Accueil > Idées business > Le marché de transport routier de voyageurs >

Les points de vigilance du transport routier de voyageurs

Icône auteur

Par Garance Bazan

Icône date de publication

25 mai 2021

Icône temps de lecture

1 min.

chauffeur de bus
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

Les principales difficultés du métier

• Les poids des investissements

L’acquisition de nouveaux véhicules doit coïncider avec un développement homogène de l’entreprise. D’autre part, l’entreprise doit veiller à disposer d’une surface financière suffisante pour investir et répondre aux exigences réglementaires de plus en plus sévères. Le professionnel doit s’assurer de l’intérêt financier réel de ses investissements en tenant compte de leur taux d’utilisation et de leurs coûts de maintenance, assurance, immobilisation, etc.

 • La qualité de la gestion

Une gestion défaillante (facturation, suivi des règlements, gestion du personnel, des plangs, entretien des véhicules, normes de sécurité…) entraîne d’importantes difficultés.  

• La gestion du personnel

Le personnel est difficile à gérer et constitue le premier poste de charges pour les entreprises du secteur. En effet, les exigences en termes de formation sont de plus en plus grandes et la main-d’œuvre est difficile à fidéliser en raison de la pénibilité du travail. Il en résulte un déficit des conducteurs d’autocars.

• Le low-cost et les nouveaux modes de transport

Le développement des offres low-cost, aussi bien dans le train que l’avion, contribue au succès de ces modes de transport contre lesquels, sur les longues distances, le transport par autocar ne peut rivaliser en termes de temps de trajet. Par ailleurs, depuis plusieurs années, le covoiturage s’est beaucoup développé dans l’hexagone. Très compétitif au niveau prix, son succès repose aussi sur les aspirations sociétales d’échange et de partage.

Dans ce contexte, les professionnels qui réussissent le mieux font preuve de dynamisme commercial, de prudence dans leur stratégie de développement et d’une grande rigueur de gestion. Il est important notamment de stabiliser l’entreprise après chaque phase de croissance (nouvelle concession, nouveau véhicule, embauche de personnel…) en évitant de précipiter les étapes.

TAUX DE SURVIE AU-DELÀ DES 3 PREMIÈRES ANNÉES

Transport et entreposage

Moyenne tous secteurs

80,9 % (1)

75,2 %

(1) Source : Insee, Taux de Survie à 3 ans pour la génération 2014.

Garance

Garance Bazan

Icône LinkedIn

UX designer

Article mis à jour le 25 mai 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat