Accueil > JSE Mag >

Rencontre avec Frédéric Giertner, CEO de France FG-Drone en Occitanie

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

28 juin 2021

Icône temps de lecture

5 min.

drone
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

La parole est à Frédéric Giertner, dirigeant de France-FG Drone, entreprise spécialisée dans les prestations nécessitant l’intervention de drones. Il nous raconte son parcours, ses activités, ainsi que son amour d’un milieu aussi pointu que passionnant.

Bonjour Frédéric, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs  ?

Bonjour ! J’ai 44 ans, et je suis le fondateur de France FG-Drone, une entreprise fournissant diverses prestations (traitement, prise de vue, démoussage…) grâce aux drones.   

Quelles ont été les étapes de la création de votre projet  ? 

Avant d’arriver dans cette activité, j’ai exercé pendant 27 ans en tant que plombier chauffagiste en région parisienne. J’ai été contraint d’arrêter mon activité après avoir été réformé par la médecine du travail suite à un problème de santé. J’ai été alors très déçu de cette décision, même si ma santé ne me permettait pas de continuer. 

Aimant beaucoup voyager et ayant une sensibilité viticole (j’ai de la famille en Bourgogne), je voulais me diriger vers le tourisme des vignes. L’idée était alors de créer des voyages autour du vin, en tant qu’accompagnateur de tourisme. Malheureusement, cela n’a pas pu se faire, mon école n’ayant pas pu honorer à deux reprises la formation, faute de candidat. En 2017, après un bilan de compétences, j’ai suivi une formation Bac+2 en Génie Civil afin de devenir diagnostiqueur immobilier. 

En 2020 j’ai déménagé dans L'Hérault et créé une société de diagnostic. J’ai alors rencontré un patron d’un réseau de drones, et voulais alors nouer un partenariat, ses services de thermographie étant utiles pour le diagnostic. Le Covid est arrivé, et l’activité du diagnostic s’est stoppée, contrairement aux télépilotes qui pouvaient continuer à travailler. Je me suis dit, “pourquoi pas moi” ? Je me suis renseigné, et ai monté mes dossiers tout en suivant une formation. Suite à cela je suis allé voir la CCI de Béziers pour monter l’entreprise. La structure m’a accompagné, et en lisant un magazine, j’ai vu que le Crédit Agricole avait une start up, JeSuisEntrepreneur. Après avoir fait une demande sur la plateforme, j’ai été contacté par Joris Melin. Après avoir expliqué la situation, une relation tripartite s’est mise en place. Joris a été d’une grande aide notamment pendant la période du COVID. Au final, début Mars, l’entreprise est née. 

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre concept ? À qui s'adresse votre projet  ? 

Il y a de nombreuses utilisations possibles pour les drones, parmis lesquelles : 

  • La cartographie viticole. Je couvre à l’heure actuelle une zone couvrant toute Occitanie, et aussi PACA, pour le compte d’une société basée dans le centre de la France. Diagno came multi spectrale. Aide à la décision. Pour savoir la maturité des parcelles et savoir où ils doivent traiter, 

  • La photogrammétrie. À savoir une technique de recouvrement, qui permet, grâce à des milliers de photos d’une scène sous différents angles, de recréer un bien en 3D. On tente de recréer le parallaxe, à savoir l’équivalent de la vue 3D des yeux. C’est un service pouvant s’adresser aux architectes, aux maçons, aux entreprises de BTP …  Elle permet aussi une volumétrie pour les carrières. C’est utile pour la gestion des stocks et la déclaration des sols aux impôts. 

  • La thermographie. À savoir imagerie spectre invisible, pour situer les déperditions de sources de chaleur. C’est un service pour les collectivités, ou pour les bureaux d’études thermiques, utiles pour les travaux de rénovation énergétique. 

  • La production audiovisuelle. Notamment destiné aux films corporate. Même si je n'ai pas de réel lien avec ce type de métier, j’ai pour habitude de proposer un story board aux clients. J’apprécie le fait de mettre en valeur le bien d’un client, et rendre justice à la beauté des choses. Cette activité fait écho à mon côté créatif (j’ai organisé pendant plusieurs années des concerts dans l’ensemble de la France).

  • La pulvérisation. Un service utile pour le traitement des toitures, le démoussage des façades et des toitures. Tout cela est rendu possible par des buses de pulvérisation placée sur l’appareil, permettant par exemple une pulvérisation de nématode (des vers de sols permettant d’agir contre les nuisibles à la cime des arbres).

Il est à noter qu’entre la photographie et la thermographie, il y a une approche, un esprit de vol, un plaisir différent. J’aborde la thermographie non pas avec un esprit artistique, mais avec “l'esprit BTP” : les mouvements du drone sont récurrents au cours du quadrillage, cela nécessite beaucoup de concentration. Il faut en effet être le plus précis possible, afin de faciliter le post traitement. 

Questions sortant des sentiers battus; comment peut - on faire voler un drone ? 

Il est important de sensibiliser les gens à cela. Tout le monde n’a pas le droit de faire voler un drone en agglomération, il faut pour cela un certificat aéronautique spécifique au drone, agréé par la DGAC. Ce titre est obtenu après un examen théorique qui suit une formation pratique.

A noter que des formations annexes sont possibles, notamment pour la photographie et la thermographie. 

Comment exercez-vous cette activité ? Avez-vous un local commercial ? À domicile ? Sur Internet ?

J’habite en pavillon, j’ai donc aménagé un bureau à la maison. Le garage, quant à lui, sert de lieu de stockage pour les drones. 

Cependant, je travaille beaucoup dehors. Donc mon bureau c’est aussi la nature, et c’est la plus belle des récompenses. 

Quels bénéfices personnels tirez-vous de cette activité ? Qu'avez-vous appris de cette expérience ?

J’ai conscience que c’est un métier qui fait rêver : je ne me serais pas dirigé vers ce métier si c’était pour me lever chaque matin en n’ayant pas envie d’aller au travail.  Cependant, il faut savoir que l’on ne passe à peu près que 20% de notre temps à voler. En effet, au-delà d’être à son compte, il y a beaucoup de temps passé à préparer les vols. Les déclarations à la préfecture, les protocoles quand on vole à proximité d’aéroports...Pour un vol de 1h, 1 à 2 jours de préparation peuvent être nécessaire ! 

Aussi, il est important de mentionner que cette activité peut générer du stress, notamment au cours des  vols en agglomération. Il est en effet nécessaire de prévenir les forces de l’ordre et de mettre en place un périmètre de sécurité. Il est important de maîtriser le stress, tout en gardant à l’esprit la possibilité d’un crash. Tout peut arriver, il faut à la fois prendre du plaisir et rester concentré. Vous imaginez bien que même le plus petit des aéronefs peut devenir dangereux en chute libre !

Cependant je garde toujours beaucoup de plaisir à voler et, même si on me conseille de ne pas en faire trop,  j’éprouve du plaisir à voir les finalités différentes de mon travail. 

Je suis également très enthousiaste à la vue  des nouvelles applications, il y a des possibilités multiples. Par exemple, les drones peuvent être utiles pour le comptage urbain sur une zone prédéfinie, ou pour la pulvérisation de répulsif à pigeon aux huiles essentielles (le produit, naturel, désoriente alors les oiseaux)

Quel conseil donneriez-vous aux futurs entrepreneurs ? 

Premièrement, il est vital de croire en soi. Un porteur de projet se doit d’être fort d’esprit, encore plus avec la période actuelle. 

Aussi, avoir un entourage qui croit en vous est important. Mais attention ! Il ne faut pas toujours les écouter. La bienveillance des proches peut être destructrice pour un projet. Ils peuvent vous “décourager sans vouloir vous décourager”, par peur pour vous. 

J’ai également la conviction qu’avoir une âme d'entrepreneur est nécessaire. Croire en son projet permet de déplacer des montagnes ! 

Aussi, avoir un esprit commercial est important ! Il ne faut pas avoir peur du refus pour nos

démarches, et ne pas rester sur les échecs. Je pense à Marc Simoncini, qui est un exemple pour moi. Il est le fondateur et l’ex patron de Meetic. Son parcours et sa capacité à se relever sont très inspirants. 

Pour conclure, on peut dire qu’un entrepreneur convaincu a toujours un brin de folie en lui.

Avez- vous un site Internet ou des réseaux sociaux sur lesquels les lecteurs pourraient vous retrouver ?

Vous pouvez retrouvez France FG Drone et Frédéric via : 

https://www.facebook.com/FRANCEFGDRONE/

https://fr.linkedin.com/in/frederic-giertner

https://www.youtube.com/channel/UCLL62WCskfLa9T6uElOM6Uw/featured

Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 29 juillet 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat