Ouvrir un food truck Dernière mise à jour le 23/10/2020

Ouvrir un Food truck : les étapes pour se lancer

Du camion pizza à la guinguette ambulante en passant par le camion à jus de fruits, le Food truck se décline dans de nombreuses versions. Il surfe sur la tendance fooding, et séduit toujours autant : montez à bord, à vous de créer votre propre Food truck !

Etape 1 : Définir son concept

La restauration ambulante séduit les gourmands comme les gens pressés depuis longtemps, et l’on peut dire que le food truck est déjà un concept en lui-même. S’installer de places en jardins, proposer une ou plusieurs spécialités, installer une petite terrasse… à vous de préciser votre propre idée. 

Le plus souvent et par esprit pratique, le Food truck ne propose que peu de choix dans ses plats : profitez-en pour mettre l’accent sur la qualité et la fraîcheur des aliments, le Fait maison, ou pourquoi pas l’originalité et la découverte. Version gastronomique, street food ou fast food, vous pourrez proposer une cuisine simple et conviviale ou très élaborée et Tendance. 

L’emplacement de votre Food truck joue un rôle primordial dans la stratégie commerciale. Place en plein centre-ville, au bord de la plage, à proximité d’ensemble de bureaux… délimitez des zones privilégiées que vous pourrez ensuite étudier de plus près dans l’étude de marché. 

Sur place ou à emporter ? Pensez aux contenants, à l’installation de tables et de chaises, aux couverts jetables ou réutilisables… 

Pensez déjà à vos produits Phare, à ce qui sera votre signature.

Etape 2 : Réaliser une étude de marché pour son Food truck

Le marché du Food truck est florissant et la concurrence peut être rude : assurez de solides bases à votre projet en analysant d’une part tous les éléments du marché, puis en étudiant comment votre futur Food truck pourra s’y intégrer. 

L’analyse des tendances

Commencez par étudier la tendance générale du marché, puis la tendance sur la zone géographique qui vous intéresse. Recueillez un maximum de données auprès des chambres consulaires, notamment la CCI – Chambre du commerce et de l’industrie – de votre département, l’INSEE, les organismes régionaux d’aide à la création d’entreprise…

L’analyse de la demande

Faites ensuite connaissance avec la clientèle globale, et celle qui sera votre cible, de manière plus précise. Quelles sont ses habitudes ? Qu’est-ce qu’elle aime manger ? S’agit-il plutôt de familles, d’étudiants, d’actifs, de séniors… ? Mieux vous la connaîtrez, mieux vous saurez la séduire. Anticipez aussi le nombre moyen de commandes par services et identifiez les périodes plus chargées et les périodes creuses. 

L’analyse de l’offre existante

Explorez les offres concurrentes, directes et indirectes. Etudiez les offres de restauration – Food truck ou non – qui pourraient répondre aux attentes de votre cible. Quels types de produits proposent-ils ? Qui sont leurs fournisseurs Quels sont les tarifs pratiqués ? Quels sont leurs horaires ? Comment s’organisent-ils ? combien ont-ils de salariés ?

L’analyse de l’environnement

Une analyse de l’environnement global du marché permet d’y voir plus clair dans l’évolution du projet. L’outil PESTEL permet d’avoir une vision exhaustive organisée en différents critères, pour en comprendre ce qui peut être une opportunité ou un frein : 

  • Politique : politique fiscale, politiques locales ou nationales… le contexte politique peut avoir une influence majeure sur votre activité
  • Economie : croissance ou décroissance du marché de la restauration rapide ou ambulante, pouvoir d’achat moyen de la cible, taux des intérêts pour un projet d’emprunt… 
  • Social : Santé, style de vie, tendances alimentaires… entre les photos sur Instagram, la Healthy food, les découvertes culinaires, il est de nombreuses tendances sur lesquelles vous pourriez surfer
  • Technologie : Aide à l’innovation, matériel de pointe… si vous n’êtes pas sur un secteur technologie, les innovations du marché de la restauration ambulante pourraient bien vous intéresser
  • Ecologie : La question du recyclage, de la gestion des déchets comme de la consommation d’énergie seront essentielles pour votre activité. 
  • Législation : Les normes et réglementations qui concernent votre Food truck réunissent à la fois la partie « restauration » et la partie « commerce ambulant ». Soyez vigilant sur les normes en vigueur et leur évolution. 

Etape 3 : Définir son activité de Food truck

Vous connaissez bien le marché du Food truck, vous pourrez désormais préciser votre activité et la stratégie commerciale de votre Food truck. 

Vous pouvez maintenant : 

  • Définir votre emplacement
  • Etablir les tarifs
  • Trouver des fournisseurs et organiser l’approvisionnement 
  • Organiser les services, les horaires et amplitudes d’ouverture

Aurez-vous besoin de salariés ? Les besoins financiers et matériels se précisent, vous pouvez désormais passer à l’approche financière. Pour vous aider à définir votre activité, retrouvez notre dossier dédié sur l’activité du Foodtruck.

Etape 4 : Quels investissements pour monter un Food truck ?

Dans le montage de votre projet, définissez vos premiers investissements. D’une manière générale, vous aurez à prévoir un budget de départ pour : 

  • Le véhicule
  • Les transformations et aménagements éventuels 
  • Le matériel de cuisine 
  • Un groupe électrogène de secours
  • Un stock de matières premières pour le démarrage de l’activité
  • La trésorerie de départ

Après le recensement de vos investissements, il s’agit de les évaluer puis de savoir combien de temps pourront-ils durer : par exemple, votre camion est théoriquement un investissement réalisé à plus long terme qu’un stock de frites congelées. 

Pour y voir plus clair, posez tous vos chiffres dans les tableaux de ce qui constituera votre prévisionnel financier, soit : 

  • Le plan prévisionnel de trésorerie, pour anticiper tous les décalages dans vos flux de trésorerie
  • Le compte de résultats prévisionnel, qui permet de visualiser le résultat d’un ou plusieurs exercices comptables, en bénéfices ou en pertes
  • Le plan de financement, qui commence par un plan de financement initial pour connaître les besoins de départs, puis se prolonge pour les années suivantes – en général sur trois ans – 
  • Le bilan prévisionnel fait état du patrimoine de l’entreprise à la clôture de l’exercice. 

Le prévisionnel financier de votre projet jouera un rôle essentiel dans sa concrétisation : il est un élément incontournable de votre business plan, pour mieux convaincre vos investisseurs. 

Etape 5 : Choisir le statut juridique de son Food truck

Nombre d’associés, investissements de départ, fiscalité applicable… de nombreux critères devront être pris en compte pour bien choisir son statut juridique. 

Il apparaît toutefois que le statut de la micro-entreprise ou entreprise individuelle – EI – restent inadaptés, et trop risqués pour l’activité de Food truck. Entre l’achat du camion, du matériel, du stock, il faut pouvoir récupérer la TVA, ce qui n’est pas possible en micro-entreprise en franchise de TVA. Pour les autres formes d’entreprise individuelles, le Food truck est aussi une aventure trop risquée : en EI, le patrimoine personnel et celui de l’entreprise sont les mêmes. Ainsi, sauf mesures spécifiques, le remboursement de créance peut engager les biens de l’entrepreneur. 

Les statuts les plus adaptés à l’activité pourraient être : 

  • La SAS, – Société par actions simplifiée – qui a l’avantage de la souplesse et de la flexibilité dans sa constitution comme dans son fonctionnement. Elle est favorable aux évolutions et aux grands projets – création de franchise, chaîne… -, tout en protégeant le patrimoine des actionnaires : La responsabilité en cas de créances reste limitée aux apports. Et pour les entrepreneurs en solo, la SASU – Société par actions simplifié unipersonnelle – est une SAS a un seul actionnaire. 
  • La SARL – Société à responsabilité limitée – a l’avantage d’un cadre bien réglementé, plus sécurisant. Comme pour la SAS, la responsabilité est limitée à hauteur des apports des associés. Avec un seul associé, elle est une EURL – Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée. 

Etape 6 : Rédiger son business plan pour ouvrir un Food truck

Pour mettre en valeur votre projet, votre business plan doit contenir une partie rédactionnelle et une partie financière. 

La première partie présente votre projet et son contexte, les personnes qui portent le projet avec vous, l’étude de marché, la stratégie commerciale avec votre avantage concurrentiel. Elle doit être claire, facile à lire et à comprendre, bien documentée et structurée. Retrouvez tous nos conseils pour bien rédiger votre business plan.  

Ensuite, la partie financière intègre tous vos outils prévisionnels. S’ils doivent parler d’eux-mêmes pour démontrer la faisabilité de votre projet, vous pouvez les expliquer de manière courte et simple. 

Découvrez notre guide pour rédiger son business plan.

Etape 7 : La réglementation spécifique à un Food truck

Relevant à la fois du commerce ambulant et de la restauration, votre Food truck devra respecter de nombreux points de réglementation.

Les normes d’hygiène et de sécurité

D’une manière générale, les règles d’hygiène et de sécurité sont celles de la restauration, pour les aliments et leur stockage, pour l’information au consommateur comme pour les équipements. 

Le camion est considéré comme un établissement recevant du public – ERP -, et doit répondre aux normes de sécurité spécifique. 

Une formation à l’hygiène et à la sécurité alimentaire – HACCP – est obligatoire, et vous permettra de prendre connaissance et d’appliquer toutes les normes en vigueur.

Les autorisations pour l’emplacement

Vous devrez avant tout obtenir une carte de commerçant ambulant auprès de votre Centre de formalité des entreprises – CFE-. Ce dernier peut être : 

  • La Chambre des métiers et de l’artisanat – CMA – si vos spécialités sont préparées à partir de produits frais
  • La Chambre de commerce et de l’industrie – CCI – si les plats que vous proposez sont déjà préparés. 

La carte devra être renouvelée tous les quatre ans. 

Les autorisations dépendent ensuite des spécificités de votre concept. 

Une autorisation d’occupation du domaine public dite « AOT » ou « Autorisation d’occupation temporaire » est obligatoire dès lors que vous ne restez pas sur un lieu privé. Il en existe deux types : le permis de stationnement et le permis de voirie. Ils varient en fonction de l’emprise au sol et du type d’emplacement : route nationale, centre-ville… 

Si vous vous installez sur un lieu privé, il vous faudra obtenir une autorisation explicite et, au mieux, écrite, de la part du propriétaire. 

Pour vous installer exclusivement sur un marché, il vous faudra obtenir une place avec le règlement d’un droit de place, auprès de la Mairie. 

Retrouvez également sur notre site toutes les informations sur la réglementation du food truck

Les licences de restauration

Pour vendre des boissons avec alcool, il vous faudra une licence de type 3 de vente à emporter. La vente de boissons non alcoolisées est libre, tandis que la vente d’alcool de type 4 et 5 – rhums, ratafias et alcools distillés est interdite en vente ambulante.

Etape 8 : Trouver et aménager son camion Food truck

Le projet se concrétise : trouvez maintenant le camion idéal pour donner vie à votre idée. Equipements incontournables et petits plus facultatifs, matériel à emporter partout et stockage, tâchez de bien penser à tout ce qu’il vous faudra pour être à l’aise. 

Pour acquérir votre camion, vous avez le choix entre : 

  • Acheter un camion neuf déjà conçu comme un Food truck : clé en main, dans du neuf, la solution est la plus onéreuses, mais aussi la plus simple et sécurisante. 
  • Trouver une occasion, à condition de bien vérifier que toutes les normes sont respectées. Si c’est moins onéreux que la première solution, vous aurez peut-être des aménagements et transformations à prévoir en plus, qui peuvent engager un surcoût. 
  • Louer un camion opérationnel, pour lancer son activité avant d’investir. 

Etape 9 : Se lancer

Avant que vous ne vendiez vos premiers petits plats, vous devez commencer par suivre les formations obligatoires et ensuite lancer les démarches administratives : 

  • Créer votre société. 
  • Procéder aux demandes d’autorisations et licences. 
  • Déclarer votre activité auprès des services sanitaires et, en cas de vente d’alcool, des services municipaux. 
  • Communiquer et faire parler de soi !

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.