Accueil > Idées business >

Le marché du fleuriste

Icône auteur

Par Lucas Pedroza

Icône date de publication

25 mai 2021

Icône temps de lecture

2 min.

ouvrir fleuriste

COMPÉTENCES

Qualification professionnelle
Aptitudes commerciales
Maîtrise de la gestion

SPÉCIFICITÉS

Poids des investissements
Importance de la qualité de l'emplacement
Intensité de la concurrence

VIE PRIVÉE

Niveau de rémunération
Degré des contraintes horaires
Facilité de remplacement

Alors que la consommation en fleurs est atone, le chiffre d’affaires des fleuristes est soutenu par un effet prix.

La montée en puissance des autres canaux de distribution tend à créer un contexte concurrentiel difficile : grandes surfaces alimentaires, surfaces de bricolage, jardineries et producteurs cherchent à capter des parts de marché du secteur en proposant une gamme étendue de végétaux d’intérieur (fleurs coupées, plantes en pot, compositions). Par ailleurs, les concepts low cost ainsi que les pure players gagnent du terrain. Ces derniers innovent en proposant des bouquets à assembler, abonnements de fleurs, etc.

Dans ce contexte, les fleuristes traditionnels doivent se démarquer en proposant des services (décoration, livraisons) et en diversifiant leur offre.

Les végétaux d’extérieurs et les produits décoratifs constituent de véritables relais de croissance pour les professionnels du secteur (produits à plus forte valeur ajoutée).

La digitalisation de l’activité devient incontournable (vente en ligne avec livraison ou retrait en boutique, communication sur les réseaux sociaux pour mettre en avant l’originalité et la qualité des compositions, etc.).

Les fleuristes traditionnels détiennent un certain nombre d’avantages concurrentiels : image de spécialiste, capacité à conseiller les clients et proximité (implantation en centre-ville). Ils restent le premier circuit de distribution du secteur.

Tendances

La mise à l’arrêt de l’activité des fleuristes lors des périodes de confinements ainsi que les mesures pour limiter les rassemblements (impact sur les cérémonies de mariage, les anniversaires, les invitations, etc.) affectent très durement une filière déjà fragilisée. Malgré la généralisation du click&collect et des livraisons, l’activité des fleuristes a fortement chuté. Selon la principale organisation professionnelle du secteur, 15% des fleuristes pourraient disparaître d’ici le printemps 2021.

Les professionnels du secteur seront confrontés à un contexte économique dégradé (hausse du chômage, baisse du pouvoir d’achat et crise de confiance) qui conduira les ménages à réaliser des arbitrages budgétaires au détriment des dépenses jugées non prioritaires.

L’organisation du marché

  • Les fleuristes : il s’agit du premier circuit d’achat des végétaux avec près de 40% de parts de marché en valeur.

La très grande majorité des fleuristes ne sont rattachés à aucun réseau sous enseigne : seuls moins de 5% des fleuristes sont rattachés à une enseigne. Certaines de ces enseignes se positionnent sur le libre-service ou le low cost.

Les principaux leaders du secteur sont :

– Coeur de Fleurs (groupe Emova)
– Monceau Fleurs (groupe Emova)
– Happy (groupe Emova)
– Le Jardin des fleurs (groupe Flora Nova)
– Oya Fleurs (groupe Flora Nova)
– Au Nom de la Rose

75% des fleuristes travaillent avec une société de transmission florale (Interflora par exemple).

  • Les grandes surfaces alimentaires constituent le deuxième circuit d’achat du marché des végétaux en valeur et en volume. Elles tirent profit de leur maillage territorial et représentent le premier circuit d’achat de végétaux en volume.

  • La vente directe sur l’exploitation : ce circuit d’achat tend à progresser et il devance celui des fleuristes en volume de distribution.

  • Les jardineries proposent des végétaux d’intérieur (fleurs coupées, plantes en pot mais également compositions florales) et d’extérieur (elles captent 1/3 du marché des végétaux d’extérieur en valeur), ainsi que des produits complémentaires ayant trait au jardinage. Depuis quelques années, elles diversifient progressivement leur offre ( animalerie, décoration, produits manufacturés destinés aux loisirs de plein air, etc.).

  • Les fleuristes de marché : leur nombre est en constante diminution. Cependant, beaucoup de fleuristes en boutique ou de producteurs se déplacent sur plusieurs marchés dans la semaine en plus de leur activité principale.

NOMBRE D’ENTREPRISES DU SECTEUR

2018

16 771 (1)

CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR (EN MILLIARDS D’EUROS)

2018

4,700 Md€ (2)

ÉVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES DU SECTEUR EN VALEUR (INDICE ICA BASE 100 EN 2015)

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

112,8 (3)

108,2

106,1

103,1

100,0

102,7

103,7

105,0

102,0

98,1

(1) Source : INSEE, démographie des entreprises et des établissements 2018 – champs marchand non agricole, Stocks d’entreprise au 31 décembre 2018, « Commerce de détail de fleurs, plantes, graines, engrais, animaux de compagnie et aliments pour ces animaux en magasin spécialisé ».

(2) Source : INSEE, ESANE, « Commerce de détail de fleurs, plantes, graines, engrais, animaux de compagnie et aliments pour ces animaux en magasin spécialisé ».

(3) Source : INSEE, Bulletin statistique, « Commerce de détail de fleurs, plantes, graines, engrais, animaux de compagnie et aliments pour ces animaux en magasin spécialisé ».

Lucas

Lucas Pedroza

Icône LinkedIn

Product Owner

Article mis à jour le 03 juin 2021

Pour aller plus loin

La newsletter des entrepreneurs

Tous les mois, recevez notre newsletter fraîche et décalée pour casser les barrières de l'entrepreneuriat