Accueil > JSE Mag >

Entretien avec Alexis et Anthony, torréfacteurs de café de spécialité à Vannes

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

04 juin 2021

Icône temps de lecture

5 min.

interview krogen

La parole est ici laissée à Alexis et Anthony, qui nous livrent les coulisses de leur parcours, entre passion pour le café et goût du travail bien fait.

Pouvez-vous nous présenter votre parcours et nous parler de votre entreprise (date de lancement, concept, localisation,…) ?

Nous sommes Alexis et Anthony, 28 et 29 ans. Nous avons créé Krogen, une entreprise de torréfaction de café de spécialité. Nous travaillons sur notre projet depuis novembre 2019, qui était initialement un Coffee-shop incluant de la torréfaction de café. Suite à différentes problématiques (notamment la crise sanitaire), nous avons fait le choix en février 2021 de se consacrer exclusivement à la torréfaction de café. Notre projet voit le jour à proximité de Vannes dans le Morbihan.

Comme le vin, le café dispose de grands crus, et nous voulons les rendre accessibles à tous. Notre concept est aussi à l’image de nos valeurs : nous choisissons des grains exclusivement biologiques et issus du commerce équitable.

Qu’est-ce qui vous a motivé pour devenir entrepreneur ?

  • Plusieurs facteurs nous ont motivés à franchir le pas. Tout d’abord, Anthony était infirmier et ne se retrouvait pas dans la façon de travailler en France dans les hôpitaux. Les conditions de travail n’étaient pas les plus agréables et les mentalités de certains pouvaient se retrouver loin de ses valeurs. Cela a amorcé un désir de travailler pour soi, qui a rapidement été conforté au cours d'une expérience dans un Coffee-shop londonien qui lui a donné le goût à un travail plus bienveillant, et non pas exercé au détriment du bien-être des salariés, comme ce qui pouvait l’être dans les hôpitaux.

  • Pour Alexis, le cheminement a été différent, à savoir qu’il a réussi à avoir le poste dont il rêvait pendant ses études en tant que responsable HSE (Hygiène Sécurité et Environnement) à l’étranger. Mais il ne s’est pas retrouvé là-dedans, il lui manquait le challenge de travailler pour soi, ainsi qu’une raison plus importante, plus symbolique que de travailler uniquement pour son salaire. Nos chemins se sont croisés lors de nos différents voyages, et c’est au cours de nos discussions que nous nous sommes rendu compte que nous partagions tous deux la même volonté, celle de changer de métier, et de créer notre entreprise.

Comment votre décision de vous lancer a-t-elle été perçue par votre entourage au départ ?

Notre entourage a été très ambivalent lorsque nous nous sommes lancés. Il faut savoir que nous avons travaillé sur un projet de Coffee Shop pendant plus d’un an. Notre entourage croyait qu’il ne s’agissait ni plus ni moins que d’un rêve de gosse, et lorsque nous avons arrêté de travailler dans nos postes respectifs pour accélérer le démarrage, il y a eu quelques incompréhensions. Si nos amis nous ont donné une énergie formidable, cela n’a pas toujours été le cas de notre famille. Or le soutien, dans tout processus de création et notamment d’entreprise, est très important. Peut-être était-ce par peur pour nous, ou simplement parce qu’il s’agissait d’un milieu qu’ils ne comprenaient pas ? Quoi qu'il en soit, il a été compliqué de leur faire comprendre le sérieux de notre projet, mais à force de voir l’énergie que l’on y mettait, ils ont fini par y croire et nous soutiennent désormais.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées pour lancer votre entreprise ? La crise du Covid a-t-elle eu un impact sur votre lancement ou sur votre activité ?

Nous avons rencontré de multiples difficultés, et nous avons même dû changer presque totalement notre projet. Au début, nous voulions lancer un Coffee Shop. Nous avons construit un business plan accompagné de notre expert-comptable et rythmé par des rendez-vous bancaires, afin d’avoir le dossier le plus complet. Nous nous sommes formés au métier, et nous étions donc prêts au lancement de notre Coffee-shop.

À ce moment, pour nous, la plus grosse difficulté était de trouver un local bien placé et dans nos prix. Décembre 2020, nous avons trouvé le local idéal, et ni une ni deux, nous avons enchaîné les rendez-vous bancaires afin d’obtenir un prêt. Nous sommes arrivés à convaincre le propriétaire du local, qui nous réserve les lieux.

Mais... tout ne s’est pas déroulé comme prévu. Les banques, malgré notre dossier « béton », ne nous donnent pas de réponse, ou ne savent pas trop dans quelle direction aller suite à la crise sanitaire. Nous voilà donc avec notre local idéal, mais à cause du Covid, impossible d’avoir un prêt ! Et peu importait le montant... les métiers dans la restauration ne plaisaient plus vraiment aux banques.

À ce moment, nous nous sommes dits qu’on ne pouvait pas s’arrêter là, pas après tout ce travail, notre rêve était si proche.

Notre concept incluait de la torréfaction dans notre Coffee Shop. On s’est demandé, un beau jour « et si on ne  faisait que ça ? ». Ça a été un déclic, comme une évidence qui devient enfin claire. De fil en aiguille, après des heures et des heures à étudier le marché et la faisabilité du projet, on était plus déterminés que jamais : Le Coffee Shop ? Tant pis ! Maintenant, nous sommes des torréfacteurs ! Et on va cartonner !

À partir de ce moment, tout est allé très vite. La banque nous a même accordé un crédit-bail pour le torréfacteur. On a trouvé un local pas très cher. En à peine deux mois, tout a été construit sur les cendres de notre projet de Coffee Shop. À l’heure où nous écrivons ces lignes, tout est créé. Nous avons déjà des contrats. Nous attendons juste que notre torréfacteur soit bien installé pour lancer la production.

Quels conseils donneriez-vous à de futurs entrepreneurs ?

Il y a bien sûr les conseils évidents, mais néanmoins vrais de « croire en ses rêves », « ne pas avoir peur », car la peur ne fait que paralyser. Mais nous avons un autre grand conseil à donner : quoiqu’il arrive, adaptez-vous ! Il ne faut pas hésiter à tout remettre en question, et même à laisser de côté des choses qui vous tiennent à cœur, mais qui ne sont pas viables ou top pour l’entreprise. Il faut s’adapter. Alors bien sûr, vos valeurs sont importantes et il ne faut pas les oublier ! Mais si un jour vous avez une idée que vous aimez, et qu’au final après étude, ce n’est pas faisable, il faut aussi du courage pour réussir à s’avouer que ce n’est pas possible. Et puis… peut-être que vous aurez une meilleure idée par la suite. Nous n’avons jamais eu autant d'idées d’évolution et de nouveaux projets que depuis que l’on a démarré notre premier projet.

Le plus important… donnez tout ! Ne baissez pas les bras ! Avec beaucoup de travail, on peut réussir. Si votre projet tombe à l’eau, continuez, le prochain sera encore plus solide et peut-être le bon !

C’est le moment de la promotion personnelle : avez-vous un site Internet ou une page Facebook que les lecteurs pourraient consulter ?

Nous avons un site Internet qui sera en ligne début juin 2021 :  https://www.krogen-coffee.fr. Vous pourrez y retrouver notre blog, et notre boutique en ligne ! Nous proposons aussi un abonnement mensuel qui vous permettra de découvrir tous nos cafés, directement dans votre boîte aux lettres. 

Notre profil Instagram est krogen_coffee , nous y dévoilons toutes nos péripéties, et nous nous amusons aussi à faire des vidéos sur la réalisation de café avec des méthodes peu connues. N’hésitez pas à venir découvrir notre univers, que nous avons voulu construire au plus près de nos valeurs ! Krogen, c’est votre torréfacteur local et responsable.

Aujourd’hui, il est de notre devoir en tant que consommateur d’être vigilant face aux produits que l’on achète. Durant des années, il n’y avait pas de label qui assurait une juste rémunération aux producteurs, qui protégeait le statut de la femme dans ces plantations, ou encore y interdisait le travail des enfants. Krogen c’est exclusivement des grains de café issus du commerce équitable (labellisés Max Havelaar). De plus, nos grains sont tous biologiques, pour préserver la qualité des sols, de l’air, et de l’eau, pour protéger la biodiversité, et respecter ainsi au mieux l’environnement. 

Aussi, nous ne pouvons plus continuer à boire un café sans arômes, avec pour seule saveur de l’amertume, il est où le plaisir là-dedans ? Nous prenons le temps de torréfier le café, et votre tasse à café du matin n’en sera que plus douce, fruitée et agréable.

Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 10 septembre 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat