L'activité du commerce de détail de fruits et légumes Dernière mise à jour le 14/11/2019

L’installation

L’emplacement est primordial. Les loyers en centre-ville sont très importants. Il faut disposer d’une surface de vente de 40 à 60 m² au minimum.

En cas de reprise, la valeur du fonds dépend essentiellement de son emplacement, de l’état des équipements et des caractéristiques du bail immobilier. Les fonds dans Paris intra-muros sont particulièrement recherchés : Leur prix peut atteindre 140 à 155 fois la recette journalière pour les commerces les mieux situés.

 

Les investissements

Le professionnel doit trouver un équilibre entre l’acquisition d’équipements de conservation, dont le coût est élevé et, en leur absence, la nécessité de réaliser un approvisionnement quotidien qui engendre également des coûts et des contraintes. Un matériel bien entretenu (véhicule de transport, rayons réfrigérés, chambre froide,…) a une durée de vie supérieure à 10 ans.

 

La gestion

Le suivi au quotidien

Le professionnel suit ses recettes quotidiennes. Il établit un “cadencier” qui lui permet de mesurer la vente et la mévente des produits au jour le jour. Ceci est indispensable pour qu’il puisse correctement effectuer ses achats, en évitant des pertes de produits trop importantes.

 

Les recettes de l’activité

Les recettes sont relativement stables, malgré une forte saisonnalité des produits. La consommation de fruits est plus forte l’été, celle des légumes est plus élevée l’hiver. Les commerces les plus importants proposent jusqu’à 150 références, sur un choix de 450 au total dans l’année. Cependant 15 à 20% des produits permettent de réaliser 65 à 70% du chiffre d’affaires.

 

Les charges à surveiller

Les achats représentent près de 70% du chiffre d’affaires. Mais cette proportion est plus faible si le professionnel produit lui-même une partie de ses ventes. Les achats doivent être parfaitement maîtrisés, tant en termes de quantité qu’en termes de qualité. Le primeur doit également être habile pour négocier les meilleurs prix. En zones urbaines les loyers sont très élevés.

 

La maîtrise du résultat

Le résultat dépend essentiellement du taux de marge brute, qui est lui-même totalement lié à la maîtrise des achats. Le taux de perte doit être notamment le plus bas possible. La production d’une partie des produits et la proximité d’ un marché d’intérêt national pour des approvisionnements directs constituent des atouts. Les frais de personnels et les frais financiers doivent rester limités.

 

La gestion financière et les besoins en trésorerie

Les fonds propres doivent représenter au minimum 40% du total bilan. La trésorerie doit être positive.

 

    Commerce de détail de fruits et légumes
Evolution du nombre de création

 

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

 

750(1)

721

729

765

882

649

687

658

717

Les ratios de gestion clefs

Chiffre d’affaires moyen

Marge brute

Excédent brut d’exploitation

Rotation des stocks

Crédit clients

Crédits fournisseurs

Besoin en fonds de roulement

260 K€ (2)

34,36 %

17,97 %

7 jours

3 jours

33 jours

– 18 jours

(1) Source : Insee, Démographie des entreprises et des établissements – champ marchand non agricole, Créations d’entreprises.

(2) Source : Moyenne indicative. Données exprimées en % et jours (de chiffre d’affaires ou d’achat).

 

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.