Accueil > JSE Mag >

Rencontre avec Aurore, fondatrice de Catherine Factory à Blanquefort

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

12 août 2021

Icône temps de lecture

4 min.

Pâtisserie
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

Pouvez-vous nous présenter votre parcours et nous parler de votre entreprise (date de lancement, concept, localisation, ...) ?

J'ai suivi une licence en marketing et communication à l'ISEG. J'ai eu la chance de trouver en poste par la suite au sein du traiteur St Once en tant que responsable Opérationnel Restauration Grand Public. Un travail très enrichissant qui m'a amené au poste de Directrice Restauration Stade Matmut Atlantique quelques années plus tard, au sein du traiteur St Once. J'ai eu la chance de participer et d'organiser plus d'une centaine de compétitions sportives (Match de Ligue 1, Demi Final Top 14...) et une trentaine d'événements culturels (Concert de Beyoncé, Céline Dion, Ed Sheeran..).

Dû à la crise sanitaire, le traiteur St Once a fermé ses portes en Juillet 2020. Suite à mon licenciement, j'ai remis en question toutes mes compétences et mes envies. C'est de là que le projet Catherine Factory est né. J'ai décidé de devenir mon propre patron et de me lancer dans quelque chose qui m'anime tous les jours. J'ai donc entamé une reconversion en passant en candidat libre le CAP Pâtisserie en Juillet 2021.

Suite à l'obtention du CAP Pâtisserie, j'ai pu ouvrir mon entreprise en août 2021. J'ai construit mon laboratoire de pâtisserie sur mon terrain sur la commune de Blanquefort dans le nord de la métropole bordelaise.

Catherine Factory est une pâtisserie à mon image, qui prend vie grâce à mes influences culturelles, principalement inculquée par ma maman, Catherine. Je réalise toutes les pâtisseries américaines mises en vente par le biais de La Ruche Qui Dit Oui, et en parallèle je confectionne des gâteaux sur-mesure de toute forme, de toutes tailles, de tout thème, pour tout type d'événements.

Qu'est-ce qui vous a motivé pour devenir entrepreneur ?

 Suite à mon expérience professionnelle au sein du traiteur St Once, j'ai eu besoin de me recentrer sur les choses essentielles de ma vie. Travailler pour moi, et me rendre au travail en faisant quelque chose que j'aime sont devenus mes priorités. La crise sanitaire m'a permis de réaliser l'importance de se sentir bien dans son quotidien.

Il était évident que devenir entrepreneur était la voix qui me correspondait.

Comment votre décision de vous lancer a-t-elle été perçue par votre entourage au départ ?

Mon entourage a perçu mon envie de changement comme un saut dans l'inconnu. Il y a eu beaucoup de questionnement dans un premier temps. Mais une grande vague de soutien s'est organisée autour de moi. Et c'est grâce aussi à ça que j'ai pu entreprendre.

Pour ma part, entreprendre peut se faire seul, mais jamais sans être entouré. 

Quelles difficultés avez-vous rencontrées pour lancer votre entreprise ?

Mon activité, la pâtisserie, fait partie des métiers de bouche. C'est l'un des secteurs qui demande le plus de réglementation. J'ai dû construire un laboratoire avec de nombreuses réglementations sur l'aménagement. De plus, pour pouvoir entreprendre en pâtisserie, un diplôme en pâtisserie est nécessaire. 

C'est pourquoi le lancement de mon entreprise a pris plus d'un an.

Avez-vous eu des doutes au cours de cette aventure ? 

Il y a eu beaucoup de périodes de doute, surtout lors de la recherche de stage pour pouvoir continuer ma formation en pâtisserie. Depuis la réforme du CAP Pâtisserie de 2021, 14 semaines de stage en entreprise sont obligatoires pour pouvoir se présenter à l'examen. La période du Covid a rendu les choses bien plus compliquées, les entreprises étaient réticentes d'accueillir une stagiaire. Et puis les doutes se sont accentués lors de la fin de l'aventure du CAP Pâtisserie, le moment où les choses se concrétisent 

Comment arrivez-vous à concilier le rôle de jeune maman et l'entrepreneuriat ? 

Ce sont sûrement les deux plus belles aventures de ma vie. Le rôle de jeune maman m'était inconnu tout comme l'entrepreneuriat, il a fallu apprendre sur deux fronts en même temps. Voir grandir son enfant et en parallèle faire grandir son entreprise, ça réduit le temps de sommeil, augmente le facteur de stress. Mais quel bonheur ! Si je devais tout refaire, je referais tout de la même manière. 

Avez-vous des entrepreneurs qui vous inspirent ? 

Je m'étais peu intéressée au monde de l'entrepreneuriat avant de commencer l'aventure. J'ai eu beaucoup d'inspiration venant de la pâtissière @Supa_dupa_mama. Une maman pâtissière qui réalise des gâteaux d'un autre monde. Mais aussi @hinalys, une "cake maker" qui fait aussi de la photographie. Son monde et ses réalisations me rappellent les magazines de cuisine américaine comme Gourmet et Bon Appétit. 

Qu'avez-vous appris sur vous-même dans cette aventure ? 

Lors de cette aventure, j'ai appris à me surpasser, et de devenir un couteau suisse de passer de la pâtisserie, à la pose du carrelage dans mon labo en passant par le développement de mon site internet ou bien en faisant de l'administratif jusqu'à pas d'heure. J'ai appris à travailler seule et à me suffire à moi-même. Dans mon ancien poste, je côtoyais jusqu'à 42 000 personnes, je gérais une équipe d'une cinquantaine de personnes. 

Pourquoi le nom "Catherine Factory''? 

Ma passion de la pâtisserie me vient de ma maman, Catherine, je lui dois toute cette aventure. Et donc je ne pouvais pas lui rendre un plus bel hommage qu’en donnant son nom à mon enseigne.

Si ma maman était toujours en vie, je ne sais pas si j'aurais eu le courage de me lancer dans l'aventure. Mon courage est décuplé depuis son départ et cette aventure est nourrie de tout ce courage. Alors le nom Catherine Factory a toujours été une évidence. 

Quel est le "plus" de Catherine Factory ? 

Les plus de Catherine Factory sont les heures passées étant plus jeune avec ma maman. La pâtisserie américaine est remplie de gourmandise et de partage. Voila le plus, les valeurs qui sont transmises dans mes pâtisseries.

Quel est le type de client de Catherine Factory ? 

La clientèle de Catherine Factory est une clientèle gourmande, qui souhaite partager un moment unique avec un gâteau unique. Cette clientèle est avide de nouveautés tout en choisissant des parfums classiques et réconfortants.

Que retiendrez-vous des démarches de création de votre entreprise ?

Je retiendrais que la route est longue pour conquérir le marché de la pâtisserie, il faut beaucoup de persévérance. Mais le jeu en vaut la chandelle. Entreprendre dans un domaine où les réglementations et la législation sont moins complexes doit être différent. Entreprendre en pâtisserie est long (pour ma part un an est passé entre la naissance du projet et son accomplissement). Mais c'est une fierté gigantesque. Et l'aventure ne fait que commencer ! 

Quels conseils donneriez-vous à de futurs entrepreneurs ?

Ne jamais lâcher ! Croire en son idée et foncer ! 

Il y aura toujours beaucoup d'obstacles sur le chemin, des hauts et des bas, mais il faut s'accrocher et tenir bon. Car à la fin, on ne peut être que fière d'avoir tenu le coup et réussi à entreprendre. 

C'est le moment de la promotion personnelle : avez-vous un site Internet ou une page Facebook que les lecteurs pourraient consulter ?

Mon site internet est : Catherine-factory.fr (il est actuellement en construction.)

Ma page Facebook est : https://www.facebook.com/catherinefactory

Ma page Instagram est : @catherine_factory 

Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 09 septembre 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat