Comment devenir sophrologue indépendant ?

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

17 juin 2022

Icône temps de lecture

4 min.

Devenir sophrologue

La sophrologie est une discipline qui mêle relaxation, respiration et méditation pour atteindre un bien-être physique et mental. En plein essor depuis quelques années, elle attire de nombreux candidats, et notamment des actifs en reconversion professionnelle. Comment se lancer dans une activité de sophrologue ? Quelle formation faut-il suivre ? Enfin, comment ouvrir un cabinet de sophrologie ? Réponses dans cet article. 

Pourquoi devenir sophrologue ?

En France, 49% des actifs ont déjà envisagé, engagé ou effectué une reconversion professionnelle (chiffres 2021). Un mouvement de fond qui s’accroît depuis la crise sanitaire du Covid-19, qui a révélé le besoin de sens des salariés. Stressés par un rythme professionnel trépidant, de nombreux Français font ainsi le choix de se reconvertir dans les disciplines du bien-être et de la médecine douce, telles que la sophrologie. 

Devenir sophrologue, c’est avant tout exercer un métier d’aide et de relation à l’autre. Tourné vers l’humain, ce professionnel doit être motivé par l’envie d’accompagner autrui sur le chemin du mieux-être, que ce soit d’un point de vue physique ou mental. Il ou elle aide ses patients à mieux respirer, à renforcer sa confiance en soi, à gérer ses émotions et à retrouver un épanouissement personnel. Des qualités comme l’écoute, la bienveillance et l’empathie sont ainsi requises pour exercer. 

A ce titre, il n’est pas rare que d’anciens professionnels de santé (infirmiers, sage-femmes, etc) se tournent vers la sophrologie dans leur seconde partie de carrière. 

La sophrologie s’exerce le plus souvent en libéral. Cependant, il est possible d’être salarié dans une structure médicale ou, plus rarement, une entreprise.  

💰 Le salaire moyen d’un sophrologue débutant est compris entre 1500 et 2000 € brut mensuel. 

Quel est le niveau d’études requis pour devenir sophrologue ?

La sophrologie étant une discipline non réglementée, il n’existe à ce jour aucun diplôme ni certificat de sophrologue en France. Le titre RNCP (Répertoire National de la Certification Professionnelle) est la seule distinction officielle du métier de sophrologue. 

Cependant, bien que la loi ne l’impose pas, une formation au métier de sophrologue est nécessaire pour exercer son activité professionnelle. 

Dans les faits, de nombreux sophrologues ont exercé un autre métier avant de se reconvertir. Il s’agit souvent d’anciens professionnels de santé, mais cela n’est en aucun cas un pré-requis pour pratiquer la sophrologie. 

📌 Bien qu’il n’existe aucun diplôme officiel de sophrologue, de nombreuses formations en sophrologie permettent d’obtenir un certificat ou un diplôme privé de praticien sophrologue. Ces formations sont généralement composées d’une partie théorique (300 heures environ) et d’une partie pratique. Il est conseillé de privilégier les organismes qui délivrent le titre RNCP. 

Comment savoir si l’on est fait pour être sophrologue ? 

Si vous avez envie d’aider votre prochain, si les pratiques de soins non conventionnelles (ce qu’on nomme la médecine douce) vous attirent et si vous savez faire preuve de bienveillance et d’empathie, nul doute que la sophrologie est faite pour vous. Cependant, il ne suffit pas d’avoir une attirance théorique pour cette discipline pour être un bon sophrologue. En effet, s’il est possible d’exercer la sophrologie en tant que salarié, la majorité des sophrologues exercent de manière indépendante. Il est donc important de se poser les questions suivantes : suis-je prêt à me lancer dans la création d’entreprise ? Puis-je assumer les contraintes d’une activité en libéral ? Est-ce que je dispose d’un lieu pour réaliser des consultations ? 

Un sophrologue peut être excellent dans sa discipline, tout en étant un mauvais commercial et/ou un piètre gestionnaire. Or, ces aspects font aussi partie de l’activité de sophrologue indépendant. Il est donc nécessaire de les prendre en compte avant de se lancer. 

Comment devenir sophrologue à son compte ?

Pour devenir sophrologue, il est important de commencer par suivre une formation. Une fois celle-ci achevée, exercer de manière indépendante depuis un local professionnel est un choix logique. Rien n’empêche néanmoins de se déplacer au domicile de ses clients, lorsque l’occasion s’y prête. Le sophrologue peut également exercer son activité à domicile. 

📍Le choix du statut juridique dépend avant tout de ses attentes, de ses besoins, de ses contraintes… A noter toutefois que l’entreprise individuelle est le statut le plus répandu pour les petites activités professionnelles. Le portage salarial est également privilégié par un nombre croissant d’entrepreneurs, mais il a des inconvénients. C’est un arbitrage à trouver en fonction de son profil, et du type d’activité que l’on souhaite lancer. 

📌 Pour limiter les risques, notamment au début de son activité, il est possible d’ouvrir une micro entreprise. Vous serez néanmoins soumis à des plafonds de chiffres d’affaires (72 600 € annuels pour des prestations de service). Il est également possible de créer une société commerciale, les plus adaptées à ce type d’activité étant l’EURL et la SASU, mais les contraintes sont plus nombreuses et les charges sociales plus importantes. 

Pour fixer son tarif, le sophrologue doit prendre en compte sa situation géographique. Ainsi, exercer son activité à Paris n’est pas la même chose qu’en région. Les tarifs seront plus élevés dans les grandes villes que dans les petites communes, notamment pour prendre en compte le coût du local professionnel (ou du loyer si le praticien exerce à domicile). Selon la Chambre syndicale de la sophrologie, le prix moyen d’une séance individuelle de sophrologie varie entre 45€ et 60€, pour 45 minutes à 1 heure. A Paris et dans les grandes villes, ce tarif peut être revu à la hausse, entre 60 et 90€ la séance. 

Enfin, pour une prestation de groupe, le tarif moyen est compris entre 60€ et 130€ la séance d’une heure. 

A quels revenus peut-on s’attendre ?

Il n’y a pas de réponse générale à cette question, car les revenus du sophrologue varient en fonction de son statut juridique, du nombre de prestations qu’il réalise et des tarifs qu’il applique. Comme pour toute activité professionnelle indépendante, le plus difficile est de se faire connaître, et de construire une clientèle. Ce sont des étapes qui peuvent prendre du temps, et qu’il est important de prendre en compte. 

Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 17 juin 2022

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat