)

CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR (EN MILLIARDS D’EUROS)

2016

3,661 Md€ (2)

ÉVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR EN VALEUR (INDICE ICA BASE 100 EN 2015)

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

115,0 (3)

110,0

102,9

100,0

98,3

97,1

95,0

96,1

88,9

(1) Source: Agreste.

(2) Source: INSEE, ESANE.

(3) Source: INSEE, Bulletin statistique.

Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 20 mai 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat