Accueil > Idées business >

Étude du marché des VTC

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

24 février 2022

Icône temps de lecture

3 min.

Étude du marché des VTC

Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ?

COMPÉTENCES

Qualification professionnelle
Aptitudes commerciales
Maîtrise de la gestion

SPÉCIFICITÉS

Poids des investissements
Importance de la qualité de l'emplacement
Intensité de la concurrence

VIE PRIVÉE

Niveau de rémunération
Degré des contraintes horaires
Facilité de remplacement

Contexte

Sous l’effet conjugué de la libéralisation du secteur (création du statut de VTC en 2009) et de l’accélération de la digitalisation (généralisation des smartphones, émergence des plateformes d’intermédiation entre chauffeurs et clients), le marché des VTC s’est fortement développé au cours des dix dernières années.

Malgré les évolutions législatives et réglementaires successives visant à réguler la profession (loi dite Thévenoud de 2014, loi dite Grandguillaume de 2016), le secteur attire chaque année de nombreux nouveaux entrants, encouragés par la simplicité du statut de micro-entrepreneur pour lequel la plupart d’entre eux optent au démarrage de l’activité. Les chauffeurs de VTC évoluent donc dans un contexte de très forte concurrence, renforcée par l’adoption de nouvelles pratiques par les chauffeurs de taxi (développement d’applications de géolocalisation par les principaux groupements, montée en gamme des services) qui tendent à uniformiser l’offre des VTC et des taxis. De plus, on assiste à l’essor de nouveaux modes de déplacements (vélos ou trottinettes en libre-service, autopartage, covoiturage) qui constituent des alternatives aux services de VTC.

Sur le plan économique, les chauffeurs de VTC sont tributaires des plateformes de réservation qui imposent leurs politiques tarifaires et prélèvent des commissions élevées (entre 15% et 25% du montant de la course selon les plateformes). 

Déjà fragilisée par une concurrence exacerbée et par les fortes pressions tarifaires, la profession a été lourdement impactée par la crise sanitaire (baisse de la mobilité des particuliers et des professionnels, effondrement de la fréquentation touristique, fermeture des bars, restaurants et discothèques), accentuant le turn-over déjà très important dans ce secteur d’activité, inhérent aux conditions de travail difficiles (très larges amplitudes horaires notamment) et à la difficulté à dégager des revenus suffisants.

Tendances

Afin d’améliorer les conditions d’activité des travailleurs des plateformes, les instances européennes œuvrent à l’élaboration d’une nouvelle législation (Digital Services Act) visant à encadrer les services numériques au niveau européen (instauration du principe de présomption de salariat pour les chauffeurs de VTC notamment). Si à terme cette législation était adoptée, sa transposition dans le droit national pourrait entraîner une mutation profonde du modèle économique du secteur.

Bien qu’elle reste encore atomisée, la profession s’organise de plus en plus autour de groupements d’indépendants afin de s’affranchir des grandes plateformes, à l’instar de l’initiative menée début 2022 par 500 chauffeurs de VTC franciliens réunis en coopérative qui ont développé leur propre application (les commissions prélevées sur les courses sont de l’ordre de 10% contre 25% pour la plupart des plateformes du marché).

L'organisation du marché

Le transport public particulier de personnes (T3P) est segmenté en trois catégories : 

 - Les taxis : ils doivent obtenir une autorisation de stationnement (soit en rachetant une autorisation à un autre professionnel soit en s’inscrivant sur les listes d’attente en mairie pour obtenir une licence gratuite) et bénéficient de l’exclusivité de la maraude.

- Les VTC (véhicule de transport avec chauffeur) : ils ne peuvent prendre que des courses ayant fait l'objet d'une réservation préalable. Contrairement aux taxis, les tarifs des VTC ne sont pas réglementés.

- les VMDTR (véhicules motorisés à deux ou trois roues) : ils doivent eux aussi passer un examen pour obtenir une carte professionnelle. Ils doivent être titulaires d’une attestation d’entretien de leur véhicule établie chaque année par un professionnel qualifié.

Selon le type de clientèle

Clientèle issue des plateformes (Uber, Lyft, Heetch,  etc.) : adossées à des groupes ou des fonds d’investissement puissants, les grandes plateformes, dont beaucoup ne sont toujours pas encore rentables, cherchent à s’imposer sur le marché en misant sur une offre tarifaire très agressive. Si le nombre d’utilisateurs de leurs applications est important et offre donc un potentiel de clientèle élevé aux chauffeurs VTC, ces derniers sont aussi confrontés à de fortes pressions tarifaires et à des taux de commissions élevées. Certaines plateformes proposent un accompagnement aux porteurs de projets (préparation à l’examen, achat de véhicules, etc.).

Clientèle privée : cette clientèle de particuliers et/ou de professionnels est développée directement par les chauffeurs VTC sans intermédiaire. Il existe aussi des groupements de VTC indépendants d’envergure nationale ou régionale. Certains de ces groupements se spécialisent sur un type de clientèle (clientèle d’affaires, acteurs de l’évènementiel ou du tourisme, etc.) et ils développent parfois des prestations complémentaires (excursion avec guide touristique, services de conciergerie, etc.).

NOMBRE DE VTC

01/2022

54 336 (1)

CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR (EN MILLIARDS D’EUROS)

2019

4,416 Md€ (2)

ÉVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR EN VALEUR (INDICE ICA BASE 100 EN 2015)

2020

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

108,3 (3)

142,4

130,4

116,4

106,4

100,0

93,6

90,3

86,7

81,5

77,1

(1) Source : Registre des exploitants de VTC.

(2) Source : Insee, Esane, Transports de voyageurs par taxis.

(3) Source : Insee, Indice de chiffre d'affaires base 2015, Transports de voyageurs par taxis.

Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 14 avril 2022

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat