Accueil > Idées business > Étude du marché des VTC >

Comment devenir chauffeur VTC : les démarches de A à Z

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

25 mai 2022

Icône temps de lecture

4 min.

Devenir VTC

Devenir chauffeur VTC (véhicule de tourisme avec chauffeur) attire un grand nombre de personnes. Ainsi, près de 50 000 chauffeurs VTC étaient inscrits en 2020. Depuis cette date, la crise sanitaire et la consolidation du secteur ont sans doute ralenti ce dynamisme. Le marché est très concentré en région parisienne, qui représente 70 % du chiffre d‘affaires des VTC. Découvrons comment devenir chauffeur VTC ! 

Les conditions préalables pour devenir chauffeur VTC

Tout d’abord, vous devez être titulaire du permis de conduire 😁. L’obtention depuis plus de 3 ans est nécessaire (2 ans si vous avez bénéficié de la conduite accompagnée). Le permis B est requis pour les VTC (et le permis A pour les VMDTR (véhicules motorisés à deux ou trois roues de transport avec chauffeur). 

Mais d’autres conditions sont indispensables : 

  • Avoir un casier judiciaire vierge : aucune condamnation pénale inscrite sur le bulletin numéro 2 du casier judiciaire. 

  • Obtenir un avis médical positif : un médecin agréé réalise un contrôle d’aptitude physique à la profession de chauffeur VTC. Attention, le médecin agréé n’est pas votre médecin traitant mais figure sur une liste établie par la préfecture.

  • Être titulaire du PSC1 (prévention et secours civique de niveau 1) depuis moins de 2 ans. Cet examen d’une journée peut être réalisé par la Croix-rouge, les pompiers ou les services de protection civile. Le coût modique peut être pris en charge par différents organismes selon votre statut.  

La réglementation des VTC ne s’arrête pas à ces conditions ! Il vous faut encore réussir l’examen de VTC. 

Comment obtenir la carte VTC ?

Si vous remplissez toutes ces conditions préalables, vous pouvez passer l’examen VTC. Une formation préalable n’est pas obligatoire mais elle est recommandée pour réussir l’examen. Vous pouvez ainsi obtenir une carte VTC sans formation mais pas sans examen. Aucune condition de diplôme ou de niveau d’études n’est requise. 

Cet examen VTC porte sur  : 

  • Des épreuves théoriques liées à la réglementation, à la gestion comptable et commerciale d’une entreprise, à la sécurité routière, à la maîtrise du français et de l’anglais. 

  • Des épreuves pratiques liées à la conduite et au comportement approprié vis-à-vis des clients. 

👉 Vous pouvez financer votre formation à l’examen VTC grâce à votre compte personnel de formation (CPF) ou solliciter des aides notamment auprès de Pôle Emploi. 

La chambre des métiers et de l’artisanat (MCA) gère l’inscription et les modalités de l'examen VTC. Elle délivre l’attestation de réussite à l’examen VTC. 

Avec cette attestation, vous demandez une carte professionnelle VTC délivrée par la préfecture pour 5 ans. Elle doit être visible depuis l’extérieur du véhicule et être placée derrière le pare-brise. 

Diverses pièces justificatives sont nécessaires pour obtenir une carte VTC

  • une pièce d’identité, 

  • un permis de conduire, 

  • une attestation de réussite à l’examen de VTC, 

  • un avis médical positif, 

  • une attestation de brevet de secourisme (PSC1), 

  • 2 photos d’identité récentes.

 

Cette carte coûte environ 60 euros. 

En parallèle, vous devez permettre à vos clients de vérifier la véracité de la carte. Pour ce faire, vous vous inscrivez sur le portail d’authentification Cerbère, le service de contrôle des cartes. 

Légalement, il n’est pas possible de devenir chauffeur VTC sans carte professionnelle

Les formalités de création d’une entreprise VTC

Avant de vous lancer sur les routes, il faudra créer une entreprise. Pour ce faire, plusieurs statuts sont disponibles en tant que chauffeur VTC : 

  • créer une entreprise individuelle et exercer sous le régime de la micro-entreprise tant que vous ne dépassez pas le plafond de chiffre d’affaires de 72 600 euros. Être chauffeur VTC auto-entrepreneur peut sembler attractif pour la simplicité. Toutefois, avant de choisir ce statut, étudiez bien si le montant de vos charges de fonctionnement ne mérite pas d’être déduite de votre chiffre d’affaires. Il pourrait alors être plus intéressant de ne pas vous placer sous ce régime simplifié. 

  • créer une société : EURL ou SASU si vous êtes seuls, SARL ou SAS si vous vous associez avec d’autres entrepreneurs. Les formalités de création et de gestion d’une société sont plus complexes mais rien d’impossible avec les outils digitaux à votre disposition. 

Une fois le statut juridique choisi pour devenir chauffeur VTC, vous immatriculez votre entreprise auprès du RNM. Chauffeur VTC est un métier qui relève de l’artisanat. 

En complément, vous devez vous inscrire sur le registre des VTC. Cette inscription obligatoire coûte 170 euros et son absence entraîne le paiement d’une amende de 15 000 euros et d’un an d’emprisonnement pour exercice illégal d’activité. 

Réussir en tant que conducteur VTC 

Devenir chauffeur VTC revient à devenir entrepreneur, à gérer son entreprise individuelle. Il est bon d’avoir des notions de comptabilité, de savoir créer un business plan, de se projeter dans l’avenir, etc. Une étude de marché du VTC est indispensable pour connaître les lignes directrice de la profession. 

Les démarches pour devenir chauffeur VTC peuvent sembler complexes ou onéreuses. L’inscription sur les différents registres, les conditions préalables et l’examen pour décrocher une carte de VTC sont indispensables. Devenir chauffeur VTC donne des responsabilités vis-à-vis de vos clients qui vous confient leur sécurité et leur santé. 

Est-ce rentable d’être VTC ? L’investissement de démarrage est important, notamment en raison de la voiture qu’il faut acheter ou prendre en location ou en crédit-bail. Une voiture très confortable est indispensable pour les clients. 

Les charges de fonctionnement sont également élevées entre l’essence, l’assurance, les frais d’entretien et de réparation, etc. 

C’est la raison pour laquelle une étude de marché sur secteur VTC est indispensable pour mesurer la rentabilité réelle et le salaire possible d’un chauffeur VTC

Enfin les modalités d’exercice du métier de chauffeur VTC sont variées : il existe bien évidemment de nombreuses plateformes numériques qui génèrent du trafic et des missions. Vous pouvez également développer votre propre clientèle. 

Devenir chauffeur VTC sans formation est donc possible ! Le conducteur VTC indépendant nécessite des qualités de gestion commerciale et de fidélisation client. Un statut d’auto-entrepreneur est envisageable. Alors, n’hésitez plus et devenez chauffeur VTC !

Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 25 mai 2022

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat