Le marché du e-commerce Dernière mise à jour le 01/04/2021

Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ?

Compétences

  • Qualification professionnelle
  • Aptitudes commerciales
  • Maîtrise de la gestion

Spécificités

  • Poids des investissements
  • Importance de la qualité de l'emplacement
  • Intensité de la concurrence

Vie privée

  • Niveau de rémunération
  • Degré des contraintes horaires
  • Facilité de remplacement

La crise sanitaire a accéléré la digitalisation du commerce de détail et accru les ventes en ligne. Dans ce contexte, le chiffre d’affaires du e-commerce a progressé de plus de 8% en 2020, tiré par les ventes de l’alimentaire (drive, livraisons à domicile) et des biens (bricolage, meuble, jouet, informatique) alors que l’achat de services a reculé de 10% (effondrement du segment voyage notamment).

Tous les acteurs du e-commerce ont profité de cette dynamique :

– le report des achats réalisés en magasins physiques vers le e-commerce a permis aux pure players de conquérir une nouvelle clientèle,

– les places de marché (Amazon, Cdiscount, Fnac/Darty) ont renforcé leur position en intégrant sur leurs plateformes de nouveaux vendeurs confrontés à la fermeture de leurs magasins physiques,

– le commerce omnicanal, la part des ventes en ligne des acteurs historiques (grandes enseignes dont celles de l’alimentaire) ayant bondi alors que de nombreux commerces physiques ont franchi le pas d’ouvrir une boutique en ligne.

Dans ce contexte, en 2020, la part du e-commerce dans le commerce de détail a progressé de près de 37% sur un an pour atteindre 13,4%.

Cette vitalité attise les convoitises des opérateurs du commerce traditionnel (stratégie omnicanale : digitalisation des points de vente, click& collect, etc.). Mais le potentiel offert par le e-commerce attire de nombreux opérateurs exclusivement présents sur Internet (pure players et places de marché). La multiplication des sites marchands exacerbe les pressions concurrentielles.

Pour réussir, les cyberentrepreneurs doivent veiller en permanence à la satisfaction de leurs clients (disponibilité des produits, respect des délais de livraison, clarté du site, sécurisation des paiements), de nombreux sites d’évaluation proposant aux internautes de noter les sites marchands. La bonne réputation d’un site est un critère de succès déterminant.

 

Tendances

L’ancrage des nouvelles habitudes de consommation au profit du e-commerce, conjugué au maintien des mesures sanitaires sur une partie de l’année, profitera au secteur en 2021.

Toutefois, le rebond du segment des services (voyages, transport, loisir) sera conditionné par la levée des restrictions sanitaires et l’évolution du pouvoir d’achat des ménages.

 

L’organisation du marché

Selon le type de clientèle :

Les entreprises (« B to B » ou « business to business ») : les sites de vente en ligne sont à destination des entreprises.

Les particuliers (« B to C » ou « business to consumer ») : les sites de vente en ligne s’adressent aux particuliers. Sur ce segment, les professionnels sont concurrencés par les sites « C to C » (enchères, petites annonces, trocs) destinés aux transactions entre particuliers.

 

Selon le canal de distribution :

sites de e-commerce : le nombre de sites actifs progresse de 10 à 15% chaque année. Ils sont développés par des acteurs disposant de points de vente physiques ou par des pure players (exclusivement sur Internet).

les places de marché généralistes ou spécialisées :(Amazon, Cdiscount, Fnac/Darty) : leur poids ne cesse de progresser et elles représentent 30% des ventes en volume du e-commerce au national.En complément d’un site de e-commerce, elles permettent de diversifier les canaux de vente, d’augmenter la visibilité de l’offre commerciale et de s’ouvrir à l’international. Certaines entreprises s’appuient exclusivement sur les places de marché pour commercialiser leurs produits et services (pas de développement de site propre, pas de référencement, optimisation pour les terminaux mobiles). Les commissions prélevées par ces places de marché varient entre 5 et 20% des prix de vente.

 

Nombre de sites marchands actifs 2020

200 650 (1)

Chiffre d’affaires du secteur (en milliards d’euros) 2020

112 Md€ (2)

Évolution du chiffre d’affaires du secteur

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

2009

2008

103,4 Md€ (3)

81,7 Md€ 

71,5 Md€

62,9 Md€

55,0 Md€

50,1 Md€

45 Md€

37,7 Md€

31 Md€ 

25 Md€

20 Md€

15,6 Md€

(1) Source : Fevad.

(2) Source : Fevad.

(3) Source : Fevad.

 

En savoir plus sur ce secteur : E-commerce

Les principales organisations professionnelles

FEVAD
Fédération des Entreprises de Vente à Distance
60 rue La Boétie - 75 008 Paris
Tel : 01 42 56 38 86
http://www.fevad.com

 

ACSEL
Association pour le Commerce et les Services En Ligne
15 rue de la Banque - 75 002 Paris
Tel : 01 49 26 03 04
http://www.associationeconomienumerique.fr

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.