L’activité des parcs à thème et des activités de loisirs Dernière mise à jour le 24/04/2020

L’installation

En raison d’un maillage territorial dense, les créations de parcs de loisirs sont aujourd’hui peu nombreuses. Le développement de l’offre repose essentiellement sur l’extension de parcs existants. Alors qu’ils sont devenus stratégiques pour l’attractivité des territoires et leur développement économique, les projets de création ou de reprise de parcs de loisirs sont menés en collaboration – ou à l’initiative – des collectivités territoriales. Les porteurs de projet doivent intégrer de nombreux paramètres : flux touristiques, synergies possibles avec les autres structures de loisir et de tourisme, qualité des accès, bassin d’emploi, offre d’hébergement à proximité, climat, etc. Pour permettre leur extension, les parcs doivent disposer de réserves foncières importantes. Du fait de la complexité des procédures administratives, plusieurs années sont nécessaires depuis le projet jusqu’à l’ouverture du parc.

Sur le segment des activités de loisirs indoor/outdoor, le porteur de projet devra impérativement mener une étude de marché rigoureuse avant de se lancer, certaines zones étant confrontées à une saturation de l’offre : recensement de l’offre de loisir locale, positionnement tarifaire des concurrents, typologie de la population, etc. Pour se démarquer, il est impératif de proposer un concept original tout en veillant à ce qu’il séduise une clientèle la plus large possible. La qualité de l’emplacement est également primordiale (centre-ville, centres commerciaux, zones périphériques desservies par les transports et faciles d’accès). Encore très atomisé, le segment se structure de plus en plus autour de réseaux sous enseigne qui offrent des concepts clé en main éprouvés.

Les investissements

Pour les parcs de loisirs, l’acquisition du foncier, la construction des infrastructures et l’acquisition des attractions représentent les investissements les plus lourds au départ. Afin de rester attractifs et d’accroître leur fréquentation, les exploitants de parcs doivent chaque année investir pour proposer de nouvelles activités ou attractions, et renouveler leurs installations. La tendance à la resortisation des parcs entraîne des besoins en investissements supplémentaires (acquisition de foncier, construction d’hôtels).

L’investissement de départ des activités de loisirs indoor/outdoor varie en fonction des segments (de l’ordre de 100 000 euros pour un escape game, 200 000 euros pour un laser game indoor, 300 000 euros pour une plaine de jeux indoor pour enfants). Les cycles d’investissement sont très courts, le renouvellement de l’offre étant nécessaire pour susciter les revisites ou pour capter une nouvelle clientèle. Le plus souvent, les exploitants louent leurs locaux. L’implantation d’un espace bar/restauration engendre des investissements supplémentaires.

La gestion

Le suivi au quotidien

Outre le suivi de la fréquentation (nombre de visiteurs/jour, taux de revisite, provenance), les structures de loisirs veillent au développement des dépenses moyennes de leurs clientèles (diversification des recettes hors billetterie).

Afin de développer le segment de clientèle professionnelle, ils communiquent activement auprès des entreprises sur leurs offres spécifiques (salles de réunions, séminaires, activités de team building, etc.).

Tous les opérateurs de la filière suivent les nouvelles tendances en matière de loisirs pour adapter leurs concepts. Ils accordent aussi un soin particulier à la satisfaction de la clientèle, ce qui conditionne son taux de revisite mais aussi de recommandation.

 

Les recettes

Les parcs de loisirs sont soumis à une très forte saisonnalité (période estivale, vacances scolaires). Le développement de la clientèle professionnelle et la mise en place d’une tarification dynamique en fonction à la fréquentation du parc permettent d’en limiter l’impact. L’activité est également très sensible aux conditions météorologiques. Les recettes hors billetterie représentent la moitié du chiffre d’affaires des parcs.

La fréquentation des activités de loisirs indoor/outdoor est concentrée, pour la clientèle de particuliers, sur la fin de journée, le week-end et les vacances scolaires. La captation de la clientèle professionnelle permet de booster la fréquentation en journée. Les activités outdoor (accrobranches, paint ball en extérieur) sont entièrement tributaires de la météo. Les recettes hors billetterie peuvent représenter jusqu’à 30% du chiffre d’affaires (bar/restauration, produits dérivés, équipements sportifs, etc.).

 

Les charges à surveiller

Les principales charges sont constituées des frais de personnel (25 à 35% du chiffre d’affaires dans les parcs de loisirs), des coûts de maintenance, des amortissements (attractions, équipements) et des frais de communication.

Les structures d’activités de loisirs indoor/outdoor sous enseigne doivent également verser une redevance annuelle (% du chiffre d’affaires) à la tête de réseau.

 

La maîtrise du résultat

Le résultat dépend avant tout du niveau de fréquentation de la structure.

Les investissements sont indispensables au développement du chiffre d’affaires (attractivité, renouvellement de l’expérience client, diversification du chiffre d’affaires) mais doivent être parfaitement maîtrisés.

La gestion du personnel est également déterminante, notamment pour les parcs de loisirs qui doivent recourir à de nombreux emplois saisonniers.

 

La gestion financière et les besoins en trésorerie

Les besoins en capitaux des parcs de loisirs destinés au financement du foncier et des installations sont très élevés. Une gestion rigoureuse de la trésorerie est indispensable du fait de la très forte saisonnalité de l’activité.

L’équilibre financier des activités de loisirs indoor/outdoor repose sur un niveau de fonds propres suffisant et un endettement à moyen terme maîtrisé.

Les structures travaillant beaucoup avec la clientèle professionnelle auront des besoins en fonds de roulement du fait de délais de paiement plus longs.

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.