Accueil > Idées business >

Devenir coach sportif : le guide complet

Icône auteur

Par Sarah Vallet de Payraud

Icône date de publication

01 juillet 2021

Icône temps de lecture

7 min.

coaching sportif
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

Vous êtes passionné de sports et de bien-être, vous aimez accompagner, avec écoute et bienveillance. Vous savez à la fois être pédagogue, psychologue mais aussi un bon gestionnaire d’entreprise… peut-être êtes-vous fait pour le coaching sportif ! Tendances du marché, formation, réglementation, investissements… retrouvez tout ce qu’il faut savoir pour bien démarrer son activité de coach sportif. 

Etape 1 : Définir son projet de coaching sportif

Si la plupart des coachs sportifs pratiquent leur activité en tant qu’indépendants, vous pourrez toutefois vous engager dans l’aventure à plusieurs, sous forme d’agence ou de cabinet d’accompagnement spécialisé. Allez-vous vous engager seul ou avec plusieurs ? 

Indépendant ou salarié, en association ou dans une salle de sport, à domicile ou dans votre propre salle… vous aurez le choix dans la pratique : définissez le mode et le lieu de votre pratique. 

Définissez aussi vos spécialités : sport en entreprise ou accompagnement individuel, entrainement de haut niveau ou remise en forme, perte de poids ou sport en compétition… trouvez votre signature. 

Etape 2 : Se renseigner sur la tendance du marché

Le marché du coaching sportif est en nette évolution, et tend à se démocratiser auprès d’un public beaucoup plus vaste : il surfe sur la tendance Bien-être et développement personnel. Malgré une belle envolée, le secteur a été gravement touché par la crise sanitaire en 2020, entre confinements, couvre-feux, pratiques sportives en intérieur interdites… Les complexités actuelles du marché du coaching sportif doivent donc être étudiées de plus près pour éviter les écueils et savoir saisir les opportunités. 

Construisez donc votre étude de marché en commençant par étudier le contexte et les tendances générales qui en découlent, en France comme sur votre zone d’implantation. Observez les statistiques les plus pertinentes auprès de l’INSEE comme les tendances auprès du ministère des Sports et de la Direction départementale de la Jeunesse et des Sports de votre Département. 

Etudiez alors les concepts existants, vos concurrents directs comme les coachs sportifs, et les concurrents indirects de type salles de sport, salles de bien-être… Quelles prestations proposent-ils ? Quels sont leurs tarifs ? Comment communiquent-ils ? N’hésitez pas à tester vous-même leurs services. Pour bien analyser vos résultats, dégagez leurs forces et leurs faiblesses, cela vous aidera à positionner votre offre. 

Allez à la rencontre de votre future clientèle : qui est-elle ? pourquoi ferait-elle appel à un coach sportif plutôt qu’à une salle de sport, du sport en association… ? Grâce à notre appli, construisez votre questionnaire et recensez les réponses pour constituer une étude structurée et approfondie. 

Tendances du marché, conditions d’exercice, règlementations et infractions… retrouvez tout ce qu’il faut savoir sur le coaching sportif dans le dossier thématique « Coach et coaching dans le milieu sportif » [https://www.sports.gouv.fr/IMG/pdf/coachsportif-avril_2019.pdf ] du Ministère des Sports. 

Etape 3 : Définir son activité de coaching

Détaillez votre activité, vos prestations et votre modèle économique. Comment allez-vous accompagner votre clientèle ? Construisez votre offre : à la séance, au forfait, en abonnement au mois ou à l’année… vos formules et vos tarifs dépendront de vos spécialités et de vos prestations. 

Accompagnement quotidien personnalisé et haut de gamme, petits cours hebdomadaires pour une remise en forme pour tous… trouvez votre positionnement et ce qui fera votre différence par rapport aux autres concurrents. Proximité, pédagogie, exigence, créativité… qu’est-ce qui fait que vos clients vous préfèrent à tous les autres coachs sportifs ? 

Comment allez-vous vous faire connaître ? Intégrer une association, faire connaissance avec des médecins du sport, des diététiciens, nutritionnistes… Identifiez les bons réseaux, trouvez les bons interlocuteurs.  

Comment construire son offre, comment élaborer sa stratégie commerciale, comment trouver les bons canaux de « distribution » ?

Etape 4 : Prévoir ses investissements pour son activité de coaching

Vous avez désormais posé le cadre de votre activité : vous pourrez désormais avoir un aperçu plus concret de tout ce dont vous aurez besoin pour commencer. 

Pensez d’abord au matériel sportif : accessoires- tapis, sangles, ballons -, matériel transportable – cordes, poids et haltères, bandes élastiques… - et, si vous avez votre propre local, vos machines – rameur, vélo elliptique…-. 

Si vous intervenez directement chez les gens, pensez à votre mode de transport et chiffrez le coût que cela peut représenter. 

Identifiez enfin les frais de gestion et d’administration pour votre entreprise – forfaits de téléphone, ordinateur portable, logiciel de comptabilité, assurances, loyers… -. N’oubliez pas les frais de communication et de publicité. 

Pour y voir plus clair dans vos prévisions financières et connaître la faisabilité financière de votre projet, posez toutes vos prévisions – investissements, dépenses, bénéfices… - dans les tableaux qui constitueront le cœur de votre business plan. Pour vous aider, notre appli calcule et analyse vos données pour vous permettre de mieux les interpréter. 

A cette étape, vous devrez pouvoir présenter les tableaux suivants, en général sur 3 ans : 

  • Le compte de résultat prévisionnel : il anticipe ce que pourrait être votre résultat net, après une année comptable – « exercice comptable »-  en déduisant les charges – soit toutes les dépenses – des produits, c’est-à-dire tout ce que vous aurez facturé. 

  • Le bilan prévisionnel : Il pose d’un côté ce que possède l’entreprise, les « actifs » - ce que doivent les clients, la trésorerie, les locaux - , et de l’autre ce que doit l’entreprise, le « passif », soit les apports en capital, les dettes envers les fournisseurs, les dettes envers les investisseurs, les salaires… - pour établir un constat du patrimoine de l’entreprise. 

  • Le plan de financement prévisionnel : Il compare les ressources de l’activité – apport personnel, prêts bancaires, subventions, immobilier… - et les besoins – investissements, remboursements, variations du besoin en fonds de roulement… - et doit être au moins à l’équilibre. On établit d’abord un plan de financement initial, pour commencer l’activité, puis un plan de financement prévisionnel sur trois ans. 

  • Le plan prévisionnel de trésorerie : Il permet d’anticiper tous les décalages dans le flux de trésorerie en faisant état de tout l’argent dont dispose l’entreprise, les encaissements et les décaissements. 

Etape 5 : Quel statut juridique choisir pour être coach sportif ?

Fiscalité, régime social, protection du patrimoine personnel… vous aurez de nombreux éléments à prendre en compte dans le choix de votre statut juridique. 

Pour pratiquer en tant que coach sportif indépendant, vous aurez le choix entre : 

  • La micro-entreprise : c’est un statut d’EI – Entreprise individuelle – ultra simplifié avec notamment une gestion et une comptabilité allégées. Facile au quotidien, vous serez limité dans votre chiffre d’affaires annuel à 72 500 € environ (seuils pour l’année 2020). 

  • L’EI et l’EIRL : L’Entreprise individuelle est aussi appelée « exercice en nom propre ». Contrairement à la société, vous ne créez pas d’entité séparée, et les patrimoines personnels et de l’entreprise sont le même : vous pouvez alors disposer en toute liberté de vos ressources issues de l’activité – trésorerie… -, mais en cas de dette, votre patrimoine personnel peut être engagé pour rembourser les sommes.  L’EIRL – Entreprise individuelle à responsabilité limitée – reste un moyen pour protéger son patrimoine propre sans créer de société. 

  • L’EURL : l’Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée est en fait une SARL à un seul associé. Vous créez une société tout en étant seul. En plus de protéger votre patrimoine, vous pourrez ensuite facilement évoluer dès lors que vous voudrez faire entrer un nouvel associé. Les formalités de création et de gestions sont toutefois plus lourdes qu’en EI. 

  • La SASU : La société par actions simplifiée unipersonnelle est une SAS à un seul actionnaire. Comme l’EURL, elle est une société en tant que telle, avec une personnalité morale qui a son patrimoine propre, et permet d’évoluer vers la SAS dès lors que vous aurez un associé. 

Si vous vous lancez à plusieurs dans l’aventure, la SARL ou la SAS pourraient alors être les formes les plus adéquat. Avec des formalités de création et obligations comptables à peu près similaires, la SARL est plus encadrée donc plus contraignantes dans son fonctionnement – information obligatoire du conjoint, statut spécifique du dirigeant… -. Avec plus de souplesse dans la gestion, la SAS offre plus de liberté, ce qui peut s’avérer plus risqué. 

Pour faire le meilleur choix, n’hésitez pas à demander à un spécialiste ! 

Etape 6 : Rédiger son business plan

En organisant et en clarifiant toutes les étapes précédentes, votre business plan vous permet de rendre votre projet des plus convaincant. C’est en quelque sorte une première concrétisation de votre idée. 

Prenez soin de le construire autour de : 

  • Une présentation de votre projet, où vous pourrez mettre en avant vos compétences et vos qualifications

  • Votre étude de marché, avec en évidence les opportunités à saisir et les menaces

  • Votre positionnement et votre stratégie

  • Vos tableaux financiers, clairs et lisibles. 

CRÉEZ UN BUSINESS PLAN EN QUELQUES CLICS

Créez un business plan convaincant en quelques clics, et réutilisez-le partout. Si vous avez des questions, un coach vous accompagne gratuitement à chaque étape de votre création d'entreprise.

coaching sportif
Créer mon business plan

Etape 7 : Connaître la réglementation pour du coaching sportif

Dès lors que vous exercez en tant que coach dans le domaine des APS – Activités physiques et sportives -, vous devrez : 

  • Être titulaire d’un diplôme ou d’un certificat de qualification professionnelle reconnu par l’Etat – Voir ci-dessous

  • Déclarer son activité auprès de la Direction départementale de la cohésion sociale – DDCS –, à la DDCSPP – Direction départementale pour la cohésion sociale et la protection des populations-  ou à la DRAJES – Direction régionale académique à la jeunesse, à l’engagement et au sport - pour obtenir une carte professionnelle, à renouveler tous les 5 ans. Vous aurez besoin : 

  • D’une copie de votre pièce d’identité recto verso 

  • D’une copie des diplômes requis pour exercer en tant que coach sportif

  • -D’une photo d’identité 

  • D’un certificat médical de non-contre-indication à la pratique et à l’encadrement des activités physiques ou sportives concernées, de moins d’un an.

  • Un certificat médical annuel de non-contre-indication à la pratique et à l’encadrement d’APS, à disposition dès que vous serez en activité, dans l’exercice de votre métier. Il peut vous êtes demandé. 

Dans votre pratique, vous devrez avoir une trousse de secours et un moyen de communication en cas d’urgence. 

Etape 8 : Avoir les bons diplômes : le point sur la formation

Il n’existe pas une seule formation spécifique pour être coach sportif. Une formation adaptée est toutefois nécessaire pour obtenir votre carte professionnelle. Vous pourrez notamment être titulaire de l’un des diplômes suivants : 

  • BP – Brevet professionnel – JEPS – Jeunesse, éducation populaire et sport –

  • DE – Diplôme d’Etat – JEPS

  • Licence ou un master de STAPS – Sciences et techniques des activités physiques et sportives

  • CQP – Certificat de qualification professionnelle – ALS - d’animateur de loisir sportif 

La liste n’est pas exhaustive, vous pouvez vous renseigner sur les formations auprès du répertoire national des certifications professionnelles. https://www.francecompetences.fr/ 

Etape 9 : Se lancer

Tout est prêt, vous pouvez désormais vous lancer dans la création de votre activité. 

Créez votre structure en lançant les démarches administratives : déclaration en ligne pour une micro-entreprise, dépôt de votre dossier au greffe du tribunal de commerce pour une société… 

Trouvez des financements, cherchez des investisseurs à hauteur de vos besoins. 

Si besoin, trouvez votre futur local, lancez les travaux et les aménagements nécessaires. 

En parallèle de votre demande de carte professionnelle, étudiez et souscrivez à une assurance professionnelle adaptée à votre activité comme aux conditions d’accueil si vous proposez une salle. 

Faites marcher vos différents réseaux, « recrutez » vos premiers habitués, vous les connaissez déjà peut-être ! N’hésitez pas à prospecter au plus près de chez vous et des gens que vous côtoyez au quotidien. Il est également temps de lancer vos premières actions de communication : création d’un site web, de pages sur les réseaux sociaux, distribution de tracts, publications d’annonces dans les magasines spécialisés ou auprès des associations locales… Faites-vous connaître ! 

Sarah Vallet de Payraud

Sarah Vallet de Payraud

Icône LinkedIn

Entrepreneur en résidence @ La Fabrique by CA

Article mis à jour le 01 juillet 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat