Comment devenir taxi ?

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

24 juin 2022

Icône temps de lecture

5 min.

taxi

Vous hésitiez entre devenir chauffeur de taxi ou devenir VTC ? Vous avez décidé de vous lancer en tant que chauffeur de taxi ? La profession est en pleine évolution ! Les chauffeurs de taxis cherchent actuellement à perfectionner leur offre de service principalement pour concurrencer les VTC… C’est donc peut-être le moment de vous jeter à l’eau ! Comment devient-on chauffeur de taxi ? Quelles sont les formations pour devenir chauffeur de taxi ? Quel est le salaire prévisionnel d’un chauffeur de taxi ? Faut-il exercer en tant qu’indépendant ou salarié d’une société ? Quel est le statut à privilégier ?  Quelles sont les particularités à connaître concernant ce métier ? Faut-il une licence ? Un casier judiciaire vierge ? Quel est le budget nécessaire pour devenir taxi ? Quels sont les coûts de fonctionnement à prévoir ? Nous vous donnons toutes les informations dont vous avez besoin pour vous lancer. Accrochez vos ceintures ! C’est parti !

Quelles sont les conditions pour devenir chauffeur de taxi ?

Pour être éligible à la profession de chauffeur de taxi, assurez-vous tout d’abord de remplir les conditions nécessaires suivantes :

  • Titularité d’un permis de conduire de la catégorie B en cours de validité ; 

  • Certificat d’aptitude délivrée par un médecin agréé par la préfecture ;

  • Titularité du diplôme PSC1 (diplôme des soins en premier secours) depuis moins de 2 ans ;

  • Détention d’un casier judiciaire qui ne comporte aucune condamnation incompatible avec l’exercice de la profession.

On entend par là toute condamnation définitive liée à la commission d’un délit au volant, prononcée par une juridiction française ou étrangère à une peine criminelle ou correctionnelle d’au moins 6 mois d’emprisonnement pour : vol, escroquerie, abus de confiance, atteinte volontaire à l’intégrité de la personne, agression sexuelle ou infraction à la législation sur les stupéfiants ou encore d’un retrait définitif de votre carte professionnelle de conducteur de taxi ou d’une exclusion pour fraude à l’examen du certificat de capacité.

Faut-il détenir une carte professionnelle ?

Sous réserve de réussir l’examen de chauffeur de taxi, les conditions exposées vous ouvrent droit à l’obtention d’une Autorisation de stationnement (ADS) et plus communément de "plaque".

Il est effectivement impératif d’être en possession d’une carte professionnelle de taxi pour pouvoir exercer cette dernière activité. Celle-ci est délivrée à la suite d’un examen de capacité professionnelle.

Quelle est la formation pour devenir chauffeur de taxi ?

La profession de chauffeur de taxi est organisée par le ministère de l’Intérieur qui fixe la réglementation de délivrance du CCPCT (Certificat de Capacité Professionnelle de Chauffeur de Taxi). Il est obligatoire d’en détenir une pour exercer ce métier. Le dossier de candidature est à demander à la préfecture du domicile du demandeur.

☝ Plusieurs sessions annuelles sont organisées annuellement et le formulaire d’inscription disponible sur le site internet de la Préfecture dont vous dépendez.

Il est recommandé de suivre une formation taxi pour bien préparer l'examen. 

Il est bien évidemment possible de préparer l’examen seul. Néanmoins, il est fortement conseillé de suivre une formation dans un centre de formation agréé qui dure environ 2 mois. A la suite de celle-ci, un examen pratique consistera à mettre le candidat par une épreuve de conduite et de comportement.

La réussite de l’examen vous ouvre droit - dans les 3 mois suivant votre demande – à l’obtention d’une carte professionnelle (ci-dessus évoquée) qui précisera l’étendue géographique - au niveau départemental - sur laquelle vous pourrez exercer votre activité.

Y-a-t-il une obligation de formation continue ? 

Un stage de formation continue doit être renouvelé tous les 5 ans. Il doit être nécessairement dispensé au sein d’une école agréée et délivrer d’une attestation de fin de stage.

Comment acquérir une licence de taxi ?

Trois façons permettent l’acquisition d’une licence de taxi :

  • L'obtention d'une nouvelle licence gratuite. Cette dernière nécessite néanmoins de faire preuve de patience. Tant mieux si vous avez du temps devant vous ! En effet, les délais d'attente sont souvent très longs auprès de la mairie de la commune dans laquelle vous exercez votre activité.

☝L’inscription n’est valable qu’un an et doit être renouvelée si besoin. Il est d’ailleurs assez fréquent d’attendre plusieurs mois voire plusieurs années avant d’obtenir sa licence, la préfecture les délivrant au compte-gouttes. 

  • La reprise d'une licence. Le professionnel doit alors trouver un cédant qui le présentera à l'administration de tutelle comme son successeur.

  • La location-gérance d'une licence. Les professionnels qui ne disposent pas de capitaux propres pour l’acquisition d’une licence optent généralement pour cette formule. Ils bénéficient donc d'un véhicule et d'une licence moyennant redevance.

Le statut de locataire simple a été supprimé depuis le 1er janvier 2017 au profit de la location-gérance depuis la loi n°2014-1104 du 1er octobre 2014. Le chauffeur de taxi doit donc avoir obtenu sa licence avant la date de la promulgation de la loi, soit le 1er octobre 2014. Toute licence délivrée après cette date ne pourra pas être transmise.

Quel statut juridique adopter ?

Le fait que vous soyez propriétaire ou non de votre licence détermine votre statut juridique. Si vous êtes propriétaire, vous deviendrez alors chauffeur de taxi indépendant. Sinon vous serez amené à être salarié de l'exploitant qui vous loue la licence et vous deviendrez donc chauffeur de taxi salarié.

En tant qu’indépendant, vous devez faire attention au choix de la forme de votre société. Vous pouvez opter pour le statut d'auto-entrepreneur mais il comporte quelques inconvénients. La plupart des chauffeurs de taxis indépendants créent une société et les formes les plus courantes sont l’EURL ou la SASU.

Quel est le salaire d'un chauffeur de taxi ? 

Le salaire d’un chauffeur de taxi dépend de différents paramètres tels que le statut du chauffeur, la ville d’exercice, les conditions d’exercice (nuit/jour, jours fériés, horaires), les pourboires distribués. 

Seuls des ordres de grandeur sont donc possibles. Le salaire moyen d’un chauffeur de taxi salarié peut être évalué autour de 1700 € mensuel. Le chauffeur de taxi qui exerce en tant que libéral gagnera environ 3 000 à 3 200 € mensuels mais il est important de comprendre que son statut est plus fragile et ne comprend pas de droit au chômage, pas de congés payés et une faible couverture sociale.

Pour en apprendre plus, on vous recommande notre étude de marché du taxi.

Quels sont les investissements à prévoir pour être chauffeur de taxi ?

  • L’acquisition d’une licence d’exercice. Les prix réels des licences varient de 30 à 150 k€ en province et de 150 à 250 000 € à Paris.

  • Le renouvellement du véhicule - tous les 3 ans environ - représente l'investissement le plus important.

  • Un arrêté en date du 13 février 2009 porte sur les nouveaux systèmes de répétiteur lumineux de tarifs que les taxis doivent fixer sur le toit de leur véhicule (les nouveaux dispositifs devront permettre d'indiquer à l'extérieur si le taxi est libre ou en course ainsi que le tarif appliqué).

Les anciens dispositifs peuvent être utilisés jusqu'à l’expiration de la validité de leur certificat d’examen.

  •  La loi n°2014-1104 du 1er octobre 2014 contraint les professionnels à s'équiper d'un terminal de paiement par carte bancaire à compter du 2 octobre 2015.

Différents paramètres sont à prendre en compte :

  • La recette quotidienne :

Le professionnel doit être conscient qu’il doit quotidiennement suivre sa recette et que les trajets à vide absorbent une partie de la rentabilité de son exercice. En cela, ils ne doivent pas dépasser 40% du kilométrage parcouru.

☝L'adhésion à une société de radio permet de limiter les trajets sans passagers et donc d’améliorer la rentabilité de l’activité.

  •  Les recettes de l'activité

Le prix d'une course en taxi est déterminé par un compteur horokilométrique. Les prix sont fixés par arrêté préfectoral. Ils sont fonction de plusieurs paramètres tels que la prise en charge des personnes, la prise en charge des bagages et le prix de la course.

☝Il existe quatre types de tarifs en Province et trois à Paris.

Le prix d'une course est établi en fonction des plages horaires, des zones géographiques, et des jours fériés. Les recettes peuvent être complétées par le transport de marchandises, le transport touristique, le transport pour le compte de communes en complément des infrastructures de transport public ou le transport de personnes malades. 

☝Si vous souhaitez devenir taxi conventionné, ce statut nécessite d’effectuer certaines démarches comme la procédure de conventionnement auprès de la CPAM notamment.

  •  Les charges

Elles dépendent d’un critère majeur : la propriété du véhicule. 

-> Le chauffeur de taxi propriétaire de la licence de son véhicule a à sa charge l’ensemble des frais inhérents à sa voiture (assurances, réparations, carburant). 

-> S’il opte pour la location de son véhicule, il aura à sa charge le coût de celle-ci ainsi que le carburant.

  •  La trésorerie

Le professionnel doit être très attentif sur ses charges telles que le renouvellement du véhicule notamment.

Vous l’avez compris : le métier de chauffeur de taxi implique des investissements, une formation et un certain rigorisme pour viser la rentabilité à une heure où la concurrence avec les VTC est rude…

Vous êtes prêts à vous lancer ? Dans ce cas, n'hésitez pas à consulter notre guide sur le business plan de taxi !

Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 24 juin 2022

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat