Accueil > Idées business >

Comment devenir chiropracteur ?

Icône auteur

Par Jules Drevon

Icône date de publication

22 août 2022

Icône temps de lecture

3 min.

Devenir chiropracteur

Métier encore peu répandu en France (à peine 1 500), le chiropracteur indépendant, comme le chiropracteur salarié, exerce une médecine douce pour prévenir et guérir les maladies liées à la colonne vertébrale. La profession de chiropracteur (chiropraxie) est réglementée en France depuis 2011, découvrez donc comment devenir chiropracteur et exercer cette profession dans les règles.  

Quel est le rôle d’un chiropracteur ?

Un chiropracteur manipule à l’aide de ses mains, pour soigner les douleurs au dos. Il intervient principalement au niveau de la colonne vertébrale et des vertèbres.  

Il a un rôle préventif, curatif et effectue un diagnostic, après avoir interrogé et examiné le patient. Il le manipule dans des zones très précises du dos et du système nerveux ou musculo-squelettique. 

Le chiropracteur prescrit rarement des médicaments ou des actes de chirurgie, mais effectue des pressions sur certains endroits du corps. Ainsi, il interroge le patient sur la localisation des troubles pour identifier des déplacements ou dysfonctionnements des os, des muscles, des organes et des possibles déséquilibres posturaux.

Un chiropracteur traite un scope assez large de pathologies. Par exemple, des douleurs vertébrales, des torticolis ou lumbagos, les migraines, les troubles digestifs, mais aussi des tendinites ou autres douleurs articulaires. 

Quelle différence entre un ostéopathe et un chiropracteur ?

Un chiropracteur diffère principalement d’un ostéopathe en intervenant presque exclusivement au niveau de la colonne vertébrale. Il travaille sur la relation système nerveux / colonne vertébrale et traite donc différentes pathologies, toujours liées à la colonne vertébrale et à ses nerfs. Le chiropracteur peut d’ailleurs s’aider d’instruments à percussion électronique.

Les chiropracteurs sont les seuls praticiens non médecins à pouvoir effectuer des manipulations cervicales sans avis médical préalable.

À l’inverse, devenir ostéopathe nécessite d'intervenir sur tout le corps. Une douleur à un endroit pouvant être liée à d’autres endroits du corps, l'ostéopathe a une vision globale.

Les professions de chiropracteurs et ostéopathes sont similaires et leurs compétences peuvent se rejoindre. À noter que ces 2 professionnels peuvent (dans la majorité des cas) intervenir sans prescription médicale. 

D’autre part, devenir kinésithérapeute n’est pas non plus la même chose que chiropracteur. 

La différence se faisant notamment au niveau des diplômes, le kinésithérapeute n’étant pas spécialisé de la colonne vertébrale. 

Quelles qualités pour devenir chiropracteur ? 

Pour devenir chiropracteur, il faut avant tout être calme, attentionné, à l’écoute et pouvoir se concentrer rapidement.

Le chiropracteur est au contact des patients et des pathologies, il doit faire preuve d’empathie et d’un bon relationnel pour rassurer ses patients. Bien sûr, il est tenu à des règles de déontologie et de discrétion.

D’autre part, le métier requiert de travailler souvent tôt et tard le soir, il faut donc s’y préparer.

Quelles études pour devenir chiropracteur ?

La chiropraxie nécessite obligatoirement de valider l’unique diplôme de chiropracteur avec l’IFEC (Institut franco européen de chiropraxie, à Paris ou Toulouse). Il est donc impossible de devenir chiropracteur sans diplôme.

La formation se déroule en 5 ans (théorie et pratique via des stages) après un bac général et est reconnue dans le monde entier. Elle permet au chiropracteur d’exercer : évaluer et poser un diagnostic, prendre en charge un patient, mettre en œuvre les soins et les actes adaptés au patient, etc. 

Devenir chiropracteur en reconversion

Se reconvertir en chiropracteur est possible, cependant, il faudra absolument valider le diplôme de chiropracteur. Si la formation dure 5 ans, il existe des possibilités de passer directement en seconde année, notamment pour les professionnels de santé ou étudiants issus du PASS.

Des parcours d’études aménagés peuvent être mis en place en fonction de l’expérience professionnelle, ou pour les sportifs de haut niveau.

Comment devenir chiropracteur indépendant ?

La plupart des chiropracteurs en France exercent en profession libérale (indépendants).

Quel statut ? Quelles démarches ? 

Le statut du chiropracteur est celui du thérapeute indépendant (comme pour les autres professions de médecines douces). Il exerce en tant qu’indépendant (EI). S’il s’associe avec d’autres chiropracteurs pour ouvrir un cabinet par exemple, ils créent une société d’exercice libéral : SELARL ou SELAS (équivalent SARL et SAS). 

Sachez que de nombreux chiropracteurs s’associent pour créer leur cabinet. La formation de l’IFEC inclut un programme d’aide à l’installation pour maîtriser les problématiques de gestion ou de communication.

À la validation du diplôme, le chiropracteur s’inscrit auprès d’une agence sanitaire régionale (ARS), qui lui attribue un numéro ADELI.

Le chiropracteur indépendant peut donc s’inscrire à l’URSSAF pour commencer à cotiser. 

Il relève de la CIPAV.

Cependant, pour devenir chiropracteur, il est possible d’opter pour le statut de micro-entrepreneur. Ce régime simplifié offre plusieurs avantages : 

  • Simplicité de création d’activité (et peu coûteuse). 

  • Une comptabilité simplifiée et pas de gestion lourde.

  • Des cotisations sociales allégées.

La micro-entreprise a ses limites, notamment en termes de plafond de chiffres d’affaires (72 600 €), mais elle convient tout à fait pour démarrer une activité de chiropracteur indépendant. 

Quel tarif demander pour un chiropracteur indépendant ?

Il n’existe pas de revenus fixes pour les chiropracteurs indépendants. Leurs revenus dépendent de leur expérience, leur notoriété ou encore leur zone d’implantation. 

Une séance de chiropraxie est facturée généralement à partir de 35 € et jusqu’à 80 € ou plus, en centre-ville (à Paris, notamment).

Ainsi, selon l’IFEC, les chiropracteurs déclarent annuellement (en 2017) un chiffre d’affaires allant de 20 000 € à 60 000 €. 

Les consultations chez le chiropracteur sont-elles remboursées ?

La Sécurité sociale ne prend pas en charge les soins chiropratiques, mais de nombreuses mutuelles le proposent.







Jules Drevon

Jules Drevon

Icône LinkedIn

Rédacteur

Article mis à jour le 22 août 2022

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat