Accueil > JSE Mag >

Rencontre avec Abdelhak, fondateur d'Opération Defmarket à Antibes

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

22 juillet 2021

Icône temps de lecture

3 min.

defmarket
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

La parole est à Abdelhak, fondateur de l’Opération Defmarket, qui est dirigée par une association de loi 1901 en partenariat avec une société. Cette opération vise à augmenter le pouvoir d’achat et la sécurité des membres issus des forces institutionnelles en uniforme. Entre passion pour son métier et volonté de nous faire partager sa vision de l'entrepreneuriat, il nous livre son parcours et son expérience dans la création d’un projet d’économie sociale et solidaire.

Bonjour, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Bonjour, je m’appelle Abdelhak, j’ai 25 ans et je suis fondateur avec un groupe de bénévoles de l’Opération Defmarket. Je suis actuellement dans le secteur public et je me suis rendu compte que les membres issus de la Défense Nationale, de la Sécurité Intérieure, des Services de Secours et Sanitaire ont un réel besoin de pouvoir d’achat et de sécurité. L’Opération Defmarket permet donc de répondre à ces deux problématiques tout en menant des projets associatifs d’envergure.

Super, et dans quelle région êtes-vous établie ?

Je suis établi à Antibes mais mon projet est à vocation nationale.

Et que faisiez-vous avant de vous lancer dans cette activité ?

Je sert au sein des institutions depuis l’âge de 19 ans, je suis d’ailleurs toujours en activité, d’où ma vocation.

Depuis quand êtes-vous lancé ?

Nous nous sommes lancées depuis 2018. Nous avons suivi le processus de la plateforme JSE puis nous avons candidaté auprès du « Village by Crédit Agricole Provence Côte d’Azur ». À l'issue d’un comité de sélection fin juin, nous avons été retenus dans le cadre d’un programme d’accompagnement de 24 mois dans cet accélérateur de start-up. Grâce à ce programme, nous venons de rejoindre un réseau de 39 « villages » en France et bénéficions du soutien durable du Crédit Agricole et de nos référents spécialisés dans l’accompagnement de start-up.

Quelles ont été les étapes de la création de votre projet (financement, business plan, étude de marché...) ? À qui vous êtes-vous adressé pour la création de votre entreprise ?

L’Opération Defmarket est depuis le début un juste milieu entre engagement associatif et stratégie commerciale par le biais de la société. Il y a un véritable marché à exploiter, nous avons décidé de mettre en place une stratégie d'économie sociale et solidaire principalement tournée vers l’Association. Nous pensions réserver ce projet exclusivement aux forces armées, mais finalement ce projet s’est étendu pour toutes les forces institutionnelles en uniforme. Nous avions la chance de ne pas avoir de concurrence sérieuse sur ce domaine. Autre étape importante, nous avons pu réaliser un Business Plan simplifié grâce à JSE.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre concept ? À qui s'adresse votre projet ?

Notre projet permet aux membres issus des forces institutionnelles en uniforme de profiter d’avantages sur une série de commerces et produits. Nous proposons aussi des outils extra-professionnels, des bourses à l’emploi, une billetterie nationale avec une vraie stratégie pour faire tourner l’économie locale grâce aux commerçants de proximité. Enfin, pour la sécurité nous proposerons une application complètement différente, qui permettra de déclencher un appel d’urgence afin que nous transmettions l’appel aux forces de sécurité les plus proches.

Comment exercez-vous cette activité ? Avez-vous un local commercial ? À domicile ? Sur Internet ?

Nous allons pouvoir nous installer dans les locaux du Village by CA sur la technopole de Sophia Antipolis en juillet. Mais depuis juin 2021, nous bénéficions de bureaux dans les locaux de notre partenaire privilégié Unéo, la mutuelle des forces armées qui s'est engagée à nos côtés aux tous débuts de cette aventure.

Quels bénéfices personnels tirez-vous de cette activité ? Qu'avez-vous appris de cette expérience ?

J’ai appris beaucoup de choses, notamment le fait de ne pas se précipiter. Mieux vaut prendre plus de temps de préparation si nécessaire, plutôt que de se forcer à faire les choses trop vite. Il faut aussi savoir déléguer, car certaines personnes feront beaucoup mieux le travail que vous. Il est aussi important de mettre une stratégie précise en place. Autre point à souligner, il est primordial de passer par une phase de test avant de se lancer.

Quelles ont été les difficultés que vous avez rencontrées au cours de cette aventure ?

La première difficulté est que nous sommes des autodidactes issues des institutions, la création d’un projet d’économie sociale et solidaire nous à demander une longue période d’apprentissage. Nous avons aussi eu quelques difficultés d’organisation, car notre association a suscité beaucoup d’émulation et nous avons donc dû faire face à « trop » de bénévoles.

Quel conseil donneriez-vous aux futurs entrepreneurs ?

Je conseillerai d’abord de s’appuyer sur des aides efficaces (comme JSE) pour commencer à monter sa stratégie. Enfin, je pense qu’il ne faut pas avoir peur de se lancer, car la France est un pays ou l’entreprenariat solidaire a toute sa place grâce aux multiples soutiens et subventions existantes.

Découvrez l’Opération Defmarket ici :

www.operation-defmarket.com

https://www.linkedin.com/in/abdel-%F0%9F%87%AB%F0%9F%87%B7-boubou-a9013719a/

https://www.groupe-uneo.fr/

Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 29 juillet 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat