Accueil > Idées business > Le marché de la mécanique générale >

Les points de vigilance de la mécanique générale

Icône auteur

Par Joris Melin

Icône date de publication

18 mai 2021

Icône temps de lecture

1 min.

mécanicien
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

Les principales difficultés du métier

Le secteur de la mécanique générale reste structurellement risqué en raison de sa grande sensibilité aux fluctuations économiques des industries automobiles et aéronautiques ainsi que de l’équipement mécanique, principaux clients du secteur. Le système de sous-traitance en chaîne rend particulièrement vulnérables les opérateurs de second rang.

  L’évolution du prix des matières premières


Le secteur est étroitement lié à l’évolution du prix des métaux ferreux (acier) mais aussi non-ferreux (cuivre, zinc). L’achat des matières premières représente le deuxième poste de dépense du secteur. La hausse des coûts de production réduit ainsi considérablement les marges du professionnel.

 La rentabilité des investissements


Du fait de la rapidité des évolutions technologiques et des exigences de qualité des donneurs d’ordres, le professionnel doit constamment moderniser son outil de production alors que la rentabilité des investissements est rarement assurée du fait de l’instabilité de l’activité.

 La concurrence des nouveaux acteurs


Les progrès technologiques réalisés dans des secteurs jusqu’alors complémentaires (fonderie, forge, emboutissage) permettent la production directe de pièces semi-finies, réduisant ainsi le recours à l’usinage. De plus, l’offre des pays à main-d’œuvre moins coûteuse (notamment les pays de l’Est) contribue à la pression sur les prix. L’impression 3D tend également à se développer.

La dépendance aux donneurs d’ordre


Les petites entreprises artisanales, qui travaillent essentiellement en sous-traitance pour les grandes sociétés du secteur, sont les premières à subir les restrictions financières de leurs clients. En cas de difficultés, les plans sociaux prévoient la plupart du temps une limitation stricte de l’appel à la sous-traitance.

Dans ce contexte, les entreprises les mieux à même de résister aux fluctuations conjoncturelles sont celles bénéficiant d’une assise financière saine et dont la clientèle est diversifiée.

TAUX DE SURVIE AU-DELÀ DES 3 PREMIÈRES ANNÉES

Industrie
Moyenne tous secteurs

77,6% (1)
75,2%

(1) Source : Insee, Taux de Survie à 3 ans pour la génération 2014.

Joris

Joris Melin

Icône LinkedIn

Coach pour entrepreneur

Article mis à jour le 05 juillet 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat