Accueil > Idées business >

Le marché du commerce de matériel agricole

Icône auteur

Par Pierre Lemaître

Icône date de publication

21 mai 2021

Icône temps de lecture

1 min.

commerce de matériel agricole
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ?


COMPÉTENCES

Qualification professionnelle
Aptitudes commerciales
Maîtrise de la gestion

SPÉCIFICITÉS

Poids des investissements
Importance de la qualité de l'emplacement
Intensité de la concurrence

VIE PRIVÉE

Niveau de rémunération
Degré des contraintes horaires
Facilité de remplacement

Le chiffre d’affaires du secteur est soutenu par un effet prix alors que la demande en agroéquipement ralentit.

Déjà soumis aux fluctuations de la conjoncture agricole, les professionnels du secteur sont confrontés aux mutations profondes des modes d’acquisition des équipements agricoles.

En effet, les agriculteurs se tournent de plus en plus vers la mise en commun de matériels (Groupements d’Intérêt économique et Environnemental, Coopératives d’Utilisation en commun de Matériel Agricole, Entreprises de Travaux Agricoles), la location ou l’achat d’équipements d’occasion.

Ces dernières années, des plateformes d’intermédiation numériques se sont développées. Elles favorisent la location et l’acquisition d’équipements agricoles d’occasion entre agriculteurs.

Dans ce contexte, les professionnels du secteur se positionnent sur le marché de l’occasion et de la location. Ils développent la vente de pièces détachées ainsi que des services à forte valeur ajoutée (formation, réparation, maintenance, etc.). 

Tendances

La demande des agriculteurs en agroéquipements neufs devrait s’essouffler sous l’effet de la diminution des prix des produits agricoles, de l’augmentation des coûts de production, de la réorientation des aides de la PAC, ainsi que du durcissement de l’accès au crédit. Les acteurs du secteur seront donc amenés à rationaliser leurs réseaux de distribution.  

L’organisation du marché

Selon le mode de fonctionnement :

  • Les concessionnaires bénéficient d’un contrat d’exclusivité sur un secteur donné, accordé par le constructeur. En contrepartie, ils s’engagent à un minimum de ventes et/ou à ne pas vendre de produits concurrents (concessionnaires exclusifs). Ils assurent le stockage, la commercialisation des matériels neufs et d’occasion, l’approvisionnement en pièces détachées (15 à 30 000 références pour une concession) et le service après-vente. De tailles variables, les concessions restent essentiellement des entreprises à caractère familial implantées en milieu rural, malgré la multiplication des opérations de fusion qui contribuent au déclin des plus petites entreprises.

  • Les succursales dépendent du constructeur.

  • Les chaînes de distribution spécialisées (Gamm’Vert…) vendent du petit matériel n’exigeant aucune spécification.

  • Les indépendants et les coopératives agricoles peuvent proposer tous les types de matériaux et machines. Généralement, ils sont plutôt orientés sur le petit matériel, l’entretien et les réparations.

NOMBRE D’ENTREPRISES DU SECTEUR

2018

3 732 (1)

CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR  (EN MILLIARDS D’EUROS)

2018

14,065 Md€ (2)

ÉVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR EN VALEUR  (INDICE ICA BASE 100 EN 2015)

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

116,1 (3)

106,6

99,5

97,3

100,0

101,2

109,5

105,7

95,7

81,2

(1) Source : INSEE, démographie des entreprises et des établissements 2018 – champs marchand non agricole, Stocks d’entreprise au 31 décembre 2018.

(2) Source : INSEE, ESANE.

(3) Source : « Commerce de gros (commerce interentreprises) de matériel agricole » – INSEE, Bulletin statistique.

Lemaitre Pierre

Pierre Lemaître

Icône LinkedIn

Responsable des partenariats

Article mis à jour le 21 mai 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat