Accueil > Développer mon entreprise > La relation commerciale >

La réglementation sur les partenariats étrangers

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

02 juin 2021

Icône temps de lecture

1 min.

partenariats étrangers
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

Comment s’applique la réglementation en cas de contrat avec un partenaire étranger ?

Le texte instituant le droit de demander des dommages et intérêts en cas de rupture brutale des relations commerciales est un dispositif de droit français.
La jurisprudence des tribunaux rappelle qu’il s’impose à un partenaire étranger de manière certaine si la loi française est applicable au litige, que ce soit par l’effet d’une clause précise de ce contrat liant les parties ou, en l’absence d’une telle clause, par l’effet des règles de droit international.
Dans l’hypothèse où le contrat n’est pas soumis au droit français, cette loi pourrait néanmoins s’appliquer dans la mesure elle est considérée comme une « loi de police » : il s’agit d’une loi nationale qui s’impose même si le contrat est soumis au droit étranger.
Les tribunaux français y semblent favorables sans qu’il y ait pour autant de position ferme et définitive à l’heure actuelle sur ce point.

Sources juridiques :

CA Versailles, 12e chambre, section 2, 14 octobre 2004.

Cass. Com., 21 octobre 2008, n° 07-12336

CONSULTEZ UN AVOCAT SPÉCIALISÉ EN DROIT COMMERCIAL

Un avocat vous accompagne dans votre problématique, grâce à notre partenaire Captain Contrat.
Premier échange gratuit et sans engagement.

logo Captain
Trouver mon avocat
Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 29 juillet 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat