Estimer mes besoins de trésorerie

Icône auteur

Par Joris Melin

Icône date de publication

19 mai 2021

Icône temps de lecture

6 min.

previsionnel

Bien calculer son besoin de trésorerie est une étape clé vers la réussite de son entreprise. Une erreur dans l’estimation de sa trésorerie de départ peut conduire à l’échec, en dépit d’une bonne idée et d’un business model efficace. Le besoin de financement en phase de démarrage mais aussi en phase de croissance rapide fait partie des indicateurs clés à surveiller. On vous dit tout pour bien estimer votre besoin de trésorerie et le financer. 

Qu’est-ce que le besoin de trésorerie ? 

Votre business plan comporte une partie sur le développement de l’entreprise, son chiffre d’affaires, ses marges et une seconde partie sur la trésorerie ou le cash-flow pour plaire aux anglo-saxons. Plus formellement, dans tout business plan de création d’entreprise, un budget prévisionnel prévoit au minimum un compte de résultat prévisionnel (votre chiffre d’affaires, votre marge, vos résultats, etc.), votre plan de trésorerie (les encaissements et décaissements au fil des mois). Ce dernier montre les différents flux de trésorerie et est absolument indispensable à une bonne gestion du cash-flow. 

Bien anticiper sa trésorerie de départ et son besoin au cours des premiers mois n’est pas simple. En effet, le premier conseil est de prendre une marge d’erreur. Bien sûr, votre entreprise va décoller… mais peut-être pas aussi vite que vous l'imaginez. L’idéal est de partir des hypothèses basses de votre business plan et d’ajouter une marge de sécurité pour évaluer un besoin de trésorerie souple. 

Si le chiffre d’affaires ne génère pas autant d’encaissements que prévu, il faudra également faire face à ce décalage de trésorerie, voire couper certaines dépenses non indispensables. C’est alors un cercle vicieux de frein au développement. Anticiper correctement ses flux de trésorerie a donc un impact direct sur la croissance de l’entreprise 🚀

👉Votre besoin en trésorerie vise à couvrir tous vos besoins, que vous aurez préalablement listés et chiffrés. On l’appelle également besoin en fonds de roulement ou BFR. Il correspond à l’argent nécessaire au fonctionnement quotidien. Par exemple, disposer de X jours de trésorerie pour payer les salaires et les factures dans l’attente du paiement des clients. Ce décalage de trésorerie entre les dépenses payées et les recettes encaissées est couvert par le besoin en trésorerie.  

Comment identifier son besoin de trésorerie de départ ? 

Le besoin de trésorerie d’une entreprise prend en compte plusieurs paramètres : 

  • les délais de paiement de vos clients : vous vendez un produit ou réalisez une prestation et êtes payés plus tard. Ce décalage doit être couvert. Entre entreprises, le délai de paiement est à 30 jours à compter de la réalisation de la prestation ou de la réception des marchandises. C’est l’article L 441-10 du Code de commerce qui régit les délais de paiement entre professionnels. En aucun cas, le paiement ne peut intervenir plus de 60 jours après l’émission de la facture.  

  • les stocks : vous achetez des produits, générez un stock payé et immobilisé jusqu’à la vente et à son encaissement. Cela met en lumière l’importance d’une gestion de stocks optimisée. Sur-stocker immobilise une trésorerie trop importante, sous-stocker vous prive de ventes potentielles. Tout dépend également de votre activité : certains fournisseurs imposent un minimum de commande ou font vous bénéficier de tarifs plus intéressants à partir d’un certain volume. 

Les premiers investissements seront financés avec le capital de départ ou les premiers emprunts. C’est pourquoi un tableau de trésorerie est indispensable au lancement d’une entreprise. Il doit ensuite être suivi de près par tout dirigeant. 

💥1 entreprise sur 4 échoue en raison d’une mauvaise gestion, en particulier de sa trésorerie ! Il ne s’agit pas d’attendre la fin de l’année avec le bilan de votre expert-comptable pour se rendre compte des problèmes. La trésorerie se suit chaque trimestre, chaque mois, voire plus si besoin. C’est la réactivité de l’entrepreneur face à un problème de cash-flow qui permet la réussite d’une entreprise. 

Comment bien prévoir son besoin de trésorerie ? 

Après avoir établi le besoin de trésorerie de départ, la question demeure cruciale tout au long du développement de l’entreprise. Voici quelques points de vigilance supplémentaires : 

  • La saisonnalité de l’activité est primordiale pour bien gérer sa trésorerie annuelle. Si les encaissements se font principalement pendant quelques mois, ils doivent couvrir les dépenses du reste de l’année. 

  • les investissements : tout achat d’immobilisation est nécessaire pour développer son activité. Le paiement est réalisé avant que les investissements ne produisent d’effets sur la croissance du chiffre d’affaires. Le financement des investissements ne doit pas mettre en péril la trésorerie de l’entreprise. Les investissements peuvent être financés par des crédits professionnels, du crédit-bail ou d’autres. 

  • La croissance du chiffre d’affaires : une croissance hyper rapide peut mettre en péril la trésorerie ! En effet, vous multipliez alors les dépenses fixes (salaires, achats, etc.) et devez bien gérer le ratio entre vos charges fixes et la croissance pérenne du chiffre d’affaires. Trop d’entreprises échouent faute d’avoir bien gérer le risque client ou la soumission à un client important qui ne paie pas ou paie en retard. 

👉 Attention, un besoin en trésorerie fluctue avec le temps ! Par exemple, un client qui paie toujours ses factures avant l’échéance peut connaître des difficultés et retarder le paiement. Un client qui prend de l’importance peut négocier des délais de paiement plus importants. Depuis la crise sanitaire ou dans les périodes de crise économique, les délais de paiement des entreprises se tendent. Réévaluer régulièrement votre besoin de trésorerie est indispensable. 

Les notions clés du besoin en trésorerie

Le fonds de roulement correspond à la différence entre vos fonds stables (capitaux propres + dettes à long terme) et vos actifs immobilisés (les biens non destinés à la vente mais nécessaires à l'activité : bâtiments, équipements, brevets…).  

FONDS DE ROULEMENT = (CAPITAUX PROPRES + DETTES À LONG TERME) – ACTIFS IMMOBILISÉS  

Le fonds de roulement est donc positif si les fonds stables de l'entreprise suffisent à financer les immobilisations. L'excédent peut alors être affecté aux besoins générés par le cycle d'exploitation (activité) de l'entreprise. 

Le besoin en fonds de roulement (BFR) sera alors calculé à partir de : 

  • la valeur du stock, 

  • le délai de paiement accordé à vos clients (il s'agit de la créance client), 

  • le délai de paiement accordé par vos fournisseurs (il s'agit du crédit fournisseur).

BFR = STOCKS + CRÉANCES CLIENTS – CRÉDITS FOURNISSEURS  

Selon votre activité, votre besoin en fonds de roulement ou besoin en trésorerie est : 

- positif : votre activité nécessite des besoins en trésorerie, 

- négatif : votre activité dégage alors des excédents de trésorerie. 

Si votre trésorerie est positive (fonds de roulement > besoin en fonds de roulement), les ressources financières de votre entreprise vous permettent de couvrir les besoins liés au cycle d'exploitation. Vous pouvez alors placer vos excédents de trésorerie. 

Si votre trésorerie est négative (fonds de roulement < besoin en fonds de roulement), vous disposez de deux leviers pour y remédier : 

  • augmenter votre fonds de roulement, notamment par un apport en fonds propres, afin de sécuriser la trésorerie de l’entreprise. 

  • réduire votre besoin de fonds de roulement (BFR). Pour limiter votre besoin de fonds de roulement (BFR) vous pouvez : 

  • améliorer la gestion de vos stocks pour en réduire le délai de rotation ;  

  • optimiser le suivi de vos encaissements (gestion de la facturation, relance des clients …) pour réduire le montant des créances clients (factures clients en attente de règlement) ;  

  • négocier des délais plus longs auprès de vos fournisseurs (ces délais sont encadrés par la loi et n'excèdent généralement pas 60 jours à compter de la date d'émission de la facture ou 45 jours fin de mois.

👉 Mettez en place des bonnes pratiques dès la création de l’entreprise ! Le paiement des clients est un processus normal et indispensable. Dès le premier retard de paiement, un appel ou un email de relance peut suffire à combler un simple oubli. Au-delà, des procédures de rappel et de mise en demeure sont possibles jusqu’à une action en justice ou la sollicitation de société de recouvrement de créances. Bien évidemment, le client est alors perdu en général. Ne dépendez jamais d’un seul client ou d’un très gros client…

Comment financer le besoin de trésorerie de l’entreprise ? 

Plusieurs options s’ouvrent pour financer le besoin de trésorerie d’une entreprise. 

Du côté de la banque, on pense immédiatement aux facilités de caisse négociées auprès de sa banque. Celle-ci tolère un compte débiteur pendant plusieurs jours (en général une quinzaine de jours). Sur le même principe, négocier un découvert bancaire permet de gérer les manques de trésorerie sur une durée plus longue, jusqu’à 3 mois, à des taux fluctuants. Il est préférable de négocier ces agios ou taux d’intérêts dès l’ouverture du compte. 

Un crédit bancaire peut également combler un besoin de trésorerie de l’entreprise. Il doit évidemment être remboursé et la banque peut prendre des garanties selon le montant et le risque. 

Côté créance client, l’escompte commercial consiste à diminuer le montant de la facture adressée à un client en échange d’un paiement immédiat. Simple et pratique, ce peut être une solution gagnante pour les deux parties, dès lors que son client dispose d’un excédent de trésorerie. 

L’affacturage est une autre solution pour déléguer le recouvrement des créances clients à un tiers. Une société paie vos factures clients en souffrance et se charge d’en obtenir le remboursement auprès de vos clients professionnels. Cette pratique s’étudie au cas par cas en fonction de la relation commerciale spécifique avec vos clients. Elle se développe de plus en plus auprès de TPE et PME. Le factor prélève alors une commission d’affacturage en complément des taux d’intérêt. 

Côté fournisseurs, des optimisations sont également possibles. Par exemple, faut-il acheter des voitures de fonction ou les louer ? Le crédit-bail ou leasing permet des locations longue durée qui mobilisent moins d’argent immédiat d’un achat. 

Quel que soit votre besoin de trésorerie et la situation de votre entreprise, il existe des solutions simples à mettre en place !

Joris

Joris Melin

Icône LinkedIn

Coach pour entrepreneur

Article mis à jour le 25 mars 2022

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat