Accueil > Idées business >

Ouvrir un cabinet de vétérinaire

Icône auteur

Par Garance Bazan

Icône date de publication

27 mai 2021

Icône temps de lecture

1 min.

devenir vétérinaire
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ?

COMPÉTENCES

Qualification professionnelle
Aptitudes commerciales
Maîtrise de la gestion

SPÉCIFICITÉS

Poids des investissements
Importance de la qualité de l'emplacement
Intensité de la concurrence

VIE PRIVÉE

Niveau de rémunération
Degré des contraintes horaires
Facilité de remplacement

L’activité des vétérinaires évolue dans un contexte très porteur.

Pour les vétérinaires pour animaux de compagnie, la croissance de la demande en soins vétérinaires repose sur de solides facteurs de croissance : progression du nombre d’animaux domestiques, médicalisation croissante des animaux et sensibilité plus forte au bien-être animal.

Concernant l’activité rurale, les contraintes sanitaires du secteur de l’agroalimentaire et la multiplication des crises sanitaires ont obligé les éleveurs à intensifier leurs dépenses dans les soins préventifs (campagne de vaccinations, hygiène, alimentation, etc.) afin d’éviter la contamination d’un élevage entier.

Près de la moitié des honoraires de la profession étant issue des activités annexes aux soins (médicaments, alimentation, accessoires), les vétérinaires sont toutefois très exposés aux pressions concurrentielles de la grande distribution (premier circuit de distribution pour l’alimentation animale), des animaleries qui se structurent autour de réseaux sous enseigne mais aussi des pure players positionnés sur le marché animal.

Des sites spécialisés dans les conseils vétérinaires à distance se sont aussi développés ces dernières années.

Dans ce contexte, les vétérinaires se regroupent de plus en plus au sein de réseaux de cliniques afin de mutualiser leurs charges (locaux, équipements, personnel) : Mon Véto, Univet, VetOne, etc. La prise de participation de certains fonds d’investissements dans ces réseaux contribue à leur développement au niveau national. 

Tendances

A titre expérimental et pour une durée de 18 mois, les vétérinaires peuvent proposer des téléconsultations depuis mai 2020. Cette ouverture attise les convoitises des start-up positionnées sur le conseil à distance. Toutefois, pour l’heure, la pratique reste très encadrée : elle doit être réalisée par un vétérinaire inscrit auprès de l’ordre des vétérinaires, faire l’objet d’une déclaration d’activité auprès du conseil régional de l’ordre et concerner un animal ayant été examiné physiquement depuis moins d’un an dans la clinique vétérinaire du praticien (6 mois pour un élevage en milieu rural).

L’organisation du marché

  • L’association au sein des cliniques vétérinaires est de plus en plus courante. Elle permet d’élargir l’offre des soins, tout en diminuant les charges par praticien.

  • L’exercice individuel reste courant en zones rurales. Généralement le praticien a une activité « mixte » et complète ses revenus grâce à des missions de service public (contrôles d’hygiène) et/ou à des activités associées (expertises pour le compte de laboratoires…).

NOMBRE DE VÉTÉRINAIRES INSCRITS AU TABLEAU DE L’ORDRE

31 décembre 2019

18 874 vétérinaires (7 954 établissements vétérinaires) (1) dont :

43,5% en exercice libéral associé

12,9% en exercice libéral individuel

5,8% comme collaborateurs libéraux

37,8% comme salarié

HONORAIRES DES VÉTÉRINAIRES (EN MILLIARDS D’EUROS)

2018

3,843 Md€ (2)

(1) Source : Ordre des Vétérinaires.

(2) Source : INSEE, ESANE, « Activités vétérinaires ».

Garance

UX designer

Article mis à jour le 27 mai 2021

Pour aller plus loin

Newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez nos actualités, témoignages et conseils