Accueil > Idées business > Le marché du transport routier de marchandises >

Les points de vigilance du transport routier de marchandises

Icône auteur

Par Garance Bazan

Icône date de publication

25 mai 2021

Icône temps de lecture

1 min.

routier
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

Les principales difficultés du métier

Le secteur du transport routier est très sensible aux fluctuations conjoncturelles. En période de ralentissement de la croissance, les pressions concurrentielles se renforcent, affectant les marges de la profession dont le taux d’endettement s’accroît. Les transporteurs routiers doivent s’appuyer sur une structure financière saine pour résister aux variations conjoncturelles. 

• Les poids des investissements

Les investissements de départ et de renouvellement sont très lourds. Les professionnels doivent donc veiller à intégrer leurs investissements dans une stratégie globale de développement répondant à des débouchés réels.

• La diminution des marges

Les pressions concurrentielles conjuguées à la hausse des coûts de revient et à l’importance de la fiscalité auxquelles sont soumis les professionnels entraînent une diminution conséquente du niveau de marge des professionnels. La concurrence exacerbée du secteur nuit aux indépendants qui disposent de marges de manoeuvre moins aisées que les leaders du secteur en matière tarifaire. Ainsi, les défaillances d’entreprises du secteur se multiplient. 

• La qualité de la gestion

Une gestion défaillante (facturation, suivi des règlements, gestion du personnel et des plannings, entretien des véhicules, normes de sécurité…) entraîne d’importantes difficultés.

• Les difficultés de recrutement

La profession souffre d’une mauvaise image en raison de conditions de travail difficiles (amplitudes horaires, temps d’attente, pression des contrôles, manutention, etc.). Les entreprises peinent donc à recruter. 

Dans ce contexte, les professionnels qui réussissent le mieux font preuve de dynamisme commercial, de prudence dans leur stratégie de développement et d’une grande rigueur de gestion. Il est important notamment de stabiliser l’entreprise après chaque phase de croissance (nouveau véhicule, embauche de personnel, etc.) en évitant de précipiter les étapes.

TAUX DE SURVIE AU-DELÀ DES 3 PREMIÈRES ANNÉES

Transport et entreposage

Moyenne tous secteurs

80,9 % (1)

75,2 %

(1) Source : Insee, Taux de Survie à 3 ans pour la génération 2014.

Garance

Garance Bazan

Icône LinkedIn

UX designer

Article mis à jour le 25 mai 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat