Ma comptabilité

Tout savoir sur le bilan comptable

Le bilan comptable est le témoin de la situation patrimoniale de l’entreprise pour un exercice comptable donné. Essentiel à la bonne santé de la structure, il est aussi une obligation administrative, à présenter à chaque fin d’exercice.

Qu’est-ce qu’un bilan comptable ?

Parmi les comptes annuels de l’entreprise, le bilan comptable fait la synthèse de tout ce que l’entreprise possède et qui crée sa valeur, l’« actif » et de tout ce qu’elle doit, ses ressources, dites « le passif ». On l’appelle aussi « état de la situation financière », selon les normes internationales d’information financière – IFRS.

 

Le bilan comptable donne la valeur patrimoniale de l’entreprise, et permet de savoir si elle est solvable, c’est-à-dire en capacité de rembourser ses dettes : il est majoritairement consulté par les banques ou organismes de crédits, dans le contexte d’une recherche de financements.

 

Il permet aussi de garder de la visibilité sur la bonne santé financière de l’entreprise, d’analyser les évolutions, d’y adapter des stratégies.

 

Enfin, la tenue régulière du bilan comptable est obligatoire : à chaque fin d’exercice comptable, il doit être déposé à l’administration fiscale qui vérifie la conformité des opérations de l’exercice, et, en fonction des données, établi le calcul de l’imposition à venir.

 

Certaines sociétés sont dans l’obligation de le faire certifier par un commissaire aux comptes. Il s’agit des SARL, EURL, SAS, SASU, SA, SCA, SCS et SNS qui aurait dépassé deux des trois seuils :

  • Un chiffre d’affaires supérieur à 8 000 000 € HT,
  • Un bilan total supérieur à 4 000 000 € HT,
  • plus de 50 salariés au cours de l’exercice.

Les éléments du bilan comptable

En France, un bilan comptable se construit en deux parties :

  1. Les actifs, qui correspondent à tout élément identifiable que possède l’entreprise et qui génère un avantage économique. Ils sont ce qui donne une valeur positive à l’entreprise.
  2. Les passifs, qui au contraire représentent tout ce que doit l’entreprise, soit toutes les ressources qui ont été mises à disposition et qui devra être rendu. Ils sont la valeur économique négative du bilan.

 

Sont répartis ensuite dans les actifs :

  • Les actifs immobilisés, qui restent durablement dans l’entreprise. Ils comptent les immobilisations incorporelles – brevets, marques, fonds de commerce, fichier client…-, les immobilisations corporelles - véhicules de transport, matériel informatiques, mobilier… - et les immobilisations financières – titres de participation, prêts accordés à d’autres entreprises…-.
  • Les actifs circulants ou courants, comme les stocks, les créances et la trésorerie.

 

Dans les passifs sont comptabilisés :

  • Les capitaux propres, soit tout ce que l’entreprise devra payer aux associés, comme le capital social, le résultat net de l’exercice comptable annuel, et les réserves, c’est-à-dire ce qui n’a pas été distribué des bénéfices passés.
  • Les dettes, avec les dettes financières et les dettes d’exploitation, soit les dettes de fournisseurs et les dettes sociales et fiscales.
  • Les découverts bancaires et les facilités de caisses accordés par la banque notamment en phase de création d’activité.

La différence avec un bilan financier

Le bilan financier reprend les éléments du bilan comptable – actifs et passifs – dans un « face à face » pour mieux mettre en évidence la capacité de l’entreprise à rembourser tout ce qu’elle doit par la vente de ses actifs – solvabilité – et sa capacité à rembourser un emprunt à date due en plusieurs échéances – liquidité.

Il est un bilan comptable vu du point de vue du créancier, de l’organisme de crédit, de la banque…

La différence avec un compte de résultat

Alors que le bilan comptable concerne la valeur patrimoniale de l’entreprise, le compte de résultat s’intéresse aux flux.  Le bilan comptable fournit un résultat à un instant T, pour un exercice donné ; le compte de résultat pose l’évolution des entrées et sorties d’argent – produits et charges – pour une période donnée.

L’interprétation d’un bilan comptable

L’enjeu d’un bilan comptable est l’équilibre financier entre les actifs et les passifs. Son analyse permet d’appréhender les points d’équilibre et de déséquilibre, et d’observer les évolutions en comparant d’un exercice à l’autre.

En commençant par le haut des actifs et des passifs, on peut évaluer la stabilité de l’entreprise sur un long terme. L’indicateur à calculer est alors le Fonds de roulement : il correspond aux ressources qui restent disponibles pour financer l’exploitation sur le long terme et sa formule est :

 

Ressources stables (Capitaux propres + Dette Financière) – Immobilisations

 

La comparaison des actifs et des passifs de court terme permet de poser le Besoin en Fonds de roulement – BFR –. Dans la vie de l’entreprise, il y a souvent des décalages entre ce que l’entreprise encaisse et ce que l’entreprise « décaisse » : l’entreprise doit maintenir un fonds constant, qui lui permette de faire face aux charges courantes en attendant de recevoir ce qui lui est dû. C’est le Besoins en Fonds de roulement, son besoin de financement. Pour évaluer le besoin, il faut appliquer la formule suivante :

 

(Stock + Créances clients + Autres créances) – Dettes fournisseurs, fiscales et sociales

 

Le BFR est financé par le Fonds de roulement, et pour que le Fonds de roulement couvre les BFR, il doit être supérieur. L’excédent alimente la Trésorerie nette. S’il est inférieur, le manque devra être comblé par un financement de trésorerie.

 

La Trésorerie nette est quant à elle toutes les sommes d’argent mobilisables à court terme, elle correspond au Fonds de roulement – le Besoin en fonds de roulement. Un résultat positif témoigne d’une bonne santé financière, et négatif, l’entreprise devra trouver des moyens de financement à court terme.

 

L’élaboration du bilan comptable comme son analyse requièrent des bons outils et conseils : découvrez nos outils accessibles gratuitement en ligne !