Accueil > JSE Mag >

Entretien avec Thomas, Aménageur paysager en Lorraine

Icône auteur

Par Théophile Rousseau

Icône date de publication

08 juin 2021

Icône temps de lecture

3 min.

Thomas Barusseau
Icône TwitterIcône FacebookIcône LinkedIn

La parole est laissée entrepreneur en aménagement paysager. Entre valeurs fortes, et amour de son travail, il nous livre les clés de son parcours.

Pouvez-vous nous présenter votre parcours et nous parler de votre entreprise (date de lancement, concept, localisation, ...) ?

J’ai un parcours que l’on peut qualifier d’atypique. Après un BTS Action commerciale en 2002, j’ai été pendant un temps commercial dans le milieu des jantes automobiles. Je me suis ensuite lancée dans l’aventure entrepreneuriale avec un ami. Nous avions créé un site de prospection immobilière inversée (prospectimmo). Une belle aventure, même si celle-ci n’a pas été plus loin que le Proof of concept. J’ai alors travaillé pendant 15 ans au Luxembourg, dans des banques et des sociétés de l’industrie financière. J’ai eu des postes variés, allant du projet au management d’équipes projets, relations commerciales et produits.

J’ai ensuite lancé un startup, avec un ami, Delipay. Une solution de sécurisation des achats / ventes entre particuliers. Nous avons développé l’application, mais le covid a eu raison de ce projet.

J’ai finalement décidé de me lancer dans une nouvelle aventure car, je voulais quelque chose de plus concret. Je me suis donc tourné vers les métiers de la construction. Après un certain temps de recherche, j’ai trouvé une société d’aménagement paysager à reprendre. 

La société, basée à Verdun, est indépendante et adhère au réseau de franchise Daniel Moquet : le numéro un de l’aménagement extérieur en France. Notre but est d’accompagner nos clients de la conception à la réalisation de leur projet d’aménagement de leurs allées, cours et terrasses. 

Qu'est-ce qui vous a motivé pour devenir entrepreneur ?

La liberté, la responsabilité et le partage. Une liberté d’entreprendre, de faire ses propres choix. La responsabilité d’assumer ses choix, de faire bien pour ses clients, et ses salariés. Et enfin le partage des valeurs et des richesses. Les valeurs humaines sont importantes pour moi. J’essaie de véhiculer des valeurs saines, tous les jours, avec mes clients et mes salariés. Le partage des richesses va également dans les 2 sens. Si je réussis à acheter un produit moins cher, je répercute cela sur la facture finale de mon client. Si la société se porte bien et réalise un bon résultat, c’est grâce à toute l’équipe, les salariés et moi. Donc il me semble juste de répartir le résultat en fin d’année afin que chaque personne ayant participé à la réussite de la société en profite.

Comment votre décision de vous lancer a-t-elle été perçue par votre entourage au départ ?

Je ne suis pas seul, j'ai la chance d’avoir une épouse qui me suit dans toutes mes aventures. Elle savait que j’avais besoin d’entreprendre et elle m’a encouragé à le faire. On ne peut pas entreprendre sans le soutien sans faille de ses proches. C’est un projet de vie qui demande des sacrifices. C’est aussi bien un travail d’équipe au sein de la société qu’un travail au sein du cercle familial.

Mon épouse m’aide dans certaines des tâches de la société. Nous travaillons ensemble le weekend : c’est notre projet.

Quelles difficultés avez-vous rencontré pour lancer votre entreprise ? La crise du covid a-t-elle eu un impact sur votre lancement ou sur votre activité ?

Les principales difficultés sont d’ordre administratif et bancaire. Il faut se rendre compte de la quantité de documents, de formulaires en tout genre qu’il faut remplir !

Au niveau bancaire, quand on rachète une société dans un secteur d’activité pour lequel nous n’avons aucune expérience, il faut gagner la confiance d’une banque. Cela demande du temps, de l’énergie, et un peu de folie !

Un projet entrepreneurial, qu’il s’agisse d’une création ou d’un rachat, doit être bien mûri et préparé. Il faut bien intégrer que c’est chronophage, que cela demande beaucoup de disponibilité et de mobilisation de votre part. C’est surtout un grand 8 émotionnel, on passe par toutes les émotions possibles. Mais si on est prêt à assumer cela, c’est un projet excitant et passionnant !

Quels conseils donneriez-vous à de futurs entrepreneurs ?

Soyez prêts et soyez fous. Acceptez l’inconnu. Chaque problème a des solutions. Entourez-vous, il existe des structures d’accompagnement pour les entrepreneurs (Initiatives, réseau entreprendre, etc.). Parlez de vos problèmes, de vos doutes, de vos peurs : nous sommes humains.

Pressez-vous lentement. Prenez le temps de bien réfléchir même dans les situations de stress. N’hésitez pas à perdre 10 minutes pour vous poser et bien analyser la situation plutôt que de vous précipiter. Profitez de chaque instant, et surtout, fêtez vos victoires.

C'est le moment de la promotion personnelle : avez-vous un site Internet ou une page Facebook que les lecteurs pourraient consulter ?

Vous pouvez visiter le site de Daniel Moquet (www.daniel-moquet.com). Notre page est celle de Verdun.

Il existe une page Daniel Moquet sur Facebook, mais elle n’est pas spécifique à Verdun.

Théophile

Théophile Rousseau

Icône LinkedIn

Content manager junior

Article mis à jour le 10 septembre 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat