Accueil > Idées business > Le marché de la scierie >

Les points de vigilance de la scierie

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

20 mai 2021

Icône temps de lecture

1 min.

ouvrir scierie
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

Les principales difficultés du métier

La maîtrise des achats et des coûts de production

L’achat est une opération fondamentale qui nécessite une grande connaissance des matériaux, des besoins de la clientèle et des coûts directs et indirects (transport, production de base, conditionnement, commercialisation, traitement des déchets). Une mauvaise maîtrise des approvisionnements entraîne systématiquement un surcroît de stocks qui se traduira par des difficultés de trésorerie.

 Le sous-investissement et le sur-investissement

Le sous-investissement a pour conséquence le manque de productivité et l’incapacité à faire face à la concurrence. A l’inverse, beaucoup d’entreprises se sont engagées dans une stratégie d’équipement et de croissance risquée. En effet, les coûts d’approvisionnement, de transport, de prospection de surfaces pour s’approvisionner augmentent avec la taille de l’entreprise.

 La gestion des ressources humaines et la pénurie de main-d’oeuvre

Les effectifs et les compétences doivent être parfaitement maîtrisés. La tâche est d’autant plus délicate que le métier est très exigeant et que la profession est confrontée à une pénurie de main-d’œuvre qualifiée.

 Dans ce contexte, les scieries bien équipées, exploitant un domaine local et maîtrisant leurs coûts de production ont les meilleures chances de réussite

TAUX DE SURVIE AU-DELÀ DES 5 PREMIÈRES ANNÉES

Industrie

Moyenne tous secteurs

67,6 % (1)

60,4 %

(1) Source : Insee, Taux de Survie à 5 ans pour la génération 2010.

Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 27 mai 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat