Accueil > JSE Mag >

Rencontre avec Florence, créatrice de La P’tite Causeuse

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

08 juin 2021

Icône temps de lecture

5 min.

La P’tite Causeuse
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

Florence nous raconte ici son parcours et l’aboutissement de son rêve, de la pharmacie vétérinaire à l'artisanat en tapisserie.

Pouvez-vous nous présenter votre parcours et nous parler de votre entreprise (date de lancement, concept, localisation, ...) ?

Je me présente : Florence alias La P’tite Causeuse, 44 ans, maman de 3 enfants de 17, 14 et 11 ans, en couple avec mon plus grand soutien indéfectible. Je suis arrivée dans cette activité artisanale complètement par hasard, sans préméditation, presque par surprise ! Ce fut un véritable coup de cœur.

Après 20 ans passés dans le domaine des biotechnologies en pharmacie vétérinaire, je ne me sentais plus vraiment à ma place dans le milieu industriel. J’y ai eu un parcours riche, intéressant et évolutif :  technicienne de labo, expert technique, manager d’équipe, j’ai toujours été très investie dans mon travail et pour mes collaborateurs. Probablement trop… J’ai toujours été plus ou moins en formation puisque j’ai commencé à travailler à 21 ans avec un bac+3 en poche en 1998 et j’ai poursuivi mes études en cours du soir au CNAM entre autres, pendant des années, pour finir par décrocher un master II en 2012 . La remise en question et repartir à zéro ne m’a jamais posé de problèmes. J’avais même identifié un cycle de 5 à 7 ans pour moi au bout duquel il fallait qu’il se passe quelque chose pour que je reste motivée : mission, nouvel objectif, changement de poste bref il fallait que ça bouge !

Mais surmenage, stress, charge mentale, déséquilibre vie pro/vie perso tout me poussait à amorcer un grand changement.

Il m’est finalement apparu comme une évidence qu’il me manquait quelque chose pour continuer à m’épanouir dans ma vie professionnelle. Un besoin de créer de mes mains, de laisser aller mes inspirations artistiques, de prendre du plaisir et de trouver un peu de « zenitude ».

On me demande souvent pourquoi j’ai choisi ce métier-là spécifiquement. En réalité, je n’ai pas choisi ce métier, non, c’est lui qui m’a choisi !

Pendant longtemps j’ai eu cette envie sous-jacente de me réorienter vers un métier manuel, artisanal, que je puisse pratiquer chez moi pour me rapprocher de ma famille et passer plus de temps avec eux tout en me réalisant au travers d’un métier passionnant et épanouissant.

Depuis plusieurs années je confectionnais divers objets décos, lampes, bijoux….Mais la réfection d’anciennes chaises de famille ont réellement été LE déclic. J’avais enfin mis le doigt sur LE métier qui me permettrait d’allier création, rénovation, technique, expression artistique, plaisir et partage.

Ma première fois dans un atelier de tapissier fut une évidence : l’ambiance, les matières, les outils, les sièges, les couleurs, les bruits, les odeurs, tout autour de moi mettait mes sens en éveil, idées et créations bouillonnaient en moi, de multiples envies se sont alors bousculées.

J’ai choisi de suivre 2 formations complémentaires l’une de l’autre : des cours pratiques de tapissier via le GRETA, et l’école TORII pour compléter la formation pratique et bénéficier d’un accompagnement en terme de marketing, gestion d’entreprise, histoire des styles, positionnement et stature en tant que nouvelle entrepreneur 

 C’est ainsi qu’est née La P’tite Causeuse, Artisan tapissier d’ameublement en sièges à Dolomieu en Nord-Isère.

La P’tite Causeuse

Qu'est-ce qui vous a motivé pour devenir entrepreneur ?

Dans ma vie c’était le moment, le bon moment. Comme une nécessité de me réaligner avec mes besoins de choix et de liberté et avec mes envies d’agir pour l’environnement à ma manière.

Quand je tapisse, c’est un véritable apaisement, un sentiment d’accomplissement quand je pars d’une structure mise à nue pour en faire un merveilleux siège. Je prends énormément de plaisir et c’est très gratifiant de redonner vie à un objet entre mes mains. Ce plaisir est également très facile à partager avec son entourage au quotidien : un siège est un objet qui a une présence forte dans une pièce.

 Qui n’a pas chez lui une vieille chaise qui mériterait un coup de jeune ? un trésor caché ou hérité qui a besoin qu’on prenne soin de lui ? un siège de famille, un coup de cœur dans une brocante ou un fauteuil sauvé de la déchetterie ?

 Un siège c’est potentiellement avoir entre les mains des traces de gens, de familles, de générations, de l’histoire. J’aime bien parler de “mémoire” à travers la matière.

C’est un métier qui allie réalisation de soi, créativité, technicité, relationnel. Un métier qui me donne du plaisir, qui m’apporte un équilibre et qui me permet de participer concrètement à la consom’action, et à préserver notre planète en favorisant le recyclage.

Bref c’est un tout qui me permet d’aligner ma tête, mon cœur et mes mains. J’espère transmettre tout ce que ce métier m’inspire au travers de mes réalisations.

J’ai naturellement décidé de suivre une formation de tapissier d’ameublement afin de perfectionner ma technique dans les règles de l’art et ainsi être complètement autonome, en ayant déjà bien en tête l’objectif de me mettre à mon compte.

Être entrepreneur c’est être maître de mon quotidien c’est avoir plusieurs casquettes, c’est une grande diversité d’actions : artisanat mais aussi gestion, communication, marketing, comptabilité, livreur, logistique etc… Cela a aussi comblé les besoins de liberté et d’autonomie qui me manquaient. Il s’agit de prendre des décisions et agir pour son bien et celui de son entreprise.

Comment votre décision de vous lancer a-t-elle été perçue par votre entourage au départ ?

Pour réaliser cela j’ai fait le choix d’un virage à 180 mais pas toute seule. Mettre toutes les chances de réussir de son côté c’est aussi bien s’entourer ! Et ce grand changement n’impactait pas que moi, il fallait donc que ce grand chamboulement s’opère avec le soutien de mon conjoint pour me lancer dans cette aventure ; et mes enfants ont toujours été heureux pour moi de cette décision.

Certes, j’ai créé un peu la surprise pour certains, pas du tout pour d’autres qui me connaissaient bien et qui semblaient savoir que cela arriverait avant moi-même ! 

Dans l’ensemble je n’ai reçu que des messages de soutien et encouragements très précieux !

Quelles ont été les étapes de la création de votre projet (financement, business plan, étude de marché...) ? A qui vous êtes vous adressé pour la création de votre entreprise ?

Au cours de l’année précédente au démarrage de mon projet j’avais beaucoup échangé avec le Fongecif et ma RH partner. La réflexion et la maturation du projet était déjà enclenchée.

Lors de ma rupture conventionnelle avec mon entreprise, j’ai été accompagnée par un consultant pour la création d’entreprise, démarche très enrichissante et qui m’a poussée au-delà de ma zone de confort à réfléchir à ce que je n’aurai jamais envisagé seule !

Il m’a guidé tout au long des méandres de ce projet : réflexion sur ma capacité à être entrepreneur et quel type d’entrepreneur, sur la cohérence homme/projet ; support pour établir un business plan, une étude de marché, une analyse de ma zone de chalandise ; conseil quant au type de structure d’entreprise à envisager, à tous les points importants à ne pas louper (comptabilité, gestion, imposition, assurance etc…).

Cela m’a permis d’avoir les idées claires et verbaliser beaucoup de points importants de mon projet.

Quelles difficultés avez-vous rencontré pour lancer votre entreprise ? La crise du covid a-t-elle eu un impact sur votre lancement ou sur votre activité ?

Je n’ai à ce jour pas rencontré de difficultés majeures, et la crise du Covid ne m’a pas perturbée outre mesure dans mon installation, hormis l’impossibilité de participer à des évènements comme des salons, des expos, des marchés de créateurs etc…

Quels conseils donneriez-vous à de futurs entrepreneurs ?

Je pense que l’envie est le moteur pour se lancer, il faut oser se jeter à l’eau avec passion. Il faut savoir prendre du recul sur les évènements et toujours avoir en tête qu’il faut à la fois penser et agir, chercher son équilibre, ne jamais cesser de se challenger, s’entourer des bonnes personnes et s’éloigner de celles qui sont toxiques pour vous ou votre entreprise, rester à l’écoute et ouvert à tous les conseils et critiques, mais rester le seul décisionnaire. Porter un message et des valeurs qui vous ressemblent, être honnête avec soi et les autres.

Est-ce que vous avez utilisé JeSuisEntrepreneur ? Et si oui, est-ce que cela vous a aidé ?

J’ai multiplié les sources d’informations et de conseils pendant toute la durée du montage de mon projet. Jesuisentrepreneur est l’une d’entre elles et a participé à étoffer mes connaissances dans des domaines où, après 20 ans de salariat,  j’étais complètement naïve.

C'est le moment de la promotion personnelle : avez-vous un site Internet ou une page Facebook que les lecteurs pourraient consulter ?

www.laptitecauseuse.fr

www.facebook.com/Laptitecauseuse

www.instagram.com/la_ptite_causeuse

www.linkedin.com/in/florence-bontemps-a02a93139/

www.pinterest.fr/laptitecauseuse0676

Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 10 septembre 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat