Accueil > Idées business >

Le marché de la psychologie

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

21 mai 2021

Icône temps de lecture

2 min.

psychologue

Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ?

COMPÉTENCES

Qualification professionnelle
Aptitudes commerciales
Maîtrise de la gestion

SPÉCIFICITÉS

Poids des investissements
Importance de la qualité de l'emplacement
Intensité de la concurrence

VIE PRIVÉE

Niveau de rémunération
Degré des contraintes horaires
Facilité de remplacement

La santé mentale est un enjeu majeur de santé publique : elle concerne 12 millions de Français chaque année (anxiété, dépressions, troubles bipolaires, autisme, schizophrénie, etc.). Ainsi, les troubles mentaux (pathologies et consommations de psychotropes) représentent le premier poste de dépenses du régime général de l’Assurance Maladie par pathologie, devant les cancers et les maladies cardio-vasculaires.

Malgré les difficultés d’accès aux soins (saturation des structures du parcours de soin de type centre médico-psychologique, pénurie de psychiatres libéraux), les psychologues libéraux sont confrontés à plusieurs difficultés :

  • le déficit d’information en santé mentale et les représentations stéréotypées et négatives des pathologies associées (renoncement aux soins, difficultés à s’orienter dans le système de soins),

  • le manque de formation des professionnels de santé (médecins généralistes notamment) et des acteurs médico-sociaux aux pathologies mentales, ce qui conduit à des sous-diagnostics,

  • le non-remboursement des consultations psychologiques réalisées en libéral, frein économique pour la patientèle,

  • la saturation de l’offre en libéral qui contraint la majorité des psychologues libéraux à opter pour l’exercice mixte (libéral et salarié),

  • la concurrence des professions connexes, le plus souvent beaucoup moins réglementées : coach en développement personnel, praticiens des médecines alternatives (art-thérapeutes, hypnothérapeutes, sophrologues, kinésiologues, etc.) mais aussi psychopraticiens et thérapeutes non diplômés.

Tendances

Les besoins associés aux problématiques de santé mentale continueront de croître en raison des facteurs démographiques (accroissement et vieillissement de la population) et de la volonté des pouvoirs publics de mieux prendre en compte ces pathologies dans le système de soin. 

Ainsi, dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale, l'Assurance Maladie pourrait rembourser les consultations des psychologues libéraux de tous les assurés à partir de 3 ans dès janvier 2022, sur la base de huit séances annuelles et sous condition de prescription médicale. 

Cette mesure devrait dynamiser le volume d'activité des psychologues libéraux, le non-remboursement étant un frein aux consultations. Toutefois, le taux de remboursement prévu par les pouvoirs publics est jugé nettement insuffisant par les praticiens (40 euros pour la première séance d'évaluation et 30 euros pour les séances suivantes sans dépassement d'honoraires autorisé alors que le tarif moyen d’une consultation en libéral est de 60 euros).  

L’organisation du marché

Le secteur est segmenté par les professionnels selon :

Selon la formation :

  • Les psychologues : le titre de psychologue est encadré depuis 1985. Les psychologues sont titulaires d’un master 2 en psychologie. On distingue :

  • le psychologue clinicien : il réalise des évaluations psychologiques, établit des diagnostics et met en place des thérapies. Il intervient auprès d’un public varié : particuliers, enfants, patients de services hospitaliers, acteurs médico-sociaux, etc.),

  • le psychologue du travail : après une spécialisation, il exerce soit dans une entreprise (ressources humaines), soit dans un cabinet de recrutement. Il réalise des formations et participe à la gestion et au recrutement du personnel (bilans de compétence).

  • le psychologue scolaire : à l’issue d’un concours, il suit une année de formation au sein de l’Education Nationale après l’obtention de son master 2 en psychologie.

  • Les psychiatres : ce sont des médecins spécialisés (six années de médecine et quatre années de spécialisation). Ils sont les seuls habilités à prescrire des médicaments psychotropes. Leurs consultations peuvent faire l’objet d’un remboursement par la Sécurité Sociale (psychiatres conventionnés de secteur 1 ou de secteur 2).

  • Les psychanalystes : le titre et l’exercice des psychanalystes ne sont pas encadrés en France. Le plus souvent, il s’agit d’un psychiatre ou d’un psychologue ayant suivi une formation complémentaire en psychanalyse.

  • Les psychothérapeutes : le titre de psychothérapeute est encadré en France depuis 2010. Le psychothérapeute est soit un médecin, soit un psychologue.

  • Les psychopraticiens : le titre et l’exercice de psychopraticien ne sont pas encadrés en France. Le plus souvent, il s’agit d’un psychiatre ou d’un psychologue ayant suivi une formation complémentaire en psychanalyse.

Selon le mode d’exercice :

Les psychologues exercent principalement comme salariés (65% des psychologues).

Les psychologues libéraux exercent le plus souvent en libéral et comme salariés (l’exercice libéral ou mixte concerne 35% des praticiens).

NOMBRE DE PSYCHOLOGUES

2021

79 197 (1)

DONT PSYCHOLOGUES LIBÉRAUX OU MIXTES

2021

27 814 (1)

(1) Source : Répertoire Adeli.

Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 25 octobre 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat