La réglementation du commerce bio

Icône auteur

Par Sarah Vallet de Payraud

Icône date de publication

27 mai 2021

Icône temps de lecture

1 min.

commercie bio
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

Les aptitudes professionnelles

La profession attire des profils très variés mais il s’agit souvent de professionnels issus de la distribution conventionnelle. Si l’intérêt pour la filière de l’agriculture biologique est nécessaire, une solide formation en gestion et en management est indispensable.

Les réseaux sous enseigne privilégient les candidats disposant d’une expérience dans la distribution mais ils sont également sensibles au partage de leurs valeurs fondatrices.

Le professionnel doit être très rigoureux dans la gestion de ses commandes et de ses stocks. Il doit nouer d’excellentes relations commerciales avec ses fournisseurs locaux. Enfin, le sens du contact et la capacité à conseiller les clients sont très importants.

L’environnement réglementaire

Les contraintes à l’installation

Aucun diplôme n’est obligatoire. Le professionnel doit être inscrit au registre du commerce et des sociétés. 

Les principaux points de la réglementation professionnelle

Accueillant du public, le local doit répondre aux normes de sécurité relatives aux établissements recevant du public. Le professionnel doit respecter les normes d’hygiène des locaux (Arrêté du 9 mai 1995). Les produits frais sont soumis à la réglementation de tous commerces alimentaires (étiquetage, affichage, hygiène et conservation des produits, etc.).

Les aliments diététiques sont définis par les décrets du 24 janvier 1975 et du 29 août 1991 relatifs aux produits destinés à une alimentation particulière.

Les compléments alimentaires sont réglementés par la directive européenne du 10 juin 2002.

Le règlement européen 834/2007 précise l’ensemble des règles à suivre concernant la production, la transformation, la distribution, l’importation, le contrôle et l’étiquetage des produits biologiques. Il est complété par des règlements d’application (règlement 889/2008 notamment). Des cahiers des charges nationaux existent également.

Les producteurs, préparateurs, distributeur et importateur de produits biologiques sont contrôlés par des organismes de certification agréés (Ecocert, Agrocert, Certipaq, Qualité France, Certisud, Certis, Alpes Contrôles, Qualisud).

L’étiquetage des produits biologiques doit mentionner « biologique » ou « bio » ainsi que le numéro d’agrément de l’organisme certificateur. Les logos bio (européen ou AB) indiquent que les produits sont biologiques à 100% ou contiennent au moins 95% de produits biologiques si la part restante n’est pas disponible en bio.

Sarah Vallet de Payraud

Sarah Vallet de Payraud

Icône LinkedIn

Entrepreneur en résidence @ La Fabrique by CA

Article mis à jour le 27 mai 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat