Le marché du commerce automobile Dernière mise à jour le 29/03/2021

Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ?

Compétences

  • Qualification professionnelle
  • Aptitudes commerciales
  • Maîtrise de la gestion

Spécificités

  • Poids des investissements
  • Importance de la qualité de l'emplacement
  • Intensité de la concurrence

Vie privée

  • Niveau de rémunération
  • Degré des contraintes horaires
  • Facilité de remplacement

La fermeture des concessions automobiles pendant les deux confinements de l’année 2020 a lourdement pénalisé le secteur. Malgré un effet de rattrapage important des volumes de vente en juin et juillet, sous l’effet conjugué des reports des transactions et des mesures de soutien à l’achat (élargissement de la prime à la conversion et bonus écologique), les ventes de véhicules neufs se sont effondrées de 25,5% en 2020 par rapport à 2019.

Le segment de l’occasion, qui représente plus des 3/4 du marché automobile, a mieux résisté (-3,8% en 2020).

Dans le cadre de l’accélération de la transition énergétique, les ventes de véhicules électriques et hybrides rechargeables ne cessent de progresser : elles ont représenté 11,2% des immatriculations de voitures neuves en 2020 contre 2,7% en 2019. L’effet prix positif inhérent à ces véhicules est accentué par l’engouement pour les modèles SUV.

Le plan de soutien à la filière automobile initié par le gouvernement en mai 2020, qui prévoit notamment le déploiement de 100 000 bornes de recharge à destination des véhicules électriques, renforcera l’attractivité des véhicules électriques.

L’évolution du rapport à l’automobile, de la possession à l’usage, impactera à plus long terme le marché automobile : développement de la location entre particuliers, du covoiturage, de l’autopartage en libre-service, etc.

Tendances

En 2021, le rebond d’activité du secteur sera principalement soutenu par le segment de l’occasion et par l’effet prix positif lié à la progression des ventes de véhicules électriques et hybrides rechargeables. Les ménages, premier débouché du secteur, seront confrontés à la hausse du chômage et à la dégradation du pouvoir d’achat. Dans ce contexte, le secteur restera très dépendant des mesures prises par les pouvoirs publics pour soutenir les achats de véhicules.

L’organisation du marché

– Les concessionnaires exercent leur activité dans le cadre d’un contrat avec un constructeur en assurant la vente et l’après-vente des véhicules de leur marque. Il en existe plus de 6 000 en France.

– Les agents de marque sont liés par un contrat avec un concessionnaire pour la vente de véhicules sur lesquels ils sont commissionnés. On en dénombre près de 8 000.

– Les indépendants, essentiellement positionnés sur le segment de l’occasion, sont, soit des garagistes, soit des distributeurs de carburants, soit des propriétaires d’un dépôt-vente.

– Les mandataires achètent des véhicules au nom de leurs clients, en particulier au sein de l’union européenne.

– La grande distribution : depuis le 1er octobre 2003, la grande distribution peut commercialiser des véhicules neufs.

– E-commerce : intermédiaire entre les particuliers et les professionnels, Internet est un outil de plus en plus utilisé par les ménages sur le segment du neuf et de l’occasion. La majorité des ventes sur Internet concerne les véhicules d’occasion pour lesquels ce mode de distribution est en plein essor : sites d’intermédiations spécialisés (Caradisiac, La Centrale…), sites d’intermédiation généralistes (Ebay, ParuVendu…), sites des réseaux de constructeurs de véhicules d’occasion, de certains concessionnaires et de vente aux enchères multiplient leurs offres en ligne. Bien que moins importante à l’heure actuelle, la vente de véhicules neufs sur internet se développe elle aussi: elle est essentiellement assurée par les mandataires et les pure-players, les sites de constructeurs et ceux des concessionnaires ne permettant pour l’instant que de réaliser des devis.

 

Nombre d’entreprises du secteur 2018

46 204(1)

Chiffre d’affaires du secteur (en milliards d’euros) 2018

128,413 Md€ (2)

Évolution du chiffre d’affaires du secteur en valeur (indice ICA base 100 en 2015)

2020

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

114,5 (3)

130,2

122,5

117,3

108,7

100,0

93,5

91,6

94,0

96,9

93,3

(1) Source : INSEE, démographie des entreprises et des établissements 2018 – champs marchand non agricole, Stocks d’entreprise au 31 décembre 2018, « Commerce de voitures et de véhicules automobiles légers ».

(2) Source : INSEE, ESANE, « Commerce de voitures et de véhicules automobiles légers ».

(3) Source : INSEE, Bulletin statistique, « Commerce de voitures et de véhicules automobiles légers ».

 

En savoir plus sur ce secteur : Commerce automobile

Les principales organisations professionnelles

CNPA
Conseil National des Professions de l’automobile
50 rue Rouget de Lisle 92158 Suresnes Cedex
Tel : 01 40 99 55 00
http://www.cnpa.fr

 


CCFA
Comité des Constructeurs Français d’Automobiles
2 rue de Presbourg - 75 008 Paris
Tel : 01 49 52 51 00
http://www.ccfa.fr

 


La presse spécialisée

L’automobile Magazine
http://www.automobile-magazine.fr

 

L’auto Journal
http://www.autojournal.fr

 

Auto Plus
http://services.autoplus.fr

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.